Les tests des distributions de FRlinux #9 : Frugalware 0.6 (Terminus)

Dernière mise à jour : 20/04/2007

    Frugalware est une distribution d’origine Hongroise créée par un jeune étudiant. Elle est issue de Slackware, la différence principale se trouvant dans le gestionnaire de paquets sur lequel je reviendrais plus tard. Cette version de Frugalware contenait plein de bonnes choses lors de sa sortie : glibc 2.5, binutils 2.17.50.0.6 avec support DT_GNU_HASH, DBUS 1.0, Python 2.5, KDE 3.5.6, Xfce 4.4, Beryl 0.2.0, OpenOffice.org 2.1, Firefox 2.0.0.2 et Gnome 2.18. Bon rien que ca, ca fait saliver, si en plus je vous dit noyau 2.6.20, on ne peux pas vraiment se plaindre. La version finale de la 0.6 est sortie le 22/03/2007 en architectures x86 et x86_64.

J’ai testé cette distribution sur mon portable IBM t42 et ma station AMD X2 4800+ sur laquelle j’ai tenté d’installer la version 64 bits de Frugalware, chose que je n’ai pas réussi à faire, j’ai donc fait un tour sur le site officiel, les documentations et finalement l’IRC (sur Freenode, #frugalware en Anglais et #fr.frugalware en Francais). J’ai trouvé une communauté enthousiaste et sympathique. Après les règles d’usage pour s’assurer que je n’était pas un mec qui ne savait pas de quoi je parlais, on m’a gentiment dirigé vers le système de bugs pour lequel j’ai rentré un bug sur lequel je n’arrive plus à mettre la main. Globalement, le DVD d’installation 64 bits ne trouvait pas les même dépendances de modules et m’insultait même à coup de formats invalides quand j’essayais de régler cela à la main …

J’ai donc finalement installé la version 32 bits sur la station principale également. Mon premier problème fut le support pour mon écran (un Samsung 22′ 16/10 tout neuf), vu que la version de X.org présente ne comprenait pas la résolution de 1680×1050 avec le pilote nv. J’ai du résoudre cela avec l’installation des pilotes propriétaires Nvidia (9755) qui ont marchés sans encombre. Comme je vous le disais précédemment, KDE 3.5.6 est livré de base avec la distribution avec un petit noyau 2.6.20 (au moment de sa sortie, une des premières distributions à le proposer). Au niveau de l’installateur, vous pouvez à présent faire des installations par tftp et clés USB.

    Comme je l’ai évoqué un peu plus haut, Frugalware est basée sur Slackware mais n’utilise pas pour autant pkgtool ou swaret pour gérer ses paquets. Elle utilise pacman. Cela vous dit quelque chose ? Eh bien à moi aussi, et pour cause, le même gestionnaire est utilisé dans Arch Linux (testé dans cette section). Enfin le même c’est beaucoup dire, en fait au début il s’agissait de la même version puis au fil du temps, l’équipe de Frugalware a ajouté pas mal de fonctionnalités tout en fournissant les patches au projet officiel mais le projet officiel étant un peu statique, nous avons à présent deux versions de pacman dont la plus riche se trouve dans Frugalware. Notez que vous pouvez aussi utiliser un gestionnaire graphique (Frugalware Package Manager) pour installer des paquets de manière conviviale. Ceci dit, j’aurais tendance à conseiller pacman directement en lignes de commandes qui avoine en terme de performances.

    J’ai aussi joué à mon fameux jeux : « quel périphérique ne sera pas détecté sur cette distribution » et j’ai perdu … Tout ce que j’ai testé (nokia n95, scanner usb, appareil photo, etc …) a été détecté et installé correctement. pacman étant très intelligent (jusqu’à un certain point), il sait gérer les conflits et dépendances. Pour installer un nouveau logiciel, un petit pacman -S sane par exemple suffit à vous installer ce que vous recherchez (c’est bien de connaître le nom du paquet tout de même).

    Un problème gênant dans les toutes premières versions de Frugalware concernait les mises à jour de sécurité des paquets, j’ai donc tout naturellement testé cela dans cette nouvelle version. Après avoir scandé un pacman -Sy pour mettre à jour ma base, il m’a suffi de faire un pacman -Su pour mettre à jour les paquets vulnérables. On est ici arrivé à la même simplicité que la plupart des grosses distributions. Ne reste plus qu’un utilitaire de notification automatique de mises à jour et cette partie sera sans failles (ayant un parc d’utilisateurs ayant comme philosophie « si ça marche, pourquoi mettre à jour », c’est important).

    Frugalware est très rapide à proposer des paquets récents pour sa distribution et c’est super appréciable. Ainsi wireshark (ex ethereal) était non seulement présent dans les paquets mais dans sa dernière version lors de mon test. C’est une des raisons de mon attachement a Gentoo, si on veut la dernière version Y du projet Z, une petite commande plus tard, c’est réglé. Frugalware propose à peu près la même chose, avec tout autant de simplicité. J’ai aussi testé pour vous le streaming audio (radio internet) sur lequel j’ai enlevé le plugin firefox pour installer kaffeine qui sous KDE représente mon lecteur favori pour les médias internet. Ici encore aucun souci à signaler. Il en va de même pour la lecture de DVDs protégés, libdvdcss2 faisant partie des paquets, j’ai pu lire tous mes DVDs.

    J’ai joué rapidement avec les autres gestionnaires et environnements de bureau présents comme Gnome qui n’a pas voulu se lancer correctement, j’avoue ne pas vraiment avoir cherché où se situait le problème et je présume juste un problème avec mon installation plutôt qu’un problème de distribution. XFCE est également disponible et en version 4.4, oui monsieur ! Cela marche très bien, ici encore rien à redire. A conseiller pour ceux qui veulent un environnement réactif.

    On en vient à la fin de cette reconnaissance de la 0.6, qui est une distribution léchée et facile à installer en 32bits. J’aurais bien sûr des réserves sur la version 64 bits étant donné que je n’ai juste pas réussi à l’installer et ce même en tentant un CD netinstall de la version 0.5 qui doit récupérer la dernière version des paquets stables lors de l’installation. Pour ce qui est de l’utilisation et des paquets disponibles, j’ai trouvé le tout simple à utiliser mais les développeurs de frugalware précisent bien que leur distribution est axée utilisateurs intermédiaires plutôt que débutant, donc il ne faut pas avoir peur de la ligne de commande au cas où 🙂 Si vous cherchez une alternative à Slackware, recompilée en 686 avec un gestionnaire de paquets plus puissant, cette distribution est faite pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *