Ubuntu12.04 est sortie : unity c’est bon, mangez en !!!

Les objectifs pour cette version sont centrés principalement sur la stabilité et la qualité. C’est en effet une version LTS, elle sera donc supportée durant plusieurs années et aura généralement la préférence des professionnels et entreprises ainsi que des personnes souhaitant avoir une certaine tranquillité.

L’idée est également d’apporter une meilleure finition et une meilleure cohérence de l’ensemble de la distribution avec l’évolution de l’aspect visuel de la marque et de la distribution. C’est enfin l’occasion pour Canonical de lancer les travaux pour rendre Ubuntu multiplateforme avec une expérience utilisateur unifiée et la plus homogène possible sur tout type de matériel : PC, portables, Tablettes, Smartphones, TV…

 Après l’annonce de la sortie de la dernière ubuntu, je me lance a son téléchargement en torrent, et je grave l’image obtenu très vite sur un cd.

A la base, je voulais seulement me faire une idée sur unity, vu que je m’étais très bien adapté a gnome3(surtout dans sa version 3.4) avec quelque extensions, je me suis dis pourquoi pas tenté une nouvelle approche.
Et faut dire qu’il y a pas mal de bonne chose sur cette version, que ça soit unity ou plus globalement ubuntu.

Installation :

Après avoir redémarre avec le cd dans le lecteur, j’appuie sur échap pour faire apparaître le menu, je choisis ma langue et installation.
L’installateur n’a pas changé depuis la 11.10, et est très facile.

Je voulais ecrire cette section moi meme jusqu’a ce que je trouve une synthese de ce que je voulais y mettre, donc pour en finir ça sera un copier/coller de le-libriste.fr.

Première étape pour installer Ubuntu, insérer le CD ou la clé USB dans votre lecteur. Au bout de quelques secondes, plusieurs écrans successifs vont s’afficher jusqu’au choix de la langue :

Sélectionnez votre langue et cliquer soit sur : »Installer Ubuntu »

Ensuite l’installateur va contrôler que votre machine dispose des pré-requis :

Une partition d’au moins 4.4 Go
Que si vous êtes sur un portable que vous êtes relié au secteur.
Et que vous avez une connexion internet (pour vous connecter sur un réseau wifi cliquer sur l’icone en haut à droite de l’écran)

Deux cases à cocher sont disponibles :

Télécharger les mises à jour durant l’installation (je vous le conseille car cela vous fera gagner beaucoup de temps)
Installer ce logiciel tiers : Cochez la cela vous évitera de devoir les installer : flash player, codec mp3, lecture dvd, ….

Ensuite le système vous demande à quelle type d’installation vous voulez procéder. Vous pouvez choisir autre chose pour contrôler finement votre installation d’Ubuntu.

Partionnement : Le partitionnement est une étape que beaucoup redoutent. Je vous conseille trois partitions au minimum au format ext4 :

Pour la racine (/) : 3Go est un minimum. Pour ma part, j’ai prévu large (14Go), je vous laisse voir en fonction de la taille de votre disque dur.
Pour la mémoire swap : Autant de swap que de RAM (tout en restant entre 256Mo et 2Go).
Pour les données (/home), permettant de séparer les données des logiciels, le restant disponible.

Une fois cette étape terminé l’installation démarre et en même temps vous pouvez saisir le reste des paramètres d’installation :

Localisation : Sélectionnez votre langue, indiquez votre emplacement géographique, réglez l’heure si elle ne l’est pas déjà.

Indiquez le type de votre clavier.

Identification : Nom prénom, pseudo, mot de passe et le nom que vous souhaitez donner à votre ordinateur. Il est possible de paramétrer le démarrage d’Ubuntu en demandant oui ou non il faut demander un identifiant et mot de passe pour se connecter (fortement conseillé).

Le reste de l’installation va durer plusieurs minutes …… Plusieurs écrans de présentation vont se succéder

Jusqu’au redémarrage et à la première connexion où vous pouvez choisir le type de bureau à lancer :

Utilisation

Après le temps de l’installation, arrive celui de l’utilisation et la c’est clair, on ne peut pas faire plus « cliquodrome ». Mais avant de parler du « cliquodrome » ou plutôt « clavierdrome », je parlerais de finition.

La 12.04 est livré en standard avec unity, le tout dans une finition exemplaire et de qualité. Unity et moi ça a commencé en 2010 et je n’étais pas convaincu de l’utilité de cette environnement, ou qu’il soit « productif », face a l’époque un gnome 2.32 qui tirait sa révérence dans sa meilleur version.
Entre temps, il y a eu gnome 3 et j’ai du m’y mettre, celui ci m’ayant ouvert les yeux a de nouvelles habitudes, je me sentais apte pour tester unity sans partis pris.

Le lanceur d’application ou Dock

Tout de suite on voit quand même des similitudes avec gnome 3, le lanceur d’application appelé aussi dock situé sur la gauche, par defaut est toujours visible, on peut cependant activé l’auto-hide, qui cache systématiquement le lanceur sur le côté. Il faut ensuite envoyer le curseur sur le côté de l’écran et pousser légèrement l’écran pour faire apparaître le lanceur, ce qui permet notamment d’éviter les faux positifs.

Le style a légèrement évolué. Les étiquettes qui apparaissent au survol des icônes du lanceur ont été affinées, ainsi que les listes d’accès rapide(clic droite sur l’icone donne des options supplementaire).

Pour ces dernières, deux nouvelles listes d’accès rapide ont fait leur apparition.
Une pour le bouton du Dash, qui permet d’accéder directement aux « loupes » applications, documents, musique et vidéos ;

une autre pour Nautilus, qui permet d’accéder aux répertoires favoris.

L’autre similitude est la barre se situant elle aussi en haut, qui contient les « indicators », l’heure, et le menu extintion.

Le Dash

Autrement dans ce qui change par rapport a gnome3, c’est le menu « logo ubuntu » qui appel le Dash principal, rassemble maintenant les applications récemment utilisées qui ne sont pas présentes dans le dock, les documents récents et les documents récemment téléchargés.

Le dash est rangé par les loupes ou lens, qui ont reçu quelques petites modifications et ajustements dans les styles pour rendre l’affichage plus clair.

Une loupe vidéo est maintenant présente par défaut en plus des loupes musique, documents et applications.

Elle récupère les informations des fichiers locaux, mais également de divers site de vidéo en ligne. On peut aussi rajouter des loupes comme celui pour wikipedia.

Un plus bien sympathique est de faire apparaître un résumé des raccourcis claviers disponibles en appuyant quelques secondes sur la touche « Super ».

Je note aussi que l’ensemble de l’interface Unity adopte une coloration en relation avec la couleur du fond d’écran. Exemple si mon fond d’ecran est vert l’interface Unity sera vert…

Le HUD

Le HUD est une nouveauté pour cette version annoncée par Mark Shuttleworth. L’idée de base est d’apporter une solution complémentaire au menu classique des applications. Il suffit ainsi d’appuyer sur la touche ALT pour invoquer le HUD. Il se présente sous la forme d’un moteur de recherche semblable à celui du Dash sous lequel apparaît une liste de résultats. Il suffit alors de taper le nom de l’option que l’on cherche. C’est une solution qui peut être pratique notamment pour les applications ayant une grosse quantité d’options. À terme, le HUD devrait également intégrer une solution de recherche vocale et un affichage complémentaire pour remplacer le menu standard.

Essayé mais pas encore adopté, par exemple sous firefox pour moi c’est plus simple et plus rapide de cliquer sur marque page, l’étoile dans la barre d’adresse de firefox que de le faire avec le hud.

Maintenant avec une application avec de nombreux menu comme gimp, ça peut peut être le faire, mais pareil ça n’a pas été très concluant. Faut dire que c’est une nouveauté toute fraîche et donc faudra voir dans le temps et les prochaines versions.

Overlay Scrollbar

La barre de défilement – conçue pour pour se faire discrète – est adaptée aussi bien aux usages tactiles qu’à la souris ou au clavier, elle a reçu un certain nombre d’améliorations :

  • Le style du curseur a subi une petite mise à jour et sa taille est légèrement plus grande pour faciliter sa manipulation ;
  • Il n’est maintenant plus nécessaire de viser l’ascenseur pour faire apparaître le curseur de défilement. Il apparaît lorsqu’on approche le curseur du bord de la fenêtre ;
  • L’apparition du curseur est maintenant plus logique ;
  • Le défilement plus la touche CTRL permet de réaliser un défilement fluide ;
  • En cliquant avec le bouton du milieu, on peut faire défiler la page jusqu’au point désiré.

Si ces améliorations sont bienvenues et permettent de régler quelques régressions vis-à-vis de la barre de défilement classique, on pourra regretter que le port n’a pas été fait vers d’autres toolkit. Ainsi on ne dispose pas de cette solution sur Qt ou XUL, ce qui touche certaines applications clés comme Firefox et provoque une incohérence certaine dans l’interface.

C’est du graphisme mais ça complète bien cette impression de finition, de qualité. Il manque plus que ça soit intégré sur les autre toolkit pour le voir en action sous firefox..

Le global menu

Global Menu est un menu partagé entre toutes les applications de votre session s’apparentant au menu de Mac OS X. Il se présente sous forme d’applet à placer dans un tableau de bord, et présente plusieurs avantages :

  • La largeur des menus n’est plus limitée par la largeur de la fenêtre.
  • Il n’y a qu’une seule barre de menu à l’écran : celle de la fenêtre active.
  • Il permet sur des petits écrans de gagner de la place.

Le global menu nous fait gagner de la place mais devient peu pratique avec plusieurs fenêtres cote a cote.

La logithèque

La logithèque continue d’évoluer doucement : les évolutions ne sont pas marquantes mais permettent de continuer d’améliorer notablement cet élément clé présent dans Ubuntu, Debian et peut-être bientôt dans Fedora ?

Galerie photos et vidéos : il est maintenant possible de voir plusieurs captures d’écrans pour chaque application, et une option permet d’intégrer également des vidéos : une bonne promotion pour les applications.

Processus d’achat des applications : le processus d’achat a été en partie revu avec une interface plus simple et plus réactive.

Nouveau dépôt « indépendant » : en parallèle du dépôt payant, on retrouve maintenant un nouveau dépôt « indépendant ». Ce dernier permet aux projets libres de publier leurs logiciels avec les même facilités que celles offertes par le dépôt payant (avec une interface web simplifiée et un processus de validation). Il permet notamment de publier de nouvelles versions indépendamment du rythme de sortie d’Ubuntu et des dépôts officiels.

Commentaires et notes : pour chaque fiche il est maintenant possible de filtrer les résultats selon la langue et de les classer selon différents filtres.

Temps de chargement : sûrement l’une des plus grosses critiques de la version précédente ; le temps de chargement de la Logithèque a été fortement réduit. De même, l’affichage des différents éléments de l’interface a également été largement amélioré.

Nouvelle catégorie : Livres et magazines : une nouvelle catégorie est maintenant disponible pour les livres et magazines, payants ou gratuits. Cette catégorie propose principalement des magazines et livres sur Ubuntu et Linux. Ils sont disponibles au format PDF, sans mesures techniques de protection (MTP aussi connues sous le nom de DRM en anglais pour Digital Rights Management).

Recommandations : un nouvel onglet fait son apparition dans l’interface. Il propose des applications qui peuvent intéresser l’utilisateur selon les applications déjà installées.

Logithèque en ligne : une version de la logithèque est également accessible par le web. Elle reprend globalement le même style et fonctions que la logithèque présente sur Ubuntu.

A l’utilisation, je l’ai trouvé vivace mais parfois ce programme a tendance a réfléchir de trop. Ce qui m’embête c’est qu’on ne sait rien de ce qui se passe, installe t’il, télécharge t’il, rien, seulement une barre de progression.
Pour l’utilisateur nouveau sous linux, c’est un grand pas en avant car tout est simplifié a je clique, ça s’installe.

Le mot de la fin

C’est déjà la fin, et faut que je fasse un petit résumé, alors je me lance :
Cette ubuntu 12.04 est un bon cru, stable malgré quelque soucis avec le plugin flash, ce qui m’a valu l’ouverture d’une fenêtre pour envoyer un rapport de bug. Une finition exemplaire digne d’un système propriétaire, et d’une facilité, comme par exemple les pilotes propriétaires proposé au démarrage du système, la reconnaissance de l’imprimante automatique et sans rien faire. Tout ça avec des mises a jour sur 5ans.

Voir en ligne : linuxfr.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *