Adieu Calculate et bonjour Ubuntu, puis Debian9 par la suite!

Chez mes parents, j’avais opté pour Calculate linux comme distribution, son coté rolling à jour visuellement mais préférant le stable et l’éprouvé pour la base, me plaisait bien.

Le soucis c’est que ça reste une rolling avec la continuelle pluie de mises à jour qui s’abat fréquemment. L’autre soucis c’est que mes parents partent souvent, le PC reste donc sans être mis à jour pendant pas mal de temps malgré que je passe fréquemment regarder la maison et profiter pour faire les fameux updates. Continuer la lecture de « Adieu Calculate et bonjour Ubuntu, puis Debian9 par la suite! »

Une semaine passé sous Calculate linux, alors on fait quoi?

Je l’avais dis mardi dernier (10/01/17),  je garde Calculate pour la tester sur une bonne semaine et je donne mon avis, voir aussi si je la garde ou non. La semaine fut plus longue que prévue car ce n’est pas une semaine mais pratiquement deux semaines qui se sont écoulées et je n’avais toujours pas donné mon avis ni même décidé si je la gardais ou si je retournais a ma openSUSE Leap ou peut être même partir sur sa sœur en rolling, la tumbleweed. Continuer la lecture de « Une semaine passé sous Calculate linux, alors on fait quoi? »

Bon, me voici sur Calculate linux #2: choses a faire

J’ai été un peu gourmand et j’avais installé tout et n’importe quoi, je me dis donc que je vais tout remettre a plat et réinstaller que l’essentiel puis je verrais sur le coup pour installer ce dont j’ai besoin. Continuer la lecture de « Bon, me voici sur Calculate linux #2: choses a faire »

Sabayon linux et Calculate linux, deux Gentoo pour humain #1

J’ai voulu voir ce que donnait, depuis le temps, la Sabayon, une distribution linux basé sur Gentoo mais bien plus facile d’utilisation. J’avais déjà testé la distribution dans ses premières années, ses atouts étant qu’elle installe par défaut tout ce qui peut faciliter la vie comme les codecs, ce qui fait d’elle une distribution peu ou pas libre. J’ai aussi eu le temps et l’envie de tester une distribution que je n’avais jamais trop eu dans les mains, une aussi a base de Gentoo et qui la rend utilisable simplement et facilement: la Calculate.

Continuer la lecture de « Sabayon linux et Calculate linux, deux Gentoo pour humain #1 »

Mes parents sous openSUSE : semaine 2

Dans le billet précédent, Mes parents sous openSUSE : semaine 1, je racontais un soucis de droits sur les photos venant de l’appareil photo, je disais ceci en l’occurrence:

Il y a aussi un soucis de droits sur certaines photos prissent avec leur appareil photo, je ne sais pas trop pourquoi, peut être un groupe différent, va falloir que je regarde de plus prés.

Continuer la lecture de « Mes parents sous openSUSE : semaine 2 »

Mes parents sous openSUSE : semaine 1

Dans le dernier billet, je parlais de mes parents, du changement un peu brusque de Debian kde4 vers openSUSE Plasma5 et j’avais donné le ressenti au bout de la première journée. Comme vous le savez, 24h est une période trop courte pour donner un ressenti, on ne s’aperçoit pas tout de suite des soucis, des manques et j’étais donc revenu une bonne semaine après pour voir ce qui se passait, en même temps ce n’est pas très gênant, tout d’abord ce sont mes parents et je mange très fréquemment le midi avec eux après ou avant le taf (cela dépend de mon roulement de semaine). Continuer la lecture de « Mes parents sous openSUSE : semaine 1 »

Mageia, que donne la version 6?

Ce billet date d’un test de la Mageia 6 sta1 qui commence a sentir le vieux (mon test est vieux pas Mageia6…), j’ai fait celui-ci mi-novembre plus précisément le 22 novembre. Que dire si ce n’est que c’est une bêta et rien de plus, ou comment un vieux bug peut encore se targuer d’être pressent sur une « stabilisation1 ». Non je suis méchant, c’est plutôt une bonne version mais encore une fois on est loin de l’utilisable, un vilain bug empêchant le démarrage de la session X, des oublis dans la logithèque comme firefox, kinfocenter ou Ksysguard qui sont absent alors que la logithèque est rempli d’inconnus comme Mainslide ou X3270 ou encore des applications doublons comme Aterm, Xterm alors que Konsole est là, sinon on a droit aux fameux bugs bien connus de Mageia venant même de l’ère Mandriva…, a corriger au plus vite. Continuer la lecture de « Mageia, que donne la version 6? »

Je suis un délinquant, un voleur, un pilleur, un escroc,…

Voila ce que je suis, alors loin de moi l’idée de parler de ce qui se passe en France et ceci même si ça me démange, je ne veux pas parler politique ni faire l’apologie de mes idées ici sur ce blog. Par contre, avec ce qui se passe, je ne vois pas comment on peut encore casser les couilles a ces voleurs dont je fais partis qui sont des pirates de films/musiques. Continuer la lecture de « Je suis un délinquant, un voleur, un pilleur, un escroc,… »

MLDonkey, le serveur P2P.

MLDonkey est un client P2P multiplate-forme, pour les réseaux eDonkeyBitTorrent mais aussi FTP, les téléchargement direct et bien d’autres encore.

MLDonkey est écrit en langage OCaml. C’est un langage assez peu répandu, et de ce fait, les évolutions nécessitent de connaitre
le langage utilisé. Cela dit, le logiciel est tout de même
régulièrement et rapidement mis à jour, comme l’a prouvé le groupe de développeurs en étant les deuxièmes à implémenter le réseau chiffré FastTrack dans
la liste de leurs protocoles supportés. De plus les développements
suivent d’assez près les dernières évolutions des protocoles eDonkey/eMule.

Le fondateur de MLDonkey est Fabrice Le Fessant de l’INRIA.

Par rapport aux clients classiques de Peer-to-peer, MLDonkey a été conçu pour fonctionner en daemon,
ce qui signifie que le logiciel fonctionne en arrière plan, et n’a pas
besoin d’interface graphique pour fonctionner. Ce mode de fonctionnement
a comme avantage d’économiser les ressources mémoire/processeur liées à l’affichage d’une fenêtre. MLDonkey est idéal à placer sur un serveur commandé à distance.

Le cœur de l’application est donc accessible par plusieurs biais :

  • Un terminal de type telnet ;
  • Un navigateur web ;
  • Une interface graphique dédiée (voir ci-dessous).

Installation :

Comme d’habitude sur notre debian, un petit

apt-get install mldonkey-server

suffira pour installer le « core » ou « serveur ». Lors de l’installation une question vous sera posée : Faut-il lancer MLDonkey au démarrage du système ?

Si vous découvrez MLDonkey,
il est préférable de laisser décocher l’option. Vous pourrez l’activer
plus tard lorsque vous aurez connaissances des différentes manière de
l’utiliser.

Si on veut ajouter l’interface qui va avec(qui n’est pas la meilleur…), on fera :

apt-get install mldonkey-gui

Sous Frugalware :

pacman-g2 -S mldonkey-server

Et sous 0linux, un simple :

0g mldonkey

Vous installera l’ensemble:p

Et c’est tout ! 

Utilisation :

Nous venons d’installer MLDonkey. Vous ne trouverez pas d’entrée dans le menu applications concernant MLDonkey puisque c’est un démon. Ensuite vous utiliserez un client graphique qui permettra de contrôler ce démon.

Pour démarrer l’application, on tape dans un terminal :

mlnet

Mais pour être tranquille, je le rajoute aux application a démarrer automatiquement dans gnome, kde, xfce.

On pourra utiliser une meilleur interface que celle d’origine en téléchargeant sancho.

Mldonkey, le client multiplateforme, multiprotocole.

Mldonkey, qu’est ce que c’est ?

MLdonkey est une application de Peer-to-peer multi-plateforme, muti-protocole (multi-réseaux) et open-source. A l’origine, le projet était développé sous Linux, bien qu’à présent il soit disponible pour de nombreux systèmes d’exploitations.

MLDonkey a été écrit en Objective Caml, un langage très puissant développé par l’INRIA, capable de concurrencer le C++, son fondateur est Fabrice Le Fessant de l’INRIA.

Mldonkey est différent des autres clients p2p mais ressemble a GIFT(Gift s’en inspire) car comme lui c’est un noyau P2P, ce qui signifie qu’il se pilote à la ligne de commande, sans interface graphique. Quoique cela puisse paraître être un inconvénient à première vue, une telle architecture ouverte permet une grande souplesse en faite, permettre à des tiers de mettre en œuvre et de personnaliser la façon dont le statut affiche MLdonkey et de le tourner vers l’utilisateur final.
On peut ensuite l’utiliser via telnet, un navigateur internet(opera, firefox, I.E…) et meme plusieur interface dont les plus connues sont Sancho, g2gui, mlgui(interface par defaut), kmldonkey….
De plus, on peut parfaitement lancer un téléchargement et quitter l’interface graphique, MLDonkey continue à tourner silencieusement, utilisant ainsi moins de ressource mémoire.

Intéréssant tout ça, mais comment marche t’il ???

Comme on a pu le voire, MLdonkey a été conçu pour fonctionner en daemon. (Ce logiciel fonctionne en arrière plan, et n’a pas besoin d’interface graphique pour fonctionner).
Avantage : Les ressources mémoire/processeur liées à l’affichage d’une fenêtre sont minimisés. Il peut également être piloté à distance via SSH sur un serveur hébergé en data-center.
Le cœur de l’application est donc accessible par plusieurs biais :
- Un terminal de type telnet en tapant dans une console :

$ telnet localhost 4000

- Un navigateur web, disponible à l’adresse http://localhost:4080
- Une interface graphique dédiée connu sous le nom de Gui, interface graphique et de frontend.

Ensuite, on peut controler le daemon MLNET par une interface web(firefox, opera, I.E…), par telnet, par un frontend ou gui comme la plupart des logiciel P2P (emule, limewire, shareaza,…), le plus connu des gui est sancho. Voila une liste non compléte de frontend disponible :
- Sancho -:Excellent interfaces multi-plateformes Java pour mldonkey
- KMLdonkey – une jolie interface graphique pour KDE, écrit en C + + Image
- MLdonkeyGtkUi – L’original mldonkey interface graphique (fourni avec CVS)
- G2Gui – Ecrit dans le but de fournir une jolie interface graphique pour débutants (morts)
- CocoDonkey – une interface graphique pour Mac OS X, écrit en Cocoa
- XDonkey – une autre plus récente interface graphique pour Mac OS X, écrit en Cocoa
- MlMac – Nice interface graphique pour Mac OS X, écrit en Cocoa
- MLdonkeyWatch – Nice Delphi app pour MS Windows
- PhpEselGui – Une interface graphique pour mldonkey écrit en PHP
- Saman – Une autre interface graphique pour mldonkey écrit en PHP
- Platero – Un mldonkey interface graphique pour KDE
- Alemula – autre interface mldonkey graphique en PHP
- Zuul – PHP Front-End pour mldonkey
- JMoule – Une interface graphique très simple, écrit en Java,
- Web-GMUI – Une interface graphique web inclus dans un simple serveur web

L’installation de ce logiciel est tout de même à réserver à un public averti, car l’application n’est fournie qu’avec ses sources. Cela dit, le paquet est très bien fait, et il n’est nul besoin de posséder le compilateur Ocaml (il est téléchargé et compilé automatiquement à la demande lors du processus principal de compilation). De plus la documentation est complète et très bien faite. L’installation doit ensuite se faire manuellement.
On pourra même le compiler avec des option comme —enable-gui pour avoir l’interface graphique mlgui.

Sur la plupart des distributions GNU/Linux, Ubuntu, Debian par exemple ou Mandriva, Opensuse, avec lesquelles faut rajouter des depots(PLF pour Mandriva, et Packman pour Opensuse), il faut simplement télécharger les paquets mldonkey-server et mldonkey-gui.

Développement

MLdonkey est écrit en langage Ocaml. C’est un langage assez peu répandu, et de ce fait, les évolutions nécessitent de connaitre le langage utilisé. Cela dit, le logiciel est tout de même régulièrement et rapidement mis à jour, comme l’a prouvé le groupe de développeurs en étant les deuxièmes à implémenter le réseau chiffré FastTrack dans la liste de leurs protocoles supportés. De plus les développements suivent d’assez près les dernières évolutions des protocoles eDonkey/eMule. Sa licence est GPL v2.

Multiprotocole, multi-plateforme, c’est quoi ?

Multi-protocol car il permet de se connecter à tous les protocoles majeurs existants. Un seul client, et on télécharge les fichiers via eDonkey, BitTorrent, Gnutella, Soulseek, FastTrack, et même FTP en simultané !

Les réseaux supportés sont :
- EDonkey, la première utilisée par MLdonkey (Sherlock m’appeler !). Elle pourrait également être appelée eMule, parce que le client est libre de les amener sur les poignées. Aussi Overnet et eMule Kademlia (officielle mise en œuvre est encore beta) de protocoles. C’est le meilleur réseau P2P pour la plupart des objectifs, avec une large variété et la quantité des sources.
- BitTorrent, Un protocole très novateur, le meilleur pour les gros fichiers (1GB +). Vous avez besoin d’un bon tracker avec beaucoup de clients pour que ça fonctionne bien, cependant. Ce n’est pas un réseau P2P, vous devez donc trouver les trackers en utilisant d’autres supports, pour la plupart des sites Web et Gnutella.
- Gnutella (Formerly LimeWire), déjà ancienne, a récemment fixé à l’échelle bien, a un gros nombres d’utilisateurs. Travail, les problèmes de démarrage Gwebcache
- Gnutella2, un protocole remanié par les gens de Shareaza le client. Il essaie de surmonter les problèmes avec le G1, et probablement le fait, mais a encore un long chemin à parcourir grâce à la popularité (spécialement avec les autres clients G1 développeurs). Travail, les problèmes de démarrage Gwebcache.
- DirectConnect , DC groupes d’utilisateurs dans les petites communautés, appelées plaques tournantes, en essayant d’imposer le partage pour tous les utilisateurs. Habituellement, vous avez besoin d’un nombre minimal de partage GB se connecter, et le privé, de nouvelles plates-formes de filtrage de ses utilisateurs, en exigeant l’enregistrement. Donc, même si elles n’ont pas assez variés, vous pouvez obtenir une bonne performance dans un contexte bien géré moyeu.
- OpenNapster ? Abandon / Enlevée
- FastTrack, le réseau utilisé par Kazaa. Eh bien, outre Altnet. Faiblesse de hachage permet des inaperçue faux et corruption. Les changements dans le protocole (_security_ mises à jour), rend difficile pour les clients de substitution de rester compatible. Formé d’un nombre assez important d’utilisateurs, bien. C’est le diable, éloignez-vous ! :lol :
- SoulSeek, serveur centralisé regroupant les collectivités dédié à la musique des minorités principalement. Abandon / supprimées – Téléchargement travaille parfois avec « slsk option » upload off.
- Audiogalaxy, audiogalaxy est mort, Vive Audiogalaxy !
- OpenFT Nés après le giFT folks, on eu assez de FastTrack _security_ upgrades.
- FileTP ,met en oeuvre des protocoles de transfert de fichiers de base, actuellement HTTP, FTP et SSH. Rien de mieux qu’un téléchargement direct.

Fonctionne très bien

Multi-plateforme car fonctionne sous divers systeme comme GNU/Linux, MacOS et Windows, au début, il étais uniquement sous linux d’ou le Core(daemon) séparé du Gui(frontend) qui est typiquement l’esprit de Linux.
Il doit aussi tourner sous différent unix comme les Bsd, les unix de sun (opensolaris et solaris) et ceux d’IBM..

Voila pour la présentation c’est finie, bientot une démontration de comment le compiler, astuce et une configuration.

Voir en ligne : Utilisation de MLdonkey