La longue descente de Mageia.

Je vous parle d’un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître

C’est avec les parole de « la Bohême » que j’ai envie de commencer ce billet parlant, encore une fois de la longue descente de Mageia, que ça soit dans « le » classement de distrowatch ou dans les discussions des anciens.

Il y a sur le forum de MLO, un post sur la place de Mageia dans le classement de distrowatch, a cette époque elle était a la deuxième place, c’était en 2012… Depuis elle n’a fait que chuter pour atteindre une pathétique 15eme place…

screenshot_20161109_201515

J’ai parlé en bien et en mal de cette distribution, j’avais a l’époque déjà dit sur ce même post ceci:

Je suis pas sur que mageia ne finisse pas au delà de la 10 eme place. Pourquoi, c’est simple, deja les debian et compagnie (ubuntu et mint) sont des valeur sur, stable et a long support, ensuite fedora et opensuse, arch et manjaro sont des valeurs sur et qui bougent beaucoup. Toutes les distributions cités ont une certaine communication, chose que mageia n’a pas. Par exemple, debian a compris que pour parler d’elle sans sortir de veritable version, fallait parler des version intermédiaires(les fameuses 8.1, 8.2, 8.3…) ceux qui font des mises a jour continue sont au même niveau que ceux qui installent avec la dernière 8.X mais c’est de la communication, chose que mageia comme mandriva ont du mal.

Ensuite, il y a le statuts de mageia, elle a le cul entre deux chaise, elle a une version par ans mais pas de support long terme, des que la nouvelle version sort faut passer dans le mois qui suit a cette version car la précédente ne sera plus maintenu… Donc ceux qui veulent du récent se tournent vers fedora, arch, opensuse car plus recent que mageia, et ceux qui veulent du support long terme, se tournent vers ubuntu, mint, debian centos… Mais pas vers mageia qui oblige a mettre a jour très rapidement…

Le plus important ce n’est pas trop la place qu’elle obtient car ce classement ne veut trop rien dire mais c’est le pourquoi elle en est là, elle n’apporte rien de ce que les plus populaires n’ont déjà. Je m’explique, comme dit dans la citation, cette distribution veut être une grosse sans en avoir la capacité, elle n’a ni l’équipe ni la communauté et encore moins le courage de dire stop a certaines demandes comme avoir 50 environnements de bureau alors que 2 ou 3 sont vraiment utilisé… Ce que j’avais trouvé courageux de la part de Mandriva dans sa dernière version, la 2011, c’était le fait que celle-ci avait prit le partis de ne mettre qu’un seul environnement de bureau, en l’occurrence KDE. Alors je ne dis pas qu’il faut jeter les autres bureaux mais de là a garder KDE, XFCE, Mate, Cinnamon, Gnome et les autres, il y a une différence.

Alors oui, la mageia va remonter dans le classement une fois que sa version 6 va sortir, mais pour combien de temps? Cette distribution me fait penser a Debian, aussi bien dans ses bons cotés que dans ses lacunes…

En tout cas pour moi c’est sur, je n’irais pas dessus.

7 pensées sur “La longue descente de Mageia.”

  1. Bonjour,

    Mageia a la difficulté d’avoir une petite communauté et beaucoup moins de soutien de la part d’entreprises que ce que peuvent avoir Ubuntu, Debian ou Fedora par exemple.

    Ça se ressent au niveau des difficultés de sortir des nouvelles versions majeures et dans la fréquence des mises à jour.

    Je n’ai pas connu la période Mandriva, mais il semble qu’il y avait une époque où elle rivalisait avec le top 3 des distributions.

    Une solution serait de tailler un peu dans les environnements de bureau et dans les logiciels en doublon voir plus.
    Mais ces changements peuvent effrayer des utilisateurs habitués et attachés à leurs habitudes (supprimer Cinammon ou clementine/banshee par exemple pour un utilisateur de longue date…)
    qui iront voir ailleurs au moindre changement.

    Il y a une tendance je trouve en ce moment qui consiste à faire chacun la même chose (fournir un OS stable et moderne) dans son coin et refaire chacun le même travail plusieurs fois d’une façon différente à chaque fois (combien de fois Firefox a dû être packagé et patché pour être bien intégré ?)
    Il y a bien des solutions comme Snappy ou Flatpack mais bon …

    C’est triste, mais je crois sincèrement que Mageia doit soit se tourner vers une réorganisation profonde du système (passer en rolling release, suppriemr des bureaux/applications, changer d’outils pour faciliter les contributions … ?), soit disparaître et contribuer dans d’autres projets qui participent à leur vision des choses.

    Je ne sais pas ce qui serait le plus bénéfique au final, travailler dur pour maintenir péniblement Mageia en forme ou bien baisser les bras et aller aider ailleurs ?

    1. Passer Mageia en rolling? Bonjour PcLinuxOs…
      Elle reprend le control center de Mandrake/Mandriva/Mageia et utilise Synaptic pour les logiciels… c’est particulier mais si cà fonctionne bien pourquoi pas?Synaptic est bien mieux que l’outil logiciel de Mageia je trouve.
      Bon après faut voir si elle est aussi bien francisée mais il me semble que c’est pas mal….
      Il reste des angles à arrondir mais c’est une alternative ?

      1. Quitte à passer en rolling stable, pourquoi pas manjaro qui aura des plus gros dépôts (base archlinux) ou openSUSE tumbleweed avec Yast, et encore, il y en a de plus en plus qui sortent sur le principe du rolling stable (TrueOS, solusos, calculate …)

        J’ai vu plusieurs tests de PClinuxOS et ai même fait quelques VM sans trop accrocher.

        J’ai l’impression qu’il y a une sorte de nostalgie autour de Mandriva auquel je ne suis pas sensible.

        Il y a quelques années, j’ai trouvé en Mageia une sorte de Ubuntu « propre », une distro accessible, simple à maintenir, assez fraîche en termes de paquets et surtout communautaire mais c’est vrai que depuis peu, j’ai la sensation que les devs rament pas mal ne serait-ce que pour résoudre les problèmes de failles, bugs critiques.

        Je sais qu’on peut répondre à mes critiques « t’as qu’à contribuer », mais il y a vraiment beaucoup de travail à fournir dans ce cas alors qu’il est déjà très bien avancé sur d’autres distribs …

        1. Je garde toujours un oeil sur Mageia mais je suis plus dans la recherche d’une Rolling.
          Opensuse est très bien,Manjaro est une déception,Arch est une bombe par contre et Calculate (que j’aime beaucoup) me pose un soucis de wifi (la seule distrib où j’ai ce soucis.
          Je me suis concocté étant assez fan de tout ce qui tourne autour de Gentoo une Sabayon minimale avec Mate et aux petits oignons qui tourne comme une horloge… pour le moment c’est de la balle.
          Pour Mageia j’espère qu’elle va survivre mais en ayant plus de moyens…

          1. Opensuse en version tumbleweed (rolling release) est purement génial, stable et efficace, surtout simple a maintenir. J’aimerais bien me lancer dans le monde gentoo mais je sais pas vraiment si je suis capable de rester dessus avec la maintenance et les connaissances qu’elle demande. A terme je me vois finir sur du suse ou du ubuntu.

            Pour mageia, je pense qu’il faut se tourner sur autre chose de plus sérieux.

      2. Après la fin de Mandriva, j’ai essayé la plupart des distributions dérivées (Mageia, OpenMandriva, Rosa, etc), j’ai utilisé pendant 3 ans Rosa 2012, puis (cette dernière étant passée à systemd, que je déteste), je suis finalement tombé sur PCLinuxOS, que j’ai adopté.
        L’avantage est que cette distribution est « roulante » (pas besoin, donc, de tout réinstaller tous les deux ans), mais c’est aussi parfois un inconvénient (les vieux paquets finissent par disparaître complètement des dépôts logiciels, et tant pis pour vous si vous utilisez une vieille version parce que la nouvelle est boguée à mort).
        Il lui manque aussi de nombreux logiciels, comparé à l’offre pléthorique de la défunte Mandriva.
        J’ai mis quelques unes de mes « customisations » sur ce site: http://linux.developer.free.fr/

    2. Tu as tout dis, j’ai connu au contraire la période mandriva et c’est ce qui me manque le plus, mandriva et mageia sont peu comparable.
      Je partage ton mot de fin, « C’est triste, mais je crois sincèrement que Mageia doit soit se tourner vers une réorganisation profonde du système (passer en rolling release, suppriemr des bureaux/applications, changer d’outils pour faciliter les contributions … ?), soit disparaître et contribuer dans d’autres projets qui participent à leur vision des choses. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *