Le blog de Seb

PassionGNU/Linux, la passion du Libre...

https://download.tuxfamily.org/passionlinux/site/banner.png

Mar 28, 2020

Confinement jour 15, s'occuper.

15 jours de confinement, je vais pas me plaindre, je pense que je suis chanceux car ça pourrait être pire comme par exemple de travailler dans les conditions peu sécurisés que mes collègues dans les bus supportent.

Mardi dernier, j'ai eu ma reprise officielle de validé par le médecin du travail, de toute façon suffit juste de dire que tout va bien pour être validé. J'ai ensuite apporté la nouvelle à ma boite puisque l'on me demande d'y aller, étant en mi-temps et vu la conjoncture actuelle suite à la pandémie, ça n’intéresse pas vraiment mon employeur de me faire travailler alors qu'il lutte déjà pour maintenir un semblant de travail pour mes collègues. J'ai eu le choix d'être comme la moitié de mes collègues en chômage technique avec perte de salaire à hauteur de 15% du net ou de prendre mes 30 jours de vacances d'y a 2 ans (CP-2) sans pertes et qui se perdaient en mai 2020. J'ai pris sans hésiter le deuxième choix.

Me voila donc depuis mercredi en vacance et en confinement. Comme je l'ai dit c'est pas plus mal pour moi, au vu des conditions de travail peu sécurisé. On parle à juste titre des médecins, des infirmières, de tout le monde médicale, on en oublie encore une fois les personnes qui font vivre les commerces, les grandes surfaces; non je ne parle pas des bureaucrates, mais des caissières, de la logistique, de ceux qui mettent en rayon, ect... Je pense aussi à ceux qu'on oublie bien facilement, mes collègues dans les bus...

On l'oublie facilement car on aime détester son bus, il est toujours en retard, toujours en pause, c'est un boulot pépère et j'en passe dans les conneries que j'ai pu entendre. Entre le gars qui regarde une montre qu'il n'a pas pour signaler son mécontentement de voir son bus arriver avec du retard alors qu'il y a des bouchons, et ceux qui courent car sont en retard et retardent par la même occasion les autres... Il y a une multitude de raisons qui me dit que le boulot est ingrat. Donc pour rappel, l'intérieur de mon bus est comme celui-ci:

intérieur bus

Le conducteur est vraiment en contact avec la clientèle. Deux choses où je regrette ce rapprochement par rapport à ce qu'on pouvait voir dans les années 90:

  • d'une part le conducteur est totalement accessible par une quelconque agression,
  • d'autre part, dans ces temps de pandémie, nous sommes exposés à tout ceux qu'on peut imaginer en terme de virus,

On a demandé d’être comme pour les caissières et comme on pouvait trouver dans les années 90, enfermé derrière une vitre. Ça fait longtemps qu'on le redemande, cela éviterait bien des problèmes de sécurité comme certain de mes collègues aspergés de gaz lacrymogène. Mais dans un effort de nous rendre plus accessible et à l'encontre de notre sécurité, les grands penseurs du milieu transport ont décidé que ça sera jamais remit. Tant pis, maintenant à chaque agression c'est un accident de travail qui leur pend au nez. Je cite un passage d'anti-k:

la RATP n’est plus à une contradiction près : d’un côté elle menace de sanction les agents exerçant leur droit de retrait pour les forcer à rouler malgré le risque de contamination

Plus préoccupée par ses profits que par la santé de ses agents, la RATP a mis des semaines avant de renoncer à la vente de tickets à bord des bus, malgré le risque de contamination évident au contact des usagers et de la monnaie.

Et encore pour la RATP, il y a les fameuses vitres anti-agression dont je parlais plus haut --pas dans tous les bus--.

Dans mon dépôt, on est guère plus écouté, pas de vitre anti-agression, pas de retrait, juste un espace interdit limité par une démarcation qui ne fait pas plus de 1 mètre...

Donc oui je suis content de ne pas rouler et j'adresse une pensée particulière à ces hommes et femmes qui font en sorte de vous amener à bon port malgré les obstacles de la route...De mon coté, je m'occupe, je jardine, je joue avec mes enfants, j'aide madame dans les taches courantes et para-scolaire pour la plus grande, je bricole...

Mar 18, 2020

Connard virus, l’égoïsme des uns et des autres.

C'est un peu la panique, forcément avec un gouvernement qui tourne sa veste selon la provenance du vent, on n'est pas dans un climat de sécurité. Je fais partie des gens qui font attention, qui respectent les mesures, qui font des courses comme avant sans prendre plus ni moins que le nécessaire.

C'est là où je veux en venir, certains bien égoïstes car il n'y a pas d'autre mot pour qualifier ces connards, ne pensent qu'à eux et font leurs stockes, laissant au passage les autres dans la merde. Plus de papier cul, plus d'eau, plus de pâtes et j'en passe.

Qu'attende ce gouvernement pour interdire toutes sorties même faire des courses et mettre en pratique le fait que ce soit l'armée qui réapprovisionne les citoyens?

Bien sur que les gens comprennent pas, on nous dit d'aller voter --et fallait vraiment être con pour le faire dans cette période--, chose que je n'ai pas fait et maintenant de ne plus sortir. J'entends ce matin qu'il n'y aura plus d’enterrement avec du monde, donc nos morts seront enterrés comme ça sans un dernier adieu de leurs familles proches... Par contre ils nous ont demandé d'aller voter.

Je trouve que le gouvernement est totalement dépassé par la chose, c'est un confinement sans l'être vraiment, les gens sortent quand même, ils iront emmerder les centres hospitaliers par la suite privant ainsi une personne qui en aura besoin, peut être un de leurs proches qui crèvera par leur faute par manque de place. Le confinement de la France est un peu à l'image de ce gouvernement c'est un grand n'importe quoi. On laisse les gens faire leurs sports, on laisse les gens se promener, faire les courses, on ne prend aucune précaution pour protéger les caissières des commerces, ni ceux qui transportent les gens dans les transports en communs, on laisse ce soin aux entreprises sauf que celles-ci n'ont n'en rien à foutre pourvu que l'argent tombe bien.

Une parole de Rambo que j'ai trouvé sympa:

Mar 13, 2020

Rien à dire, enfin si, ce connard virus.

Ça fait un moment que je n'ai rien écrit, pas que je n'ai rien à dire --j'en ai au contraire-- mais juste que je n'ai pas l'envie. Un billet qui n'a rien à voir avec le libre, linux, Debian ou autre, mais plus politique. J'ai pas l'habitude d'étaler mes opinions politiques, car c'est un truc comme la religion, c'est personnel, vous me verrez jamais avec un signe religieux ou aller dans un lieu de prière et pourtant... Là, je vais parler de l'actualité, de ce ~~menteur~~, pardon ministre de l'éducation, qui est totalement largué. Le matin, il nous affirmait que les écoles n'allaient pas fermer et pourtant le soir son ~~patron~~ président annonçait le contraire. Notez que je parle de son président et pas du mien, non je n'aurai jamais voté pour un mec comme lui comme je ne l'ai pas fait avec ~~flambi~~ Hollande. On voit bien que c'est le même combat, entre un qui nous a fait la lois travail permettant de virer plus facilement entre autre et l'actuel qui nous fait la même pour les retraites... Mais passons, je ne veux pas parler de ça, j'en ai déjà bien trop dit.

Je vais pas avoir peur des mots, fermer les écoles c'est ce qu'il fallait faire ... mais ça c’était il y a plusieurs semaines, maintenant c'est trop tard. Je salue tout de même le grand courage de ces gars qui font marche arrière pour garder la face. De mon coté, je pensais contacter le maire de ma commune pour le mettre en face de ses responsabilités de chef de ville mais bon c'est fait trop tard mais c'est fait. Pour la petite histoire, pas plus tard que mardi, j'ai dû aller à la pharmacie pour du lait 1er age, j'ai été choqué de voir les gens me regarder comme un pestiféré car je n'étais pas à un mètre d'eux, j'ai pas pu m’empêcher de lâcher un "on nous emmerde à faire la barrière des 1 metre tandis que nos enfants sont à l'école et se roulent des patins...".

La connerie numéro 2 est celle de garder les votes et de ne pas reculer la date. Ces gens sont tellement déconnectés de la vie réelle, de la souffrance des gens, de la peur qui nous empare, qu'ils pensent qu'un vote est plus important que nos vies. On dit aux gens et notamment aux personnes âgées de rester chez eux, de limiter les déplacements mais on va les faire voter... De ce coté, ma femme et moi n'iront pas voter, mes parents non plus, pour une fois qu'ils n'iront pas depuis 50 ans. J'invite du reste à faire de même, je pense pas que le plus important soit leur vote mais bien nos santés.

La troisième connerie et pas des moindre, c'est les transports. Je ne comprends pas qu'on ne face pas du cas par cas et du moins risqué. C'est un domaine que je maîtrise puisque je suis en plein dedans. Je pense en effet, qu'on peut garder les trains, les gens peuvent s'arranger pour ne pas commencer tous à la même heure, ça serait même aux entreprises de faire en sorte d'arranger ça. Ça ferait des trains peut remplis, des conducteurs de trains en sécurité car il n'y a aucuns contacts possible entre la foule et eux. Les conducteurs sont dans une partie totalement coupée des clients, comme le tramway et le métro du reste. Non, le danger vient des clients qui seront tous coller comme des sardines dans une boite. Mais pour les bus c'est de la connerie de nous faire rouler. J'ai entendu l'autre jour le ministre des transport dire qu'il n'y avait aucuns dangers car les conducteurs de bus étaient séparer des clients, ah bon? Première nouvelle... Alors oui, il y a à la RATP, des gars qui ont encore des vieux tacots avec les fameuses vitres anti-agressions, mais pour les autres non. Dans nos bus, il n'y a aucun qui a cette fameuse vitre. Donc en plus de mettre les clients en danger, on met aussi les employés roulant en danger.

Je ne sais pas encore comment je vais gérer ça, c'est pas pour moi que j'ai peur, mais pour mes parents dont je suis l’hôte tous les midi sans ça je dois me taper (4x30) 120 km par jour, vous comprendrez bien que si je ne dois pas aller manger le midi et passer ma pause de 6 heures (je suis en deux fois matin-soir) chez eux, ça ne sera pas rentable pour moi d'aller bosser. L'autre chose, ce sont mes enfants, que je sois touché, à la limite je m'en fout, par contre que je contamine mes enfants, ça c'est pas concevable.

Honnêtement, je ne me sent pas en sécurité avec ce gouvernement, le discours de jeudi était une échappatoire pour dire "hé vous avez vu, on prend la chose au sérieux", c'est trop tard, ça reste comique, on voit les italiens venir encore chez nous, on voit encore des personnes en quarantaine se promener dans les rues et faire la bise. On aurait tout de suite prit la chose au sérieux, on aurait dès le début limiter voir interdire les déplacements dans notre pays.

Je vais voir quelles garanties on me donne pour ma santé, si on met à ma disposition les choses basiques, comme des gants pour la conduite, voir même des masques et pourquoi pas remettre en place les fameuses vitres anti-agressions, de quoi me nettoyer les mains plusieurs fois par jours et à chaque course, sinon je ferais en sorte de ne pas aller bosser.

Mar 02, 2020

Upgrade Mageia 7, explication pour les rageux.

Je n'aurai pas imaginé encore une fois que de parler de Mageia allait déclencher une guerre de religion, vraiment, c'est bien la seule distribution avec qui, si je critique, j'ai autant de soucis, d'insultes, de gars sans vie qui viennent me menacer et j'en passe... Je passe car les menaces, les insultes, c'est mon quotidien de conducteur de bus allant dans des zones à risques ou reconnues comme telles. En gros pour que ça m'en touche une en bougeant l'autre, faudra vraiment monter de niveau. Comme d'habitude, je garde tous les mails pour justifier une action par la suite en cas où, du reste pas très intelligent de se faire passer pour Mageia dans vos mails d'insultes.

Pourtant j'ai critiqué tout un tas de distributions, notamment Manjaro, Archlinux, Gentoo, Debian (et oui), openSUSE, Mint, Sabayon, Ubuntu... Et c'est avec l'unique Mageia que j'ai droit aux cas sociaux sans vie, n'ayant comme défouloir que leurs écrans. La masturbation serait une bonne manière de vous vider bande de petits puceaux...

Donc je vais revenir au pourquoi un énième billet sur cet upgrade de Mageia 6 vers la 7, c'est simple, Frédéric en a fait un billet (Le talon d’Achille des distributions GNU/Linux fixed release, les montées en version ?) et a démontré que lui ça passait bien. Deux choses qui peuvent l'expliquer, Fred le fait dans une machine virtuelle (virtualisation), on le sait dans le monde matériel, il peut se passer tout un tas de truc qui ne se passera jamais dans une virtualisation car dans cette dernière on idéalise un monde matériel parfait et bien reconnue, donc pas de soucis matériels, pas de pilotes Nvidia et autres joyeusetés qui peuvent ternir une installation. La deuxième chose et pas la moindre, il sort d'une installation sans aucune personnalisation, c'est une installation par défaut out-of-the-box comme diraient les américains, ça a son importance comme la possible installation de paquets moins populaires et donc moins testés, qui pourront foutre la merde dans une mise-à-jour et plus en cas de saut de version.

Si je reprends mon installation de Debian, j'ai environ + de 4000 paquets, j'ai deux environnements (ma femme est GNOME et moi KDE), j'ai de nombreux serveurs dont encore un mail, un FTP, un Web pour tester, en plus d'autres services qu'on pourrait assimiler à des serveurs comme MiniDLNA ou bien MPD. Bref, le tout c'est qu'il y a plus de 4000 raisons pour que ça merde alors qu'une installation de base en a dans les 1000-1500 paquets. Chez moi et chez les particuliers de mon entourage qui me font confiance et qui mon malheureusement décrété comme étant l'informaticien de la famille ou bien informaticien tout court --ce rôle ingrat qui oblige toujours de passer plusieurs heures pour réparer les conneries de personnes qui de toute façon ne feront pas l’effort de comprendre puisque la réparation est gratuite--, ça passe les doigts dans le nez sans faire le moindre effort, honnêtement je ne prends pas autant de soin que Fred dans sa vidéo, je fais du apt update && apt dist-upgrade après avoir changé les sources. J'ai par exemple en Janvier, fait un saut de version de Jessie vers Stretch puis Buster pour un portable d'un normand que je ne vois que rarement quand il redescend dans ma région, qui s'est totalement bien passé comme prévu.

Juste en aparté, encore une fois, je comprends son idée qui dit que les rollings seraient bien plus adaptées que des fixeds, mais on sera toujours en accord sur nos désaccords, en l’occurrence, au regard des personnes que j'ai en face de moi, c'est même pas la peine de penser mettre une rolling. En gros dans un monde parfait, oui Fred aurait probablement raison, quoique vu les merdes que j'ai du faire face avec des Windows 10, mais dans mon monde réel, j'ai deux types d'utilisateurs qui sont incompatibles avec ce genre de système. Le premier type d'utilisateurs qui ne représente même pas 10% est celui de ceux qui sont assez débrouillards, ils ne sont pas capable d'installer une distribution linux ou un Windows mais vont mettre à jour en suivant scrupuleusement les recommandations si la méthode est graphique et seulement dans ce cas là, ils ne sont pas capable --et ne veulent pas le faire-- d'installer un programme par eux même et ce même si la méthode est graphique. L'autre type d'utilisateurs que j'ai surtout affaire est celui des j'en foutistes, ils ne feront rien, jamais rien, on aura beau leur expliquer, leur donner des raisons de faire au moins les updates, mais non... Je peux les comprendre, certains ont eu des comportements malsains de leurs anciens OS à la fenêtre et non plus envie de s'exposer à des emmerdes. Je pourrais citer un troisième genre, un mixte entre les deux, que j'ai puisque c'est quelqu'un de très proche, qui fait les mises-à-jour qu'une fois par an. Alors, non, je ne me vois pas mettre des rollings ou même des semi-rollings dans mon entourage, car il y a une grosse part de risque que je prends pour me faciliter la vie: j'automatise au max les upgrades sans aucune intervention humaine et ça se passe très bien du moins sous Debian.

Si je prends une rolling ou une semi-rolling, je ne pense pas pouvoir le faire, du moins, je ne serai pas aussi tranquille. Je parle vraiment d'une méthode de mise-à-jour totalement automatisée et indépendante d'une quelconque personne, aucun besoin d'intervention humaine, c'est de A à Z totalement géré en sous couche et totalement invisible pour la personne. Le seul truc que j'ai demandé et que la personne doit faire, c'est qu'au moins une fois par semaine de laisser la machine fonctionner dans la nuit. J'ai mis en place une heure à laquelle le tout doit se faire, normalement à partir de 2h. Il me semble en avoir déjà parlé dans le billet "Il faut sauver le soldat Asus".

Maintenant, une fois que j'ai ciblé un peu l'histoire, on va pouvoir passer vraiment à la procédure que j'ai appliqué sur la dite machine. Il n'y a pas 500 possibilités, 2-3 tout au plus, une première avec le DVD (que je ne compte pas mais j’expliquerai plus tard), une autre avec le MGA-applet qui est la seule graphique, une avec l'historique Urpmi, une autre avec le DNF ajouté vite fait dans Mageia...

Vu que la personne ayant pour propriété la machine avec la Mageia dessus, avait fait la méthode totalement automatique et graphique du mga-applet, pardon mgaonline, a eu pour résultat une distribution non utilisable car plus accessible graphiquement (ça restait sur une session tty et pas d’accès à GDM), j'ai dû improviser. J'ai bien sûr remarqué que c'était dû à un upgrade qui s'est mal passé car on était dans un entre les deux, avec des paquets un peu des deux (de la 6 et de la 7), par la suite il m'a parlé d'un message d'erreur qui avait mit fin au saut de version qu'il n'a pas eu l'idée de poser sur papier ni de comprendre. J'avais le choix ensuite de prendre une méthode qui me plaisait un peu mieux, donc on peut retirer la façon DVD car et je cite:

En outre, il est possible que Mageia 6 ait reçu une mise à jour d’une version de logiciel plus récente que celle disponible sur l’ISO. Lorsque cela se produit, la mise à jour peut échouer. Comme il est impossible, au moment où les ISOs sont testées, de prévoir quels paquets de Mageia 6 peuvent être mis à jour dans l’avenir, les mises à niveau hors ligne (c’est-à-dire mises à niveau tentées sans configurer les dépôts en ligne) ne sont pas pris en charge.

Ce qui veut dire en langue simpliste, que si un paquet de Mageia 6 recevait une mise-à-jour après la sortie de l'ISO de la 7, ça pourrait alors ne pas réussir... J'ai rigolé la première en lisant ça car je ne voyais pas le rapport de cause en effet. Si le gestionnaire est bon, il peut très bien faire l'upgrade sinon ça voudrait dire que sur une distribution et plus encore une rolling, dès qu'on a oublié de faire une mise-à-jour et au vu des changements rapides qu'il peut avoir en une semaine (parfois un programme dans une rolling a plusieurs version d'affilé en une semaine), raterait les mises-à-jour suivantes de ce même paquets... Que dire, j'ai des Debian que je ne peux mettre à jour qu'une fois par an ou tous les deux ans et ça se passe très bien avec un saut de version en prime...

Il ne m'en reste que deux, celle qui était la même que pour une Mandriva, donc Urpmi et la nouvelle mit comme ça pour faire plaisir à ceux qui pensent que Mageia devrait être une clone de Fedora, DNF.

Oui je vais faire un aparté, je suis en train d'insinuer que DNF sous Mageia est mit comme ça sans être totalement fonctionnel, car c'est le cas, j'ai eu plusieurs fois affaire à lui et effectivement il arrive fréquemment que le bonhomme sous Mageia n'arrive pas à faire ce qu'on lui demande (généralement une simple mise à jour de logiciel) alors que Urpmi ne bronche pas et le fait sans fioritures. J'en ai parlé en décembre 2018 et mars 2019. Je disais notamment en 2018 ceci:

... un autre gestionnaire de paquets du nom de DNF, celui de Fedora, en fait Mageia se tend à devenir une Fedora bis en moins qualitatif... Gestionnaire de paquets qui donne des comportements étranges sur cette Mageia, qui échoue à certaine mise-à-jour alors que URPMI lui y arrive...

En 2019, toujours la même chose:

En terme d'application on est dans le correcte, ni trop ni assez, juste la bonne limite pour permettre de couvrir tous les besoins d'une utilisation standard. On pourra en rajouter facilement avec au choix --et je pense que c'est une erreur de garder les deux-- URPMI et DNF. Comme je le dis, c'est pour moi une partie qui blesse, je pense que ce n'est pas une solution de garder les deux, il faut faire un choix, soit on garde l’ancêtre qui fait de la résistance et qui a le mérite de toujours savoir se sortir des mauvais coups; soit on prend le challenger, le petit nouveau, mais d'une part, il apporte peu d'amélioration en terme de vitesse si ce n'est pire, d'autre part ses sorties je les trouve autant si ce n'est plus, incompréhensibles ou peu pratiques, et en dernier lieu, j'ai réussi à le mettre mal dans une simple opération de mise à jour, alors que URPMI, lui a réussi. C'est pas la première fois que j'arrive simplement à mettre à mal DNF, sur une Mageia 6 et une Fedora 28 puis 29, j'avais facilement réussi à lui rendre la vie impossible. Pourquoi Mageia s’entête à toujours reprendre ce que Fedora/Redhat fait, alors qu'il y avait bien mieux? Zypp et Zypper de chez openSUSE sont de vraies perles que ce soit en terme de vitesse ou de réussite, je n'ai jamais eu une simple mise-à-jour qui part en sucette ou qui échoue ou encore comme je l'ai vu sur Fedora 28 et Mageia 6, impossible à faire...

Fin de l'aparté, J'ai donc tenté avec Urpmi:

Désactiver dnf makecache (cette étape peut être omise si dnf n'est pas installé)

systemctl mask dnf-makecache.service --runtime --now
systemctl stop dnf-makecache.timer && systemctl mask dnf-makecache.timer && systemctl daemon-reload

Supprimer toutes les sources existantes des médias sur votre système en exécutant cette commande :

urpmi.removemedia -a

Ajoutez les sources en ligne de Mageia 7 : En utilisant la méthode de LA LISTE DES MIROIRS (ce qui sélectionnera automatiquement un miroir en fonction de votre situation géographique):

urpmi.addmedia --distrib --mirrorlist 'http://mirrors.mageia.org/api/mageia.7.$ARCH.list'

(urpmi sait ce qu’il faut substituer à $ARCH) Utiliser un miroir de médias spécifique

urpmi.addmedia --distrib <mirror_url>

Vous pouvez récupérer la variable mirror_url en utilisant l’application web des miroirs Mageia [1]. Enfin, commencer la mise à niveau :

urpmi --auto-update --auto --force

Il est préférable d’exécuter la commande ci-dessus deux fois, parce que certains paquetages peuvent être téléchargés sans être installés le premier coup.

Sauf que ça rate, il demande une librairie qui ne peut être installé, ce que je force mais non rien à foutre. Je me dis que perdu pour perdu on va essayer DNF:

  1. Assurez-vous d'avoir toutes les mises à jour de Mageia 6 dnf upgrade

  2. Installez le greffon dnf system-upgrade : dnf install 'dnf-command(system-upgrade)'

  3. Exécuter la phase de téléchargement : dnf system-upgrade --releasever 7 download --allowerasing

  4. Si la simulation et les mises à niveau proposées se présentent correctement, déclencher la mise à niveau : dnf system-upgrade reboot

En résultat, j'ai eu pratiquement la même chose que quand je suis arrivé pour rattraper l'upgrade mais en pire, plus d'écran, plus de ligne, plus de clavier, plus rien...

En conclusion, pour ne pas faire croire que les fixeds ne sont pas capable de monter de versions et pour finir sur une note plus intelligente que "l'autre fait son neuneu en utilisant des commandes qui ne sont pas officielles", je dirais simplement que tout est sanguin, on l'a dans le sang ou pas, c'est acquis ou non depuis sa création, il y a les distributions pensées dès le début pour passer de version en version et les autres qui se sont mises à le faire plus tard, sans jamais vraiment être autre chose qu'un coup de chance quand ça réussit (Mandriva, Mageia)... Depuis la Ubuntu 6.06 jusqu'à la version 18.04, je n'ai eu que deux soucis qui m'ont forcé à réinstaller, une fois avec le passage de 10.04 vers 12.04 et l'autre de 12.04 vers 14.04 (problème de pilotes qui m'ont intégralement tout bloqué). Avec Debian, depuis la Etch (version 4) je dois noter qu'un seul soucis, quoique j'ai réinstallé pour faire un truc plus propre mais sinon ça marchait bien, qui était dû au passage de Upstart à Systemd lors du changement de la Debian Wheezy (7) à Jessie (8). Je ne dirai pas que les distributions fixeds sont de la merde dans ce genre de sauts, ni que ce soit leurs talons d’Achille mais que ça dépend du sérieux de la dite distribution et de son pedigree.

Feb 26, 2020

Leap 15.2 entre en version Bêta

Source

Leap 15.2 est entré en phase bêta la semaine dernière et deux instantanés sont déjà parus avec la sortie de build 581.2 et build 588.2. Leap a un modèle de développement évolutif jusqu'à sa version finale, de sorte que plusieurs versions seront publiées conformément à la feuille de route jusqu'à ce que la version GoldMaster soit publiée, ce qui est prévu pour 7 mai.

Il n'y a pas de jalons fixes dans ce modèle de développement continu. Comme les bogues sont corrigés et que de nouveaux packages sont introduits ou exclus, des instantanés des dernières versions de la phase bêta seront publiés une fois qu'ils auront passé les tests openQA.

Après la sortie de la version GoldMaster, le développement continu s'arrêtera et les mises à jour de maintenance et de sécurité seront ensuite publiées pour la nouvelle version mineure de la série Leap 15.

La phase alpha est en cours depuis plusieurs mois maintenant et les versions sont publiées régulièrement. L'alpha était suffisamment stable pour être utilisé pour les démos au FOSDEM, mais des tests sont encore nécessaires.

Les testeurs de distro, les amateurs, les utilisateurs et les passionnés de technologie peuvent télécharger les versions actuelles et aider à tester les versions sur software.opensuse.org/distributions/testing. Les personnes qui testent la version bêta sont encouragées à enregistrez leur compte-rendu de test Leap Beta sur le document suivant: https://docs.google.com/spreadsheets/d/1AGKijKpKiJCB616-bHVoNQuhWHpQLHPWCb3m1p6gXPc/edit#gid=801313279

Les testeurs Leap Beta ont la possibilité de recevoir un T-shirt, alors assurez-vous de remplir toutes les informations appropriées et les rapports de bugs pour en obtenir un.

Dans l'annonce par e-mail, le nouveau responsable de publication de Leap, Luboš Kocman, a déclaré que l'équipe de publication travaille sur une suite de tests de mise à niveau 15.1 pour obtenir des résultats de tests de mise à niveau corrects.

"Donc, tout test de mise à niveau manuelle serait extrêmement précieux", a écrit Luboš Kocman.

Kocman a également évoqué le sous-système Windows pour Linux et a déclaré que le travail acharné mis en œuvre pour les images WSL lui a permis de passer les tests haut la main que ce soit dans Open Build Service ou dans openQA.

Les personnes intéressées par les tests bêta des images WSL openSUSE Leap 15.2 peuvent contacter Kocman ou la liste de diffusion de Factory. Pour plus d'informations sur WSL, visitez https://en.opensuse.org/openSUSE:WSL.

Next → Page 1 of 101