Distributions pour novices, Debian un bon choix ? Quelle distribution pour les novices ?

On se pose souvent la même question, mais quelle est donc la meilleure distribution pour les débutants, les fameux madame et monsieur Michu, une distribution qui se veut simple, facile d’accès, une installation claire, simpliste et rapide, accessible, avec installation et désinstallation des logiciels compréhensible, qui dure dans le temps… Je m’en suis fait une idée. J’ai essayé un grand nombre de distribution, en l’occurrence Mandriva, Ubuntu, Archlinux, Frugalware, openSUSE, Debian, Mageia, et quelques autres qui étaient a la mode pendant un temps. Continuer la lecture de « Distributions pour novices, Debian un bon choix ? Quelle distribution pour les novices ? »

L’obsolescence de debian stable ou la course à la montée de version chez d’autres

Cette article fait suite à celui ci

Comme toujours dans le monde du libre, deux écoles se font la « guerre », les utilisateurs des distributions à sortie stable, c’est a dire distribution à version (comme debian, mageia, mandriva, ubuntu, fedora, opensuse), et les distributions en sortie continue (comme archlinux).
Chacun y allant de ses pics, fausses vérités ou de ses arguments plus foireux les uns que les autres…

Je connais bien les deux écoles, j’ai le cul entre deux chaises avec ma stable qui appartient à la 1re et ma sid qui peut passer dans la seconde, sinon si sid ne vous conviens pas dans cette catégorie, j’ai eu une époque archlinux.

Autant je peux comprendre qu’on puisse vouloir jouer a la montée de version autant je ne vois pas en quoi une debian stable peut être obsolète.

Continuer la lecture de « L’obsolescence de debian stable ou la course à la montée de version chez d’autres »

Étapes du programme d’installation de Debian Jessie

4.2.1. Exécution du programme d’installation

Dès que le BIOS a lancé l’amorçage sur le CD-Rom (ou le DVD-Rom), le menu du chargeur d’amorçage Isolinux apparaît. À ce stade, le noyau Linux n’est pas encore chargé ; ce menu permet justement de choisir le noyau à démarrer et de saisir d’éventuelles options à lui passer.
Pour une installation standard, il suffit de sélectionner (avec les touches flèches) Install ou Graphical install, puis d’appuyer sur la touche Entrée pour enchaîner sur la suite de l’installation. Si le DVD-Rom est de type « Multi-arch » et si la machine dispose d’un processeur 64 bits de Intel ou AMD, des entrées de menu 64 bit install et 64 bit graphical install permettent d’installer la variante 64 bits (amd64) au lieu de celle par défaut (i386 en 32 bits). Dans la pratique, la variante 64 bits peut être utilisée de manière quasi systématique : les processeurs récents fonctionnent tous en 64 bits et cette variante gère mieux les grosses quantités de mémoire vive dont disposent les ordinateurs récents.

POUR ALLER PLUS LOIN 32 ou 64 bits ?

 

La différence fondamentale entre les systèmes 32 et 64 bits est la taille des adresses mémoire. En théorie, un système 32 bits ne peut exploiter plus de 4 Go de mémoire vive (232 octets). En pratique, il est possible de contourner cette limite en utilisant la variante 686-pae du noyau à condition que le processeur gère la fonctionnalité PAE (Physical Address Extension). Son usage a toutefois un impact non négligeable sur les performances du système. C’est pourquoi un serveur disposant d’une grande quantité de mémoire vive a tout intérêt à exploiter le mode 64 bits.
Pour un poste bureautique (où quelques pour cent de performance sont négligeables), on sera plus sensible au fait que certains logiciels propriétaires ne sont pas disponibles en version 64 bits (Skype par exemple). Il est techniquement possible de les faire fonctionner sur le système 64 bits, mais il faudra installer les versions 32 bits de toutes les bibliothèques nécessaires (voir Section 5.4.5, « Support multi-architecture ») et éventuellement faire usage de setarch ou linux32 (dans le paquet util-linux) pour tromper les applications sur la nature du système.

EN PRATIQUE Installation à côté d’un Windows existant

 

Si l’ordinateur fonctionne déjà sous Windows, il n’est pas nécessaire de supprimer ce système pour installer Debian. On peut en effet disposer des deux systèmes à la fois, chacun installé sur un disque ou une partition, et choisir lequel lancer au démarrage de l’ordinateur. Cette configuration est souvent appelée dual boot et le système d’installation de Debian peut tout à fait la mettre en place. Elle intervient lors de la phase de partitionnement du disque dur et lors de la mise en place du chargeur de démarrage (voir les encadrés EN PRATIQUE Réduire une partition Windows et ATTENTION Chargeur d’amorçage et dual boot).

Si l’on a déjà un Windows fonctionnel, on pourra même se passer de la récupération des CD-Rom ; Debian propose un programme Windows permettant de télécharger un installateur Debian allégé et de le mettre en place sur le disque dur. Il suffit alors de redémarrer l’ordinateur pour choisir entre le lancement normal de Windows et celui du programme d’installation. On le trouve également sur un site web dédié au nom plutôt explicite…

B.A.-BA Chargeur d’amorçage

 

Le chargeur d’amorçage (ou de démarrage), bootloader en anglais, est un programme de bas niveau chargé de démarrer le noyau Linux juste après que le BIOS lui a passé la main. Pour mener cette mission à bien, il doit être capable de « retrouver » sur le disque le noyau Linux à démarrer. Sur les architecture amd64 et i386, les deux programmes les plus employés pour effectuer cette tâche sont LILO, le plus ancien, et GRUB, son successeur plus moderne. Isolinux et Syslinux sont des alternatives souvent employées pour démarrer depuis des supports amovibles.
Derrière chaque entrée de menu se cache une ligne de commande de démarrage spécifique que l’on peut personnaliser au besoin en appuyant sur TAB avant de valider et démarrer. L’entrée de menu Help fait apparaître l’ancienne interface en ligne de commande où les touches F1 à F10 affichent différents écrans d’aide détaillant les options possibles à l’invite. Sauf exceptions, vous n’aurez normalement pas besoin de vous servir de cette possibilité.
Le mode « expert » (accessible dans le menu Advanced options, « Options avancées ») détaille toutes les options possibles au cours de l’installation et permet de naviguer entre les différentes étapes sans qu’elles s’enchaînent automatiquement. Attention, ce mode très verbeux pourra dérouter par la multitude des choix de configuration qu’il propose.

 

Écran de démarrage

Figure 4.1. Écran de démarrage

Une fois démarré, le programme d’installation nous guide d’étape en étape tout au long du processus. Cette section détaille chacune d’entre elles, leurs tenants et leurs aboutissants. Nous suivons le déroulement correspondant à un DVD-Rom Multi-Arch (plus précisément, la version beta4 de l’installateur de Jessie) ; les autres types d’installations (netinst notamment) peuvent varier quelque peu. Nous allons également nous concentrer sur l’installation en mode graphique, mais elle ne diffère de l’installation « classique » que par l’aspect visuel.

Continuer la lecture de « Étapes du programme d’installation de Debian Jessie »

Debian ses Textes fondateurs

    Quelques années après son lancement, Debian a formalisé les principes qu’elle devait suivre en tant que projet de logiciel libre. Cette démarche militante permet une croissance sereine en s’assurant que tous les membres progressent dans la même direction. Pour devenir développeur Debian, tout candidat doit d’ailleurs convaincre de son adhésion aux principes établis dans les textes fondateurs du projet.
Le processus de développement est constamment débattu, mais ces textes fondateurs sont très consensuels et n’évoluent que rarement. La constitution les protège des changements erratiques : une majorité qualifiée de trois quarts est nécessaire pour approuver tout amendement.

Continuer la lecture de « Debian ses Textes fondateurs »

Debian : Cycle de vie d’une release

Le projet dispose à tout instant de trois à six versions différentes de chaque logiciel, nommées Experimental, Unstable, Testing, Stable, Oldstable, et même Oldoldstable. Chacune correspond à un stade différent du développement. Pour bien les comprendre, suivons le parcours d’un programme, de sa première mise en paquet à son intégration dans une version stable de Debian.

VOCABULAIRE Release

Le terme « release » désigne chez Debian une version particulière d’une distribution (ex : « the unstable release » signifie « la version instable »). Il désigne aussi l’annonce publique de toute nouvelle version (stable).

https://i0.wp.com/download.tuxfamily.org/passionlinux/images/infographic_debian-v2.1.en.png?resize=840%2C587

Continuer la lecture de « Debian : Cycle de vie d’une release »

Ubuntu part seul dans l’espace avec MIR

Et voila, ubuntu fait encore parler d’elle !
Cette fois, on critique son choix sur le fait de choisir autre chose que les autres acteurs du libre pour remplacer xorg.

Voila ce qu’on peut lire sur linuxfr.org :

Le monde du Libre s’est appuyé pendant de longues années sur le serveur d’affichage X Window System. Le protocole X date de 1984 et, en dépit de nombreuses extensions, il commence à montrer son âge. De nombreuses critiques ont été émises sur le caractère impénétrable de son code, sur son modèle de sécurité inexistant et sur son inadaptation aux machines modernes.

Depuis 2008, un remplaçant répondant au nom de Wayland est développé par Kristian Høgsberg et de nombreux autres contributeurs. Ce nouveau protocole se débarrasse de tous les résidus accumulés par X au fil des années, et il propose une solution moderne et optimisée (voir cet article LWN qui explique les enjeux et cette vidéo de Daniel Stone à la conférence LCA 2013). Il est important de noter que les développeurs de Wayland sont souvent d’anciens développeurs X.Org (Stone est un bon exemple) qui ont donc une connaissance poussée des limitations du serveur X et une expertise suffisante pour jauger les qualités de Wayland.

NdM : merci à patrick_g pour son journal.

Journal à l’origine de la dépêche (272 clics)
Mir sur le wiki Ubuntu (254 clics)
Wayland — site officiel (213 clics)
Ubuntu Building Own Display Server, Unity To Switch to Qt/QML (OMG Ubuntu) (80 clics)
Canonical : les fouteurs de merde, le retour — un autre journal sur le sujet (497 clics)

Après plusieurs années de développement (et de concertation), la première version stable 1.0 de Wayland est sortie en octobre dernier, et le futur des serveurs d’affichage libres semblait alors tout tracé. Après une phase de transition plus ou moins longue (le temps d’adapter les bibliothèques graphiques à Wayland), nous allions tous basculer vers ce nouveau protocole moderne et efficace.

Bien entendu, comme pour de nombreuses autres briques du système, les machines sous Android utilisent une solution d’affichage spécifique (nommée SurfaceFlinger). On peut penser que Google a voulu un système optimisé pour les téléphones et sur lequel il pouvait avoir la main sans être obligé de collaborer avec la communauté.

La situation future de l’affichage dans le monde Linux semblait donc claire : SurfaceFlinger pour les machines sous Android, et Wayland pour les systèmes GNU/Linux traditionnels. C’est pour ça que l’annonce de Canonical du développement de Mir, un tout nouveau remplaçant pour X.Org, a surpris et irrité de nombreux observateurs.

Canonical désire faire converger ses projets afin d’avoir une pile unifiée pour les machines de bureau et les smartphones. Selon cette société, X.Org et Wayland ne sont pas adaptés à cette convergence et il était nécessaire de créer un nouveau protocole.
Dans le wiki dédié à Mir, certaines critiques étaient avancées sur Wayland, notamment la sécurité de Wayland y était critiquée, car la gestion des évènements était considéré comme semblable à celle de X et donc souffrait des mêmes problèmes de sécurité. Aux yeux des développeurs de Wayland, cette justification semble grotesque. Une discussion a immédiatement commencé sur le compte Google+ de Kristian Høgsberg, et les critiques pleuvent.

Selon Daniel Stone la justification avancée est complètement fausse (et l’auteur du texte employé par Canonical n’a même pas pris la peine de se renseigner auprès des développeurs Wayland). En fait, dans Wayland (contrairement à X), les évènements en entrée sont envoyés à un seul client et les clients ne peuvent pas réémettre d’évènement. Donc, un client « pirate » qui détournerait les évènements en mettant une fenêtre transparente en plein écran ferait que les clients normaux ne reçoivent plus rien, ce qui est facile à voir…

Kristian Høgsberg a également souligné l’absurdité des arguments :

The things they claim wayland/weston input can’t be extended to support […] is already implemented and working in weston today…

« Selon eux, Wayland et Weston ne peuvent soi‐disant pas gérer certaines entrées […] qui sont pourtant déjà implémentées et fonctionnent dans Weston à ce jour… »

Carsten Haitzler (le Rasterman du projet Enlightenment) est également très critique :

A reads of the Mir stuff says to me “Oh, look. We don’t understand Wayland at all, neither do we grok X11 that much either.” Their reasoning on the input in Wayland are just total bunk. I would just say “ignore Mir/Canonical and just keep plodding on with Wayland.”

« Une lecture des trucs sur Mir me fait dire : “Oh, écoute, on ne comprend rien à Wayland et on ne capte pas beaucoup X11 non plus.” Leur raisonnement sur la gestion des entrées dans Wayland est tout simplement faux. Je dirais juste : “ignorons Mir/Canonical et continuons de travailler avec Wayland.” »

Dave Airlie (développeur noyau pour les pilotes graphiques) souligne l’amateurisme que révèle ce projet :

They barely have anyone competent enough to write a display server, the fact that they are actually quite ignorant of how Wayland works makes it even more apparent.

« Ils n’ont quasiment personne de suffisamment compétent pour écrire un serveur d’affichage, leur ignorance du fonctionnement de Wayland le met d’autant plus en évidence. »

Dave a également posté sur son blog au sujet du projet Mir :

Now the question becomes : do you want the display server that you are going to base the future of the Linux desktop and possible mobile spaces on a server written by people too stupid to understand the current open source project in the space ? The thing is putting stuff on the screen really isn’t the hard part of display servers, getting input to where it needs to go is, and making it secure. Input methods are hard, input is hard, guess what they haven’t even contemplated implementing yet ?

« La question est de savoir si vous souhaitez que l’avenir de Linux sur le bureau et potentiellement sur les plates‐formes mobiles repose sur un serveur d’affichage qui est développé par des personnes incapables de comprendre la solution libre de référence  ? Le fait est que ce n’est pas afficher des choses à l’écran qui est la partie compliquée d’un serveur d’affichage  ; récupérer les entrées et les envoyer de manière sécurisée à leur destination, ça c’est difficile. Gérer les méthodes d’entrées est difficile, un système d’entrée est difficile. Devinez ce qu’ils n’ont pas encore envisagé d’implémenter  ? »

Cette volée de bois vert générale s’explique par plusieurs facteurs. Tout d’abord, des grosses erreurs dans la description du fonctionnement de Wayland ont irrité beaucoup de monde. Et le fait que ce projet Mir soit en cours depuis plusieurs mois (comme le révèle l’analyse de l’arbre Bazaar) ne présage rien de bon quant au degré d’ouverture de Canonical. Pourquoi avoir ainsi travaillé en secret  ?

En outre, comme c’est souvent le cas avec Canonical, toutes les contributions extérieures devront passer par un partage du droit d’auteur (Contributor License Agreement). Cela signifie que Canonical aura le droit de changer la licence de vos contributions et d’inclure votre code dans un produit propriétaire.

Enfin, le projet Mir est vu comme un risque de fragmentation inutile du monde du Libre. Alors que Wayland semblait être la solution consensuelle sur laquelle tout le monde allait se rallier, l’apparition d’un projet concurrent, s’appuyant sur des justifications techniques douteuses et étant financé par une seule société, ne peut que diviser les forces.

Suite à une discussion sur IRC entre un développeur de Mir et les développeurs de Wayland, le wiki sur Mir a été modifié, ce qui devrait apaiser les tensions : Kristian Høgsberg, s’il regrette le manque de discussion préalable, était surtout irrité par les critiques infondées listées sur le wiki de Mir.

Nous verrons dans les prochains mois si le projet de Mark Shuttleworth se révèle être une bonne idée. Dans l’intervalle, on peut sortir le pop‐corn et regarder les trolls se déchaîner  !

Les reactions s’enchainent, sur ce site mais pas seulement, sur tout les sites linuxiens et meme sur ubuntu.fr, on s’interroge ou on critique !

Alors je vais faire l’avocat du diable, car plusieurs points n’ont pas été pris en compte.
Deja ubuntu va etre porté sur tv, téléphone, ordi et tablette, le tout pour eviter la surcharge de travail, doit etre homogéne et donc etre le « meme produit » sur toute ses surface.
Canonical doit donc etre « maitre » de ses faits et gestes or si les échanges avec Wayland se passe comme avec l’équipe gnome, rien de bon en sortira !

Ensuite un concurrent a Wayland est plutot rassurant, les deux vont vouloir etre le meilleur, et cette concurrence est bonne pour l’utilisateur final !

Voir en ligne : X Mir, un serveur d’affichage de trop  ?

Presque 10 mois sous 12.04, et alors ?

Voila 10 mois sous ubuntu 12.04, celle que j’ai tant décrié pour son interface « non utilisable » nommé Unity, et que je comparais au médiocre gnome-shell !
10 mois que je n’ai pas vu passé, enchaînant les mises a jours, enchaînant les uptimes, les manipulations hasardeuses pour avoir et essayer les derniers programmes dont steam, et malgres tout, elle est la, tient le coup, subit sans broncher les mains d’une fillette de 2 ans, ceux de ma femme, et de mon entourage qui vont dessus sans s’apercevoir que ce n’est pas windows, et que c’est pas plus compliqué !

J’ai essayé de me détacher de cette distribution et de son interface, pour retourner a de plus « saines » connaissances, notamment, debian7 et opensuse 12.2 et mon interface favorite, c’est a dire kde. Mais rien n’y fait, je suis accro a unity et ubuntu.

Dernièrement j’ai encore passé un portable de mon entourage sur cette 12.04, je sais la 12.10 est sorti depuis 5mois et la 13.04 va pas tarder et parait il, a en lire ici et la elle sera du tonnerre… mais ce ne sont pas des cobayes et du coup la LTS est toute particulièrement intéressante et conseillé.

Cette personne en est très contente, du reste la personne en question est mon père, et il connaît bien ubuntu vu qu’il la sur son pc principale, et bien qu’il me demandait de mettre « la même chose » sur le portable que sur le pc principale, je repoussais l’opération en me disant que seven(vous savez la chose de windows), serait plus facile pour être dépanner sur le camping(le pc sert surtout pendant les week-end et les vacances).
Vu l’insistance, je lui ai viré seven pour y mettre 12.04 avec la peur au ventre, car pc moderne, avec wifi, bluetooth, carte ati, et plein de merveilles que seven ne connaissait pas sans le cd de driver HP.
En faite, ce fut un jeu d’enfant et c’est la que je vois le gros travaille fait par les devs en générales, car je n’ai rien eu a faire, tout marchait out of the box, et je me suis contenté d’installer les divers programmes qu’il avait besoin, filezilla, opera, gimp, vlc, et rien de plus.

Ses raisons de passer de seven a ubuntu, ce ne sont pas des raisons philosophiques, ou politiques mais simplement des raisons pratiques, windows et ses mises a jours, pendant le boot et l’extinction qui parfois dure longtemps, mais aussi les popups stupide des mises a jours pendant utilisation. Et ses programmes qu’il trouvait plus lent que sous ubuntu, et c’est vrai qu’après le passage a ubuntu le tout est plus vivace et les programmes se lancent plus vite.
Aussi un peu pour cette interface, qui au début la perturber(j’avais mis l’auto hide pour la barre verticale a cause de son ecran 17pouce 4/3) qu’il trouvait pas efficace car fallait taper dans le coin avec la souris pour faire apparaître la barre. Il m’a remonté ses problèmes et j’ai corrigé en la laissant fixe. Depuis il ne jure que par elle !

De mon coté, pas de grand changement, a part que j’ai aussi opté pour la barre fix et non caché, mais a part cela rien. La configuration par défaut de la bête me convient, a part un truc qui m’énerve c’est nautilus et son « récemment utilisé », je n’aime pas ce genre de truc qui épie mes faits et gestes, des que je vois comment le désactiver, je le ferais.
Un autre truc peu plaisant et que je regrettais par rapport a gnome2/kde et meme le peu fameux gnome-shell, c’est les applications dans la zone de notification du tableau de bord. Sous unity, certain programmes n’apparaissent pas, comme vlc, opera, filezilla, j’ai fouiller et j’ai vu cette article qui en parlait , je redonne ici l’astuce au cas ou j’oublie le liens et que je dois refaire la manipe.

C’est chez Webupd8 que j’ai trouvé la solution ou plutôt deux solutions.

La première consiste à ouvrir un terminal et à entrer la commande suivante :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’all’] »

On peut également créer une “liste blanche” pour ne faire apparaitre que certaines applications de son choix à l’aide de la commande :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’, ’VOTRE_APPLICATION’] »

en remplaçant bien entendu “VOTRE_APPLICATION” par celle ou celles de votre choix.

Vous pouvez aussi utiliser le script trouvé sur Fewt.com.

Une fois l’une ou l’autre des commandes entrées, il suffit de déconnecter sa session et de se reconnecter pour que la modification soit prise en compte.

La deuxième est beaucoup plus visuelle que la précédente mais elle nécessite d’installer “dconf-tools” (présent dans les dépôts) en ouvrant un terminal et en entrant la commande suivante :

sudo apt-get install dconf-tools

Une fois dconf-tools installé, appuyez simultanément sur les touches [Alt] + [F2] en entrez la commande :

dconf-editor

afin d’ouvrir l’éditeur de configuration. Naviguez jusqu’à Desktop > Unity > Panel :

Remplacez « [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’] » par « [’all’] ».

Déconnectez vous puis reconnectez vous.

Si vous préférez n’ajouter que quelques applications, rajoutez les après la ligne originale :

« [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’, ’VOTRE_APPLICATION’] »

Quelque soit la méthode utilisée, voici le résultat sur le PC de mes enfants :

Et sur le mien (avec enfin WICD) :

Si vous souhaitez retrouver la configuration de départ, entrez la commande suivante dans un terminal :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’] »

ou cliquez sur le bouton “Set to Default” de dconf-editor.

et même disponible sur ubuntu-fr, je vous cite le passage :

Retrouver les applications dans la barre de notification

Ubuntu Natty Narwhal 11.04 autorise par défaut peu d´applications à apparaître dans la zone de notification (systray). Voici un petit hack permettant d’autoriser toutes les applications (possédant une icone de notification) à apparaître comme avant.

Parfois, les applications ne s’affichent pas. Pas d’inquiétude, cependant, le hack reste efficace, ce bug restant rare (FIXME à rapporter sur Launchpad)

Solution graphique

Il faut dans un premier temps installer un utilitaire permettant d’éditer la configuration d’unity. Il se nomme dconf-editor. installez le paquet dconf-tools Une fois dconf-tools installé, appuyer sur les touches [Alt] + [F2] et entrez la commande suivante :

dconf-editor

Aller dans la section Desktop → Unity → Panel. Double-cliquer sur la zone Value de la clé systray-whitelist et remplacer la chaine par [’all’]. Si vous désirez n’ajouter que quelques applications, rajoutez les après la ligne originale :

« [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’, ’VOTRE_APPLICATION’] »

Pour revenir aux valeurs par défaut, il suffit de cliquer en bas de la fenêtre [set to Defaults]
Solution en ligne de commande

Écrivez dans un terminal cette commande :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’all’] »

On peut également créer une « liste blanche » pour ne faire apparaitre que certaines applications de son choix à l’aide de la commande :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’, ’VOTRE_APPLICATION’] »

Pour revenir aux valeurs par défaut :

gsettings set com.canonical.Unity.Panel systray-whitelist « [’JavaEmbeddedFrame’, ’Mumble’, ’Wine’, ’Skype’, ’hp-systray’] »

Donc j’ai facilement comblé mes soucis, sauf avec nautilus qui n’a rien avoir avec unity.

Un mois sous unity, quoi dire ?

Pour tout dire, c’est une claque, j’aurais pas pensé que j’allais tenir et surtout me plaire sur cette chose qu’est unity. C’est beau et simple, allez on y va.

Tout n’est pas parfait et je vais commencer par parler de ce qui fâche, en le comparant a son adversaire directe, c’est a dire gnome 3. Le plus gênant pour moi, en tout cas ce que je trouve raté par rapport a gnome 3 sur lequel je suis resté un peu plus que 2 mois, c’est la gestion des fenêtres d’application et celle des bureaux.
La ou sous gnome il suffit d’aller taper en haut/gauche de l’écran (d’appuyer aussi sur super, ou cliquer sur application) pour faire apparaître le menu ou l’on peut géré applications, fenêtres et bureaux très facilement et rapidement grâce a une nouvelle approche de la gestion des fenêtres/bureaux, une manière de penser qui est presque du 1 fenêtre = 1 bureau.

Sous unity, on en est encore a ce que gnome 2 faisait, c’est a dire séparation totale de fenêtres et bureaux, c’est moins simple, plus lent, et en fin de compte on est plus rapide a se passer des bureaux, un comble quand on connaît comment c’est pratique ces bureaux !
Vu que mon dock est caché et ceci pour gagner un maximum de place sur mon écran et le louer a mes fenêtres, je dois aller taper (forcer même, option pour eviter les faux positifs) en haut/gauche de mon écran ou appuyer sur super puis « sélecteur d’espace de travail » et enfin choisir mon espace.

Comme on peut le voire, c’est plus contraignant de le faire sous unity que sous gnome3.

Mais mise a part ça, c’est la seule chose qui me déplais. Tout le reste est « mieux » pensé que son adversaire, même la stabilité, sous gnome3 je me suis souvent retrouvé en mode falback avec un jolie message et un smiley triste (se foutant de ma gueule quand même), qu’il s’est passé un problème et que le mode restreint s’est activé.

Sous unity, je n’ai pas eu un seul plantage, c’est simple et ça fonctionne. Par contre, je dois admettre que gnome 3 sous archlinux me prenait a peine 500/600mo de ram alors que la je tourne entre 500 et 1300mo. Faut dire que je compare l’incomparable, arch et ubuntu c’est pas du tout la même utilisation de ram. Je met ça plus sur le fait que c’est arch que gnome 3 qui consomme moins de ram, vu que j’avais aussi gnome3 sur opensuse et que sur celui ci je passait a 800/1000mo de ram. Tout de même compiz utilise a lui seul 50/60mo de ram.

Pour ce qui est de ubuntu, c’est une bonne version des son départ, et les mises a jours sont fréquentes. ce matin j’ai eu le droit a firefox 13, 48 heures seulement après sa sortie ! Pour une version stable, j’aime ce coté d’être a jour sur les produits mozilla.

Je pense que je changerais pas de distribution avant un long moment, en espérant quand même avoir des mises a jours sur unty et ses améliorations !

Ubuntu12.04 est sortie : unity c’est bon, mangez en !!!

Les objectifs pour cette version sont centrés principalement sur la stabilité et la qualité. C’est en effet une version LTS, elle sera donc supportée durant plusieurs années et aura généralement la préférence des professionnels et entreprises ainsi que des personnes souhaitant avoir une certaine tranquillité.

L’idée est également d’apporter une meilleure finition et une meilleure cohérence de l’ensemble de la distribution avec l’évolution de l’aspect visuel de la marque et de la distribution. C’est enfin l’occasion pour Canonical de lancer les travaux pour rendre Ubuntu multiplateforme avec une expérience utilisateur unifiée et la plus homogène possible sur tout type de matériel : PC, portables, Tablettes, Smartphones, TV…

 Après l’annonce de la sortie de la dernière ubuntu, je me lance a son téléchargement en torrent, et je grave l’image obtenu très vite sur un cd.

A la base, je voulais seulement me faire une idée sur unity, vu que je m’étais très bien adapté a gnome3(surtout dans sa version 3.4) avec quelque extensions, je me suis dis pourquoi pas tenté une nouvelle approche.
Et faut dire qu’il y a pas mal de bonne chose sur cette version, que ça soit unity ou plus globalement ubuntu.

Installation :

Après avoir redémarre avec le cd dans le lecteur, j’appuie sur échap pour faire apparaître le menu, je choisis ma langue et installation.
L’installateur n’a pas changé depuis la 11.10, et est très facile.

Je voulais ecrire cette section moi meme jusqu’a ce que je trouve une synthese de ce que je voulais y mettre, donc pour en finir ça sera un copier/coller de le-libriste.fr.

Première étape pour installer Ubuntu, insérer le CD ou la clé USB dans votre lecteur. Au bout de quelques secondes, plusieurs écrans successifs vont s’afficher jusqu’au choix de la langue :

Sélectionnez votre langue et cliquer soit sur : »Installer Ubuntu »

Ensuite l’installateur va contrôler que votre machine dispose des pré-requis :

Une partition d’au moins 4.4 Go
Que si vous êtes sur un portable que vous êtes relié au secteur.
Et que vous avez une connexion internet (pour vous connecter sur un réseau wifi cliquer sur l’icone en haut à droite de l’écran)

Deux cases à cocher sont disponibles :

Télécharger les mises à jour durant l’installation (je vous le conseille car cela vous fera gagner beaucoup de temps)
Installer ce logiciel tiers : Cochez la cela vous évitera de devoir les installer : flash player, codec mp3, lecture dvd, ….

Ensuite le système vous demande à quelle type d’installation vous voulez procéder. Vous pouvez choisir autre chose pour contrôler finement votre installation d’Ubuntu.

Partionnement : Le partitionnement est une étape que beaucoup redoutent. Je vous conseille trois partitions au minimum au format ext4 :

Pour la racine (/) : 3Go est un minimum. Pour ma part, j’ai prévu large (14Go), je vous laisse voir en fonction de la taille de votre disque dur.
Pour la mémoire swap : Autant de swap que de RAM (tout en restant entre 256Mo et 2Go).
Pour les données (/home), permettant de séparer les données des logiciels, le restant disponible.

Une fois cette étape terminé l’installation démarre et en même temps vous pouvez saisir le reste des paramètres d’installation :

Localisation : Sélectionnez votre langue, indiquez votre emplacement géographique, réglez l’heure si elle ne l’est pas déjà.

Indiquez le type de votre clavier.

Identification : Nom prénom, pseudo, mot de passe et le nom que vous souhaitez donner à votre ordinateur. Il est possible de paramétrer le démarrage d’Ubuntu en demandant oui ou non il faut demander un identifiant et mot de passe pour se connecter (fortement conseillé).

Le reste de l’installation va durer plusieurs minutes …… Plusieurs écrans de présentation vont se succéder

Jusqu’au redémarrage et à la première connexion où vous pouvez choisir le type de bureau à lancer :

Utilisation

Après le temps de l’installation, arrive celui de l’utilisation et la c’est clair, on ne peut pas faire plus « cliquodrome ». Mais avant de parler du « cliquodrome » ou plutôt « clavierdrome », je parlerais de finition.

La 12.04 est livré en standard avec unity, le tout dans une finition exemplaire et de qualité. Unity et moi ça a commencé en 2010 et je n’étais pas convaincu de l’utilité de cette environnement, ou qu’il soit « productif », face a l’époque un gnome 2.32 qui tirait sa révérence dans sa meilleur version.
Entre temps, il y a eu gnome 3 et j’ai du m’y mettre, celui ci m’ayant ouvert les yeux a de nouvelles habitudes, je me sentais apte pour tester unity sans partis pris.

Le lanceur d’application ou Dock

Tout de suite on voit quand même des similitudes avec gnome 3, le lanceur d’application appelé aussi dock situé sur la gauche, par defaut est toujours visible, on peut cependant activé l’auto-hide, qui cache systématiquement le lanceur sur le côté. Il faut ensuite envoyer le curseur sur le côté de l’écran et pousser légèrement l’écran pour faire apparaître le lanceur, ce qui permet notamment d’éviter les faux positifs.

Le style a légèrement évolué. Les étiquettes qui apparaissent au survol des icônes du lanceur ont été affinées, ainsi que les listes d’accès rapide(clic droite sur l’icone donne des options supplementaire).

Pour ces dernières, deux nouvelles listes d’accès rapide ont fait leur apparition.
Une pour le bouton du Dash, qui permet d’accéder directement aux « loupes » applications, documents, musique et vidéos ;

une autre pour Nautilus, qui permet d’accéder aux répertoires favoris.

L’autre similitude est la barre se situant elle aussi en haut, qui contient les « indicators », l’heure, et le menu extintion.

Le Dash

Autrement dans ce qui change par rapport a gnome3, c’est le menu « logo ubuntu » qui appel le Dash principal, rassemble maintenant les applications récemment utilisées qui ne sont pas présentes dans le dock, les documents récents et les documents récemment téléchargés.

Le dash est rangé par les loupes ou lens, qui ont reçu quelques petites modifications et ajustements dans les styles pour rendre l’affichage plus clair.

Une loupe vidéo est maintenant présente par défaut en plus des loupes musique, documents et applications.

Elle récupère les informations des fichiers locaux, mais également de divers site de vidéo en ligne. On peut aussi rajouter des loupes comme celui pour wikipedia.

Un plus bien sympathique est de faire apparaître un résumé des raccourcis claviers disponibles en appuyant quelques secondes sur la touche « Super ».

Je note aussi que l’ensemble de l’interface Unity adopte une coloration en relation avec la couleur du fond d’écran. Exemple si mon fond d’ecran est vert l’interface Unity sera vert…

Le HUD

Le HUD est une nouveauté pour cette version annoncée par Mark Shuttleworth. L’idée de base est d’apporter une solution complémentaire au menu classique des applications. Il suffit ainsi d’appuyer sur la touche ALT pour invoquer le HUD. Il se présente sous la forme d’un moteur de recherche semblable à celui du Dash sous lequel apparaît une liste de résultats. Il suffit alors de taper le nom de l’option que l’on cherche. C’est une solution qui peut être pratique notamment pour les applications ayant une grosse quantité d’options. À terme, le HUD devrait également intégrer une solution de recherche vocale et un affichage complémentaire pour remplacer le menu standard.

Essayé mais pas encore adopté, par exemple sous firefox pour moi c’est plus simple et plus rapide de cliquer sur marque page, l’étoile dans la barre d’adresse de firefox que de le faire avec le hud.

Maintenant avec une application avec de nombreux menu comme gimp, ça peut peut être le faire, mais pareil ça n’a pas été très concluant. Faut dire que c’est une nouveauté toute fraîche et donc faudra voir dans le temps et les prochaines versions.

Overlay Scrollbar

La barre de défilement – conçue pour pour se faire discrète – est adaptée aussi bien aux usages tactiles qu’à la souris ou au clavier, elle a reçu un certain nombre d’améliorations :

  • Le style du curseur a subi une petite mise à jour et sa taille est légèrement plus grande pour faciliter sa manipulation ;
  • Il n’est maintenant plus nécessaire de viser l’ascenseur pour faire apparaître le curseur de défilement. Il apparaît lorsqu’on approche le curseur du bord de la fenêtre ;
  • L’apparition du curseur est maintenant plus logique ;
  • Le défilement plus la touche CTRL permet de réaliser un défilement fluide ;
  • En cliquant avec le bouton du milieu, on peut faire défiler la page jusqu’au point désiré.

Si ces améliorations sont bienvenues et permettent de régler quelques régressions vis-à-vis de la barre de défilement classique, on pourra regretter que le port n’a pas été fait vers d’autres toolkit. Ainsi on ne dispose pas de cette solution sur Qt ou XUL, ce qui touche certaines applications clés comme Firefox et provoque une incohérence certaine dans l’interface.

C’est du graphisme mais ça complète bien cette impression de finition, de qualité. Il manque plus que ça soit intégré sur les autre toolkit pour le voir en action sous firefox..

Le global menu

Global Menu est un menu partagé entre toutes les applications de votre session s’apparentant au menu de Mac OS X. Il se présente sous forme d’applet à placer dans un tableau de bord, et présente plusieurs avantages :

  • La largeur des menus n’est plus limitée par la largeur de la fenêtre.
  • Il n’y a qu’une seule barre de menu à l’écran : celle de la fenêtre active.
  • Il permet sur des petits écrans de gagner de la place.

Le global menu nous fait gagner de la place mais devient peu pratique avec plusieurs fenêtres cote a cote.

La logithèque

La logithèque continue d’évoluer doucement : les évolutions ne sont pas marquantes mais permettent de continuer d’améliorer notablement cet élément clé présent dans Ubuntu, Debian et peut-être bientôt dans Fedora ?

Galerie photos et vidéos : il est maintenant possible de voir plusieurs captures d’écrans pour chaque application, et une option permet d’intégrer également des vidéos : une bonne promotion pour les applications.

Processus d’achat des applications : le processus d’achat a été en partie revu avec une interface plus simple et plus réactive.

Nouveau dépôt « indépendant » : en parallèle du dépôt payant, on retrouve maintenant un nouveau dépôt « indépendant ». Ce dernier permet aux projets libres de publier leurs logiciels avec les même facilités que celles offertes par le dépôt payant (avec une interface web simplifiée et un processus de validation). Il permet notamment de publier de nouvelles versions indépendamment du rythme de sortie d’Ubuntu et des dépôts officiels.

Commentaires et notes : pour chaque fiche il est maintenant possible de filtrer les résultats selon la langue et de les classer selon différents filtres.

Temps de chargement : sûrement l’une des plus grosses critiques de la version précédente ; le temps de chargement de la Logithèque a été fortement réduit. De même, l’affichage des différents éléments de l’interface a également été largement amélioré.

Nouvelle catégorie : Livres et magazines : une nouvelle catégorie est maintenant disponible pour les livres et magazines, payants ou gratuits. Cette catégorie propose principalement des magazines et livres sur Ubuntu et Linux. Ils sont disponibles au format PDF, sans mesures techniques de protection (MTP aussi connues sous le nom de DRM en anglais pour Digital Rights Management).

Recommandations : un nouvel onglet fait son apparition dans l’interface. Il propose des applications qui peuvent intéresser l’utilisateur selon les applications déjà installées.

Logithèque en ligne : une version de la logithèque est également accessible par le web. Elle reprend globalement le même style et fonctions que la logithèque présente sur Ubuntu.

A l’utilisation, je l’ai trouvé vivace mais parfois ce programme a tendance a réfléchir de trop. Ce qui m’embête c’est qu’on ne sait rien de ce qui se passe, installe t’il, télécharge t’il, rien, seulement une barre de progression.
Pour l’utilisateur nouveau sous linux, c’est un grand pas en avant car tout est simplifié a je clique, ça s’installe.

Le mot de la fin

C’est déjà la fin, et faut que je fasse un petit résumé, alors je me lance :
Cette ubuntu 12.04 est un bon cru, stable malgré quelque soucis avec le plugin flash, ce qui m’a valu l’ouverture d’une fenêtre pour envoyer un rapport de bug. Une finition exemplaire digne d’un système propriétaire, et d’une facilité, comme par exemple les pilotes propriétaires proposé au démarrage du système, la reconnaissance de l’imprimante automatique et sans rien faire. Tout ça avec des mises a jour sur 5ans.

Voir en ligne : linuxfr.org

Les tests des distributions de FRlinux #6 : Ubuntu 10.04 (Lucid)

Ma premiere fois ou j’ai abandonné mandriva/debian pour ubuntu…

Dernière mise à jour : 27/06/2010

    C »est avec un peu de retard que je vous livre ce nouveau test d’Ubuntu 10.04 sortie le 29 avril dernier. Cette nouvelle version se prénomme Lucid Lynx. Elle est un peu plus importante que les autres car c’est une LTS (Long Term Support), qui sera assurée et maintenue pendant plusieurs années. La dernière stable LTS était Hardy. Vous pouvez donc à présent la mettre à jour depuis Hardy vers Lucid. Je vous conseille un passage par les notes de mises à jour, vous trouverez des informations sur toutes les différentes versions vers la 10.04.

    Le noyau fourni ici est un 2.6.32. GCC 4.4.3, glibc 2.11, Firefox 3.6.3, Gnome 2.30, Alsa 1.0.22, Nvidia 195.36, KDE 4.4.2 et encore beaucoup de bonnes choses. J’ai installé Ubuntu 10.04 i386 à partir du CD d’installation alternative que j’ai copié sur une clé USB à partir de l’outil Ubuntu disponible dans Administration/Créateur de disque de démarrage. J’ai ensuite utilisé mon portable Sony Vaio FZ-11Z contenan un Intel Core 2 Duo T7300, 2Go de RAM et une carte vidéo Nvidia 8400M. L’installation a prise 1h avant que je puisse démarrer sur mon nouveau bureau.

J’ai aussi testé cette nouvelle version en béta depuis début avril ainsi que sur plusieurs postes de bureau au travail et sur différents portables installés récemment pour des amis. L’installation n’a jamais posée aucun problème sur aucune des machines utilisées. Pour fêter la nouvelle LTS, Ubuntu a changée ses couleurs de terre pour passer à quelque chose de plus festif. Le premier démarrage m’a bien sûr accueilli avec les options habituelles de mise à jour ainsi que l’assistant d’installation de pilotes propriétaires.

    Ubuntu a encore bien travaillé pour simplifier au maximum l’utilisation de cette nouvelle version. Ainsi vous pourrez trouver une nouvelle version de la logithèque Ubuntu, vous permettant très simplement de pouvoir gérer vos logiciels. Ubuntu a également embrassé les réseaux sociaux de plein front en proposant une nouvelle application pour blogger : gwibber. Celle-ci vous permettra de connecter vos comptes facebook, twitter ou encore Digg afin de partager l’information encore plus rapidement et sans avoir à utiliser plusieurs sites web en même temps.

    Cela faisait quelques versions qu’Ubuntu parlait du nuage et en effet, plus de services sont encore disponibles. Donc en créant un compte Ubuntu One, vous pouvez à présent bénéficier de 2go de stockage, que vous pouvez étendre moyennant finance. Vous pouvez aussi à présent utiliser Rythmbox pour acheter de la musique sur le Music Store. J’ai fait un test pour voir étant donné que je cherchais le dernier album de Lamb of God (Métal). J’ai été surpris de voir qu’il était disponible pour 9 euros (contre 17 en magasin). La seule raison pour laquelle je l’ai acheté simplement car il était sans aucun verrou numérique (DRM). La qualité est du 256k proposé en mp3, bien mais pas top. Lorsque le paiement est validé, vos mp3s sont sauvegardés localement mais aussi sur votre compte One dans le « nuage ». Votre compte peux également synchroniser vos bookmarks, vos contacts et vos photos.

    J’ai aussi testé KDE par le biais du bureau Kubuntu qui est disponible en version 4.4.2, j’ai noté quelques lenteurs en particulier sur l’indexation. Je ne suis pas sûr si c’étais lié à ma machine (qui n’est pourtant pas encore une antiquité) mais les lenteurs fûrent relativement récurrentes. Je conseille également l’activation du dépôt « partners » qui vous permettra d’installer acrobat ou encore java si vous en avez besoin. Le second dépôt que je conseille est « medibuntu » qui vous permettra d’installer tous les codecs audio et vidéos qui vous manquent pour la lecture de différents médias.

    J’ai aussi testé la lecture de DVDs et en effet, l’ajout du second dépôt était nécessaire, principalement pour le déchiffrage des clés du DVD. J’aime aussi par ailleurs utiliser plus mplayer que les autres lecteurs afin de pouvoir bien contrôler les paramètres. J’aimerais attirer votre attention sur le fait que cette version étant une LTS, le principal objectif était de stabiliser la distribution sans apporter trop de nouvelles versions de logiciels. Lucid ne nous a pas trop donné de fil à retordre et s’est bien comportée sur les nouvelles installations comme les mises à jour par le réseau.

    En définitive je dirais que le contrat est rempli. Cette dernière version apporte suffisement de bonnes choses pour les utilisateurs de la 8.04 LTS qui devraient accueillir cette mise à jour avec joie. Pour les utilisateurs des versions précédentes, les nouveautés seront moins importantes mais je pense quand même que cela vaux le coup. Pour conclure, je pense que cette version devrait mettre pas mal de personnes d’accord sur Ubuntu en général. Je la conseille vivement pour une introduction aux débutants dans le monde fabuleux des petits pingouins.