Pour votre station bureautique libre à domicile, plutôt fixed ou rolling ? Ma réponse.

En matant du coté de chez Fred, je m’aperçois d’un super billet avec parti pris sur les distributions à publication fixe ou continue. Bien sur il y a parti pris comme je le disais, de Fred pour les rollings, allant jusqu’à dire que les « fixed releases pour l’utilisateur particulier sont plus proches du cercueil que du berceau ». Je me permet de mettre en doute, encore une fois le fait que les distributions avec sortie de versions vont mal, c’est pas totalement vrai mais pas forcément faux comme pour certaines rollings, au contraire des distributions comme Debian vont même plutôt pas mal.

Il y a deux sortes d’utilisateurs, les premiers veulent tout et tout de suite, ce sont les fans des « rollings », et les autres veulent surtout que ça soit stable et fiable dans le temps, ce sont les fanatiques des « fixeds ». Dans la première école, on trouve surtout du Archlinux, du gentoo, ou de la Manjaro et dans la seconde, nous avons du Debian, de la Ubuntu, de la slackware… Continuer la lecture de « Pour votre station bureautique libre à domicile, plutôt fixed ou rolling ? Ma réponse. »

Bien choisir sa distribution GNU/Linux en 2017

J’avais fait en 2016, une liste de distributions qu’on peut utiliser sans soucis, j’avais même fait trois billets:

Continuer la lecture de « Bien choisir sa distribution GNU/Linux en 2017 »

Bon, me voici sur Calculate linux

Contrairement a ce que je disais sur le billet Calculate linux, la Gentoo pour humain, oui mais pas pour moi!, je n’ai pu rester sur une défaite surtout que le monde Gentoo m’attire de plus en plus.

Alors hier (mardi 22h30) après ma journée de travail et après avoir pris un petit repas du soir, je me suis attelé a réinstaller la distribution sur le PC principale, une installation rapide via une clef USB, en 8 minutes c’était torché.

Au premier démarrage, j’ai lancé une mise a jour pour synchroniser ma distribution aux différents dépôts (si dépôt est le terme qui convient?), cette première mise a jour fut longue pour seulement une quarantaine de paquets mais les installations suivantes fut plus rapide, notamment mes 192 paquets a rajouter qui ont été assez vite en comparaison, toujours pas aussi vite que sur une distribution binaire mais toute de même assez rapide pour me permettre d’aller « seulement » prendre ma douche et pas plus! Oui les 192 paquets, environs bien sur, ont prit un peu moins de 30 minutes, bon c’est sur que sous Opensuse on aurait mis 5 ou 10 minutes a tout casser car le plus long est le téléchargement sur les serveurs de SUSE,  mais la je suis assez content.

Vers 3 heure (mercredi matin), j’avais un système qui ressemble plus ou moins a ce que j’ai habituellement sur une distribution binaire, c’est a dire, tout kde, avec un pare-feu (ufw), mldonkey et amule, soundkonverter, virtualbox (non fonctionnel car non trouvable dans les menu ou dans la console), vlc, mes jeux comme 0ad, minetest, flightgear… et mes émulateurs dgen, gens, scummvm, stella, nestopia, fceux, fusion et arnold via les archives des sites, d’autres choses aussi que je n’ai pas en tête. Continuer la lecture de « Bon, me voici sur Calculate linux »

Frugalware, obligé de se castrer pour survivre?

Comme je l’ai dis a de nombreuses reprises un peu partout ici et ailleurs, je suis un grand fan de cette distribution et de ses développeurs tous plus sympathique et attachant les uns des autres. Une distribution que j’ai utilisé très peu en faite mais qui m’a laissé des moments inoubliables et une forte impression, bien plus que mon moment sur Archlinux. Je l’ai eu dans les mains au moment de son apogée quand elle était la petite qui montait et intéressait tous ceux qui ne voulaient plus être sous Ubuntu, c’était l’époque de Devil505, un gars qui n’arrêtait pas d’être partout et sur tous les fronts! Puis il y a eu la longue descente en enfer, dans le silence totale et sous le je-m’en-foutiste de tous, faut dire que cette distribution ne savait pas se vendre et ne le sait toujours pas, puisque cette sortie est passé inaperçus, personne n’a mis un mot sur les sites traitant des distributions linux comme Linuxfr. Du reste le dernier mot qui en parle sur ce site, date de 2013 et est fait par votre serviteur:) Continuer la lecture de « Frugalware, obligé de se castrer pour survivre? »

Mon aventure linuxienne: 10 déjà…

Il y a dix ans déjà que je quittais le monde fenêtré de Microsoft, écœuré d’un système que je connaissais trop bien pour ses failles, ses virus, ses lenteurs obligeant dans les meilleurs des cas a défragmenter le disque dur et ses choix d’espionner les faits et geste de ses victimes clients. J’ai connu Windows depuis sa version 3.1:

https://i2.wp.com/download.tuxfamily.org/passionlinux/images/png/Windows_3.11_workspace.png?w=840

Une éternité, diront certains, mais j’ai l’impression que c’était hier, ce petit goût de nouveauté, cette joie de découvrir autre chose que mon Amstrad CPC. Par la suite j’ai eu chacune des versions proposé par Windows de la 95, a la XP, en passant par 98…

Continuer la lecture de « Mon aventure linuxienne: 10 déjà… »

NuTyX , une distribution atypique

  • Logo NuTyX

NuTyX est une distribution binaire véritablement optimisée pour les architectures i686 et x86_64. Vous pouvez utiliser le système de ports et installer vos propres paquets depuis les sources, ils seront intégrés nativement au système, leur gestion sera transparente.

capture1

capture2

NuTyX est une distribution GNU/Linux basée sur LFS et ses recettes sont très proches de celles de la distribution suèdoise CRUX.

NuTyX est maintenue par Thierry Nuttens alias Tnut.

C’est certainement la distribution la plus rapide et la plus simple à installer que j’ai pu avoir entre les mains.

Pour commencer, il n’y a pas systemd, mais un init a l’ancienne du type bsd.

Tout aussi rapide et CARDS est le gestionnaire de paquets utilisé par cette distribution. Il est très vivace!

Mais commençons par le début, c’est a dire l’installation!

1. Installation:

Comme dit plus haut, c’est du rapide, on télécharge la grosse iso (je plaisante, elle fait moins de 200mo…), puis on la grave sur un cd ou mieux on la met sur une clef usb.

Je ne vais pas détailler l’installation, un article détaillé existe sur le site et Frederic Bezies a réalisé une excellente vidéo montrant une installation depuis zéro.

En gros, il suffit de choisir l’option « installer » dans le menu principal:
installation1

L’installation commence instantanément, le système de base est transféré sur la partition de destination. L’opération dure moins de 30 secondes. Aucun téléchargement ne sera effectué, donc pas besoin de connexion réseau.

installation2

Ensuite l’installateur nous demande si l’on souhaite installer la procédure d’amorçage GRUB:

installation3

L’installation du système de base est terminée. NuTyX se lance sans redémarrage de la machine.

La configuration du système d’exploitation peut commencer, réglage du clavier, de la carte réseau, de la date et de l’heure et enfin la modification du mot de passe par défaut du compte administrateur.

installation4

installation5

Cette fois c’est a vous de jouer et comme on peut le voir sur la prochaine image, l’installateur vous laisse la main SANS REDEMARRER!!!

installation6

Le mot de passe par défaut est nutyx. Dès que vous aurez entrez ce mot de passe. On vous demandera de le changer immédiatement.

2. Première prise en main:

NuTyX arrive avec le gestionnaire de paquets cards, tout à fait unique écrit spécialement pour les besoins de NuTyX.

Un de ses points fort est certainement la possibilité de trouver automatiquement les dépendances pour le fonctionnement d’un paquet.

Pour moi il dépasse tout ce que j’ai vu en rapidité, bien que jeune, il est très stable. Il n’y a pas encore d’interface graphique, mais il est très simple à prendre en main

cards

En plus d’une prise en main simple, des alias sont définis pour nous simplifier la vie.

Par exemple pour vérifier si il y a des mises à jour disponible:
cards sync -> permet d’obtenir le dernier état des mises à jour disponibles sur votre système.

cards diff -> affiche une liste de paquets pouvant être mis à jour.

Grâce aux alias mis en place, la commande devient:

check

Ce qui affiche une liste de paquets à mettre à jour:
Synchronizing /var/lib/pkg/saravane/desktop from http://..
/var/lib/pkg/saravane/desktop//MD5SUM
..
Differences between installed packages and the depot of binaries:

Package                        Installed                 Available in the depot of binaries gcc                             4.9.1                     4.9.2 glibc                           2.20                      2.21 

Ensuite, on mettra les paquets à jour (un par un), en faisant:

cards install -u gcc

ou

up gcc

On installe firefox avec:

get firefox

Mais bon je vous laisse lire la documentation très claire de NuTyX ou .

3. NuTyX en action:

Donc comme on a vu, on commence par faire les mises a jour:

check

et

up nom-du-paquet

Ensuite on installe son bureau.
Pour chercher et installer xfce:

search xfce
get xfce4

Environ 7 minutes plus tard (tout dépendra de votre connexion), xorg, le bureau et les applications de xfce, ainsi que claws-mail seront installés pour moins de 2go.

J’en profite pour installer les programmes dont j’ai besoin:

get firefox
get thunderbird
get vlc
get transmission
get libreoffice

Ce qui me fait une distribution passe partout pour 3.8 go… C’est très léger. Le tout en moins de 15 minutes j’ai un ensemble complet (12 minutes a peine).

On peut rajouter kde avec un simple:

get kde

A partir de là, on a une grosse partie de kde quelques paquets manquent comme amarok par exemple.

L’ensemble (kde + firefox + vlc + libreoffice+…) fait dans les 5.1 go.

Le top du top, c’est qu’une simple commande permet de revenir sur un système de base. Cela permet de changer complètement son environnement graphique par exemple.

On peut donc passer de KDE vers XFCE sans devoir tout réinstaller et sans devoir tout re-télécharger.

Les paquets déjà téléchargés (et à jour) seront simplement réinstallés.

cards base -r

Vous donnera une NuTyX toute propre c’est à dire la base seule.

Pour ajouter un paquet, la commande cards install suivi du nom du paquet à installer sera utilisée:

cards install xfce4

Le téléchargement de l’application xfce4 commence imnmédiatement, une fois le paquet téléchargé, ses dépendances seront à leurs tours téléchargées. Quand le téléchargement est terminé, tous les paquets seront installés dans le bon ordre. Dans cet exemple, une fois la commande terminée, vous aurez un bureau xfce4 installé sur votre NuTyX.

4. Ajout d’un utilisateur

Pour ajouter un utilisateur sous NuTyX, c’est également très simple, la commande :

nu

permet d’ajouter un utilisateur, elle peut être utilisée sous 2 formes avec et sans options, si elle est utilisée sans options, 2 questions vous seront demandées:

Nom de l'utilisateur: francois Description de l'utilisateur: François Perrin

Vous devez bien noter que le nom d’utilisateur ne peut pas contenir certains caractères et ne peut pas contenir d’espace ni de majuscule.

Si par contre vous souhaitez utiliser la commande avec ses options, ces derniers sont dans l’ordre la description de l’utilisateur suivi du nom de l’utilisateur:

nu "François Perrin" francois

5. Une NuTyX ressemble à quoi?

bureaux utilisateurs1
bureaux utilisateurs2

P.S : Je tiens a remercier Tnut, pour sa patience et sa relecture.

Frugalware une rolling release ? Passer en current

Je vais encore une fois parler de frugalware, cette fois c’est pour faire taire certaines mauvaises langues qui disent à tord et à travers que fw n’est pas une rolling.

Donc, il y a deux dépôts seulement, un dépôt stable et un current, c’est celui ci qui nous intéresse pour ce soir. Current est celle de développement mais c’est surtout et avant tout celle utilisé par tous ceux qui sont sur fw. C’est pas comme debian avec sa sid, on est plus dans l’esprit d’arch et sa current. Et pour les grosses mises a jour qui peuvent tout casser c’est dans des dépôts personnels que ça se passe ou dans un des nombreux dépôts testing.

Donc frugalware est intéressante que si on passe en version current, voyons ensemble comment faire.

Une grosse partie voir la totalité viens du wiki de fw.

Passer de « stable » à « current »

Vous venez d’installer Frugalware en version stable et vous désirez passer en current afin d’avoir les paquets les plus récents : la dernière version de firefox, de thunderbird, des drivers, du kernel…etc…

Rien de ne plus simple, il vous suffit en root d’éditer le fichier /etc/pacman-g2.conf de cette façon :

# nano /etc/pacman-g2.conf

Puis dans le fichier commentez la ligne des paquets stable et décommentez celle des paquets current, voilà à quoi doit ressembler cette partie dans votre fichier :

 # -current  Include = /etc/pacman.d/frugalware-current

# -stable
#Include = /etc/pacman.d/frugalware

Sauvegarder votre fichier.

Voilà vous êtes en current ! :-D

Bon maintenant on force la mise a jour des depots :

pacman-g2 -Syy

puis on fait les mises a jour :

pacman-g2 -Syu

Simple non?

Archlinux, quoi de plus que Frugalware ?

Deux ans après avoir quitté arch pour de bon suite a un raz le bol de ses grosses mises a jour qui cassent tout, et après avoir retrouvé un certain confort avec frugalware(que j’avais lâché en 2009 pour aller sur arch) que j’avais perdu suite a une longue errance sur ubuntu/unity(10.04->14.04), j’ai voulu voir ce qu’apportait arch par rapport a frug.
Je commence tout de suite par j’ ai fait ça pour répondre a certain qui demandait ce que frug apportait par rapport a arch, et le constat est amère de mon coté !
http://linuxfr.org/users/seb95/journaux/frugalware-une-distribution-pas-comme-les-autres

Téléchargement et installation officiel :

Tout d’abord, je télécharge le média officiel, vous savez ce truc qui se dit être un installateur, qui pour moi n’est qu’un live qui se copie sur le disque ! Je prend le torrent car ça va vite et le mdsum sera déjà contrôlé, c’est un bon point car frug n’a pas de torrent, ou si mais pas de seed. Je commence a installer en suivant la doc, le wiki au passage est toujours une mine d’or, je reboot après 40min pour démarrer sur une arch vierge de tout, en faite il n’y a que la base( c’est voulu) mais comment j’ai pu mettre autant de temps pour installer la base ? Tout s’explique par je suis lent a taper les commandes et a les adapter pour mon matos, j’installe par la suite kde, kde-l10n-fr, firefox, qbittorrent, de la j’ai une erreur, qbittorrent n’est pas dans les dépôts ! J’installe a alors le reste et j’attends, j’attends,j’attends, pourtant j’ai configuré les miroirs mais le débit tourne a peine a 400kb/s. Kde se lance, kdm est toujours en qwerty, au passage, dans le terminal, suis toujours en qwerty alors que c’est réglé pour azerty, j’ai du le refaire, j’avais oublié de mettre un dièse devant l’anglais, mais pour kdm, faut que je retouche un fichier, ça fait tellement longtemps que j’avais zappé !
Donc pas loin d’une heure vingt pour avoir un système opérationnel sous kde avec firefox, libreoffice, quelques jeux et le tout en français avec la manière d’installation officielle !

Téléchargement et installation archboot :

Je télécharge ensuite l’archboot pour comparer l’installation des barbus prétentieux et celui des gens normaux, je prend le torrent bien sur. Je lance, c’est simple ça rappel AIF, l’installation n’est pas des plus compliqué, suffit de suivre les étapes, dont une qui n’est plus par rapport a AIF c’est la partie démons, faut dire que systemd facilite grandement cette étape.
Comme d’habitude je n’installe que la base, le tout dur a peine une dizaines de minutes(15 minutes pour être précis…), au reboot, j’ai mon arch d’installé et fonctionnelle, le clavier est bien en azerty, utf8 est bien activé(je l’ai fait pendant l’installation), donc comme en haut je lance l’installation de kde, kde-l10n-fr, firefox, puis je redémarre pour voir kdm en action, kdm toujours en qwerty, bon faut vraiment que je me décide a régler le fichier en question, pour le reste de kde c’est bien en azerty !
Je rajoute le dépôt d’archlinux.fr pour avoir yaourt qui est le seul truc que je trouve géniale sous arch, et que j’ai besoin pour avoir deux ou trois truc qui me manque sous arch, déjà qbittorrent, on a beau me dire que arch a plus de paquets que frug, si c’est pour aller sur AUR je ne vois pas l’intérêt, pour moi AUR est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber(forest gump), le pire côtoie le meilleur. La ou sous frug en même pas dix seconde j’ai la construction de mon paquet qbittorrent via le frugalbuild, sous arch ça me prends pas loin de la minute, et surtout ça me fait gueuler les processeurs de mon pc, chose que frug ne fait pas quand je build un paquet !
Âpres qbittorrent j’ai besoin de cowsay-futurama et de fortune-mod-futurama-fr et encore une fois je ne les trouve pas dans les dépôts mais sur AUR, cette fois cowsay c’est parfait mais fortune-mod-futurama-fr s’installe mais reste introuvable…, pas grave je passe a autre chose. Le pc est aussi vivace que sous frug et consomme autant donc tout va bien. Les paquets sont bien sur a jour, arch est réputé pour ça, mais a part le kernel que arch possède en 3.16 alors que frug se contente du 3.14 tout est identique, kde 4.14, un début de plasma 5, les produits Mozilla sont aussi dans leurs dernières versions, libreoffice aussi, vraiment si je dois choisir sur les versions des programmes pour faire un choix entre arch et frug, ça serait pas déterminant !

Conclusion

Alors qu’est ce que arch a de plus que frug, qu’est ce qui pourrait me faire passer a arch ? La réponse est rien, l’installateur officiel est une horreur sans nom qui me fait perdre un temps fou a tout configurer pour recommencer une fois le bureau installé comme si j’allais avoir une érection de l’avoir fait moi même, le tout plus d’une heure pour avoir une arch configuré avec kde et deux trois programmes que je me sert ; archboot est très bien, mais je préfère ne pas passer plus de trente minutes pour avoir mon système avec kde et qu’il me reste encore de la configuration(kdm en azerty notamment), trente minutes a cause certainement des miroirs blindés, avant il y avait une méthode pour savoir quel miroir utilisé mais en deux ans j’ai perdu pas mal de notion ! Je continue aussi a dire que AUR n’est pas un dépôt, et donc il n’y a pas tant de logiciels que ça dans les vrais dépôts, la plupart des programmes que je me sert ne sont pas dans les dépôts… AUR est dangereux pour un non initié, AUR contient de bons builds comme des merdes sans noms qui devraient pas avoir lieu ! Et je ne pige toujours pas pourquoi les fameux builds qui sont potable dans AUR ne sont toujours pas incorporé dans les dépôts ? A moins que la participation des utilisateurs soit ralentit par tout une procédure comme debian ? Sous frug suffit de faire le build de l’envoyer sur la liste avec son patch et si c’est bon c’est accepté avec un gentil merci !!! Plus simple je ne connais pas !

Méthode Antergos

On va faire encore un essai, cette fois méthode Antergos anciennement connu sous le nom de Cinnarch, qui n’est rien d’autre qu’une arch avec un dépôt rajouté en plus de ceux par défaut d’arch, c’est encore un live, on démarre sous gnome par défaut et on a accès a une icône pour l’installateur, celui ci est très bien foutu, c’est même rare pour que je le dis, il est simple, expliqué et bien traduis, j’ai bien aimé notamment que l’on puisse choisir directement le bureau qu’on veut, dans mon cas on ne change pas une équipe qui gagne, c’est kde ! Ensuite on nous demande les services qu’on veut installer et activer par défaut, on a le choix cup, ect,… Vraiment sympathique, après ça télécharge les paquets directement sur le net, et c’est long, très long, plus d’une heure dix dont plus de 40 minutes pour télécharger les 900 paquets…. Soit leur dépôt Antergos a peu de débit soit c’est encore les miroirs d’arch qui sont lents.
Au redémarrage on se retrouve sur un beau bureau kde, tout est francisé et surtout le matos est reconnu, cette fois on est bien en azerty même dans le kde que j’ai installé par la suite car c’est lightdm par défaut et celui ci est un peu, beaucoup ou a la folie,…, planté ! Je me pose une question, pourquoi chez moi c’était un vrai sapin de noël ???
Je me demande encore si antergos est une vrai arch avec des programmes en plus et un dépôt rajouté et donc en enlevant ce dépôt et en faisant une installation de base, si on se retrouverait sur une arch ? Tout marche vraiment bien, sauf les icônes et le thème par défaut qui me convient guère, une installation commencée a 16h50 et fini a 18h(kde +cupd +libreoffice +chose propriétaire et codecs +fonts + ufw+ réglage fr), le tout sans intervention de ma part.
Ensuite je recommence avec une installation de la base sans bureau, donc il me demande ce que je veux, alors ça sera cupd+ drivers et codec+ fonts+ ufw et le tout dure 34min pour 333 paquets, installation commencée a 18h05 fini a 18h39. Au reboot, je lance su, pour voir ce que je me doutais un peu, le passe de su est celui de l’utilisateur simple… Pendant l’installation je n’ai pas vu la possibilité de rentrer la configuration de root… c’est pas grave je tente l’installation de kde, ça se solde par un échec car les dépôts ne répondent pas. Je regarde les fichiers en question(comme sous arch), je rajoute le miroir de archlinux.fr, je vire celui d’antargos, et je reste avec une belle erreur malgré mon pacman -Sy… J’abandonne…

En tout cas de mon point de vu, elle a le mérite de permettre une installation pour Monsieur ‘tout-le-monde’ de arch, et de plus, elle me paraît a terme plus intéressante que manjaro, qui incorpore trop de chose entre arch et elle, un peu comme lmde vis a vis de debian. Je ne dis pas que manjaro n’est pas bien, elle l’est, elle permet d’avoir une distribution a jour, en roling release, et facile d’entretien, mais en fin de compte elle n’est plus arch, d’une part les dépôts sont totalement différents, alors que chez antergos ce sont bien les mêmes dépôts, d’une autre part, les mises a jours de arch arrivent dans un dépôt ‘testing’ après un petit retard de deux jours(c’est pas mortel), puis passe dans les autres dépôts (au bout d’un certain temps) et si besoin on patch, et pour les grosses mises a jour qui demande un changement manuelle dans la configuration et donc l’attention de l’utilisateur, manjaro s’occupe de tout via des scripts. Sous antergos c’est les programmes d’arch qu’on retrouve et c’est a nous de faire les changements de configurations comme sous arch ! D’une coup pour une demande d’aide c’est plus facile a demander sur les forums d’arch !
N’empêche, que je préfère toujours ma frugalware, et que si celle ci ne me convenait plus du tout alors oui je pourrait partir sur du antergos pour accéder a une arch tranquillement.

Conclusion finale

Si je dois résumer le succès d’arch par rapport a frug, je dirais deux ans, oui deux ans, deux ans qui sépare arch de frug, arch est arrivé en 2002, a une époque ou mandrake était reine mais pas super fiable, ou fedora n’existait pas, ou suse était a moitié libre (yast fut autrefois propriétaire) et debian avait des versions stable toujours aussi fiable mais bien plus obsolètes et pas si accessible qu’aujourd’hui, il n’y avait pas en ce temps la, le rouleau compresseur canonical et son ubuntu, il y avait comme aujourd’hui, gentoo qui était la seule (me semble t’il), pour proposer une distribution en roling release et être a jour sans réinstaller le système entier. Du coup arch a pu se faire connaître, car c’était la première qui proposait un système comme gentoo en roling release mais avec des paquets pre-construits, vous vous imaginez un peu comment c’était cool ? Avoir un système sans besoin de tout réinstaller a chaque nouvelle version, avec mise a jour en continue, logiciels dans leurs dernières versions, paquet pre-construit et aussi car c’est important, des paquets qu’on fait tres simplement, un simple fichier qui résume tout, la ou debian demande une hiérarchie de dossiers et des fichiers a mettre dans certains dossiers, la ou rpm demande aussi plus de travail manuel, et puis il y avait pacman, un gestionnaire rapide, bien plus rapide que le vieux apt, urpmi et surtout yast… Frugalware est arrivé la même année qu’ubuntu, en 2004, ou celle ci a tout ravagé sur sa route a sa sortie, embarquant des devs debian, en faisant une pub d’enfers avec ses cd gratuit, sa stabilité hérité de debian, sa facilité d’utilisation, ce fut le début de la fin de mandrake qui bien qu’un changement de nom du a un procès, n’a pu éviter ce qui arriva en 2011… Ce fut aussi les premiers oui dire que suse allait devenir plus libre, déjà yast fut libéré tres peu de temps après(2005 me semble t’il), ce qui lui permis d’intéresser encore plus de monde car sa stabilité était reconnu ! Frugalware a tout de même grandit très vite, et des gars comme Devil505, la porta a bout de bras pour la faire connaître, on le voyait partout, on entendait partout cette distribution, l’apogée fut je pense en 2007-2009. Aujourd’hui elle tombe dans l’oublie, certain croyant même qu’elle avait rendu l’âme… Pourtant elle est toujours la aussi fiable que d’autre plus populaire…

Développer pour Frugalware #4 : Créer son propre dépôt pour ses paquets

Ceci est une adaptation fait a partir du wiki de Frugalware pour une version http au lieu de ftp.

Vous savez désormais concevoir des FrugalBuild et compiler des paquets .fpm, vous pouvez donc si vous le désirez créer votre propre dépôt pour une utilisation personnelle ou publique.

Organisation du dépot

Le dépot doit suivre une certaine hierarchie. En effet au même niveau vous devez avoir deux dossiers, l’un contenant les FrugalBuilds répartie dans des dossiers portant le même nom que le groupe du paquet puis dans un dossier portant le même nom que le paquet lui étant associé et l’autre dossier doit contenir vos paquet FPM.

Exemple:

Appellons //source// le dossier avec les FrugalBuild et frugalware-i686 le dossier contennat les paquets FPM pour architecture i686. Supposons que vous ayez qu’un seul paquet, par exemple le jeu Ri-li. Voici à quoi devrait ressembler votre dépôt:

  /source
     |-----/games-extra
                |---/ri-li
                       |-------FrugalBuild  /frugalware-i686
      |-----ri-li-2.0.0-1-i686.fpm

Ensuite il vous faudra créer un fichier .fdb c’était un fichier de base de données nécéssaire à la synchronisation de pacman avec votre dépôt. Pour cela il vous utiliser la commande gensync

Il faut que gensync génère un fichier .fdb en se basant sur le contenu de du dossier source de notre exemple puis qu’il crée le fichier .fdb à l’intérieur du dossier frugalware-i686.

Voici un exemple de la commande à utiliser:

# gensync /chemin/source/ /chemin/frugalware-i686/monfichier.fdb /chemin/frugalware-i686/

Le fichier monfichier.fdb sera donc crée dans le dossier frugalware-i686.

  • Note: pour que gensync fontionne, assurez-vous d’avoir dans votre makepkg.conf la ligne suivante:
  export BUILDSCRIPT="FrugalBuild"

Mise en place du dépôt

Pour une utilisation personnelle, vous garder le contenu votre dépôt sur votre ordinateur ou même le graver sur un média amovibe (CD-Rom par exemple).

Pour une utilisation orienté publique le mieux est d’envoyer le contenu de votre dépôt sur un serveur ftp.

Ensuite vous devez activer votre dépôt avec pacman. Deux possibilités s’offrent à vous.

  • Pour une utilisation perso, vous pouvez éditer directement pacman-g2.conf
# nano /etc/pacman-g2.conf

et y ajoutez la ligne suivante:

exemple pour un dossier sur votre ordinateur

  [mondepot]  Server=file:///chemin/mondepot/frugaware-x86_64

sans le # devant [mondepot] sinon erreur de syntaxe

[mondepot] correspond au nom du fichier sync mondepot.fdb se trouvant dans /chemin/mondepot/frugaware-x86_64/

exemple pour un cd-rom

  Server=file:///mnt/cdrom.
  • Par contre pour un serveur ftp, au cas où vous aurez la possibilité d’avoir des mirroirs, le mieux serait de créer un fichier portant le nom de votre dépôt dans le dossier **/etc/pacman-g2/repos/**
# nano /etc/pacman-g2/repos/mondepot

Puis dans ce fichier vous y ajouter toutes les adresses ftp des mirroirs dans cette forme:

  Server = ftp://mon.adresse.org/chemindemondepot/dossieravecpaquets-i686

Puis dans pacman-g2.conf vous indiquer votre fichier mondepot ayant la liste des miroirs

# nano /etc/pacman-g2.conf

et ajoutez:

  Include = /etc/pacman-g2/repos/mondepot

Tester votre dépôt avec pacman

# pacman-g2 -Syu

puis essayer d’installer vos paquets comme d’habitude avec pacman

Version pour serveur http:

Voila la partie qui est interessante, la partie rajouté pour une utilisation avec un serveur http, dans mon cas apache.

  • créer un fichier portant le nom de votre dépôt dans le dossier **/etc/pacman-g2/repos/**
# nano /etc/pacman-g2/repos/mondepot

Puis dans ce fichier vous y ajouter toutes les adresses ftp des mirroirs dans cette forme:

  Server = http://mon.adresse.org/chemindemondepot/dossieravecpaquets-i686

Puis dans pacman-g2.conf vous indiquer votre fichier mondepot ayant la liste des miroirs

# nano /etc/pacman-g2.conf

et ajoutez:

  Include = /etc/pacman-g2/repos/mondepot

On demarre le serveur avec un

# systemctl start httpd.service
# systemctl enable httpd.service

Enfin on teste le tout en allant sur http://localhost/mespaquets/frugalware-x86_64/

Développer pour Frugalware #3 : faire un patch git

Faire un patch git

Préparation

Consulter la page sur comment Cloner le dépôt git

Par defaut, pour la suite des évènement, c’est Vim qui est considéré comme l’éditeur de texte par défaut. Pour passer à nano (plus simple d’emploi) il faut faire :

User terminal 48px.png
$ nano ~/.gitconfig

et ajouter

  [core]  editor = nano 

Réalisation du patch

1.Naviguez dans l’arborescence de votre git (/home/<nom utilisateur>/git/current/source/dossier groups= de votre FrugalBuild)
2.Nouveau dossier du nom de votre programme
3.Insérez dans ce dossier votre FrugalBuild
4.Ouvrez un terminal dans celui ci puis :

User terminal 48px.png
$ fblint -v

pour voir s’il n’y a pas d’erreur.

User terminal 48px.png
$ git add FrugalBuild

User terminal 48px.png
$ repoman rec

On vérifie le nom du paquet et on rajoute

  * new package 

Gitpatch-capture.png

User terminal 48px.png
$ git log

pour avoir le hash au-dessus de * new package

User terminal 48px.png
$ git format-patch <hash>

On obtient un fichier de la forme :

  0001-NomDuPaquet-VersionDuPaquet-Architecture.patch 

et c’est ce fichier qu’il faut adresser sur la Mailing-List -devel smile

Il est possible, également, d’obtenir le hash de votre commit via la commande suivante :

User terminal 48px.png
$ git format-patch HEAD~1

et vous obtiendrez également le fichier .patch comme mentionné plus haut.