Retour sur Frugalware

Comme souvent je l’ai dis, j’ai trois distributions importantes et a qui je suis resté fidele, la regrétté Mandriva, la vénérable Debian et openSuse, puis une que j’ai accroché et dont je pense le plus grand bien : Frugalware.

Frugalware est une distribution différente des autres habitués des podiums, elle n’a pas une base debian ni RPM, mais a l’origine elle est basé sur Slackware, avec une version amélioré du gestionnaire Pacman d’Archlinux.

Pacman-G2 est un fork de pacman, l’équipe de frug ayant apporté des améliorations jamais pris en compte par celle d’arch, ont décidé de le forker. Il est rapide comme son aîné, et peu le différe vraiment a premiere vue ! il est simple a prendre en main :

  • mettre a jour le depot de logiciel suivit de la mise a jour systeme revient a faire un pacman -Syu ce qui vaut sur Debian a apt-get update && apt-get dist-upgrade.
  • Installer un logiciel (par exemple mldonkey) se fait avec un pacman -S mldonkey = apt-get install mldonkey sur debian.
  • supprimer un paquet avec ses dependances se fait avec pacman -Rc mldonkey

Il est rapide et le peu qu’il dit suffit, j’ai toujours trouvé apt et aptitude trop bavard, pacman dit autant mais de maniere plus propre, un peu comme zypper (openSuse) pour ceux qui le connaisse.

On pourrait comparer Frugalware a une archlinux, comme elle c’est une rolling release c’est a dire que les logiciels sont mis a jours de façon continue sans version de Frugalware. En gros comme sous Arch, Debian testing/sid, gentoo, une personne qui fait ses mises a jour une fois dans l’année(c’est pas a faire) va se retrouver au même niveau que celui qui les fait tout les jours et dans les deux cas c’est pacman -Syu !

Comme Arch et vu qu’elle uilise pacman(version amélioré), la fabrication de paquets est tres simple par rapport a des rpm ou des deb, un simple fichier appelé simplement frugalbuild est a renseigner, cette partie de frugalware sera vue plus en détail dans un prochain article, mais en gros on rempli les champs mainteneur, nom du paquet, source, dependance et si le paquet n’a pas besoin de « build » spéciale, on n’a pas a renseigner cette partie ! Bon j’admet volontier que j’ai cherché a bien assimiler la doc, donc avec l’exemple du wiki, j’ai cherché la petite bete pour tout comprendre et un exemple tres simple, m’a demandé presque une heure le temps que je comprenne tout plus ou moins grace une communautée vraiment tres patient, sympa et acceuillante, le tout dans la bonne humeur !

La ou elle change de sa copine Archlinux, c’est qu’elle est bien plus facile a prendre en main, en tout cas la ou on peut voir une difficulté de passer de Debian a Archlinux, avec Frugalware ça passe tout seul !

Pour commencer, contrairement a Arch qui avait un installateur pas du tout automatisé et pas evident pour la partie configuration mais avec lequel on se débrouillait grace a la documentation de leur wiki (tres bonne au passage !), et qui s’est vu remplacé dans les dernieres versions par des scripts (ce qu’on ne peut pas qualifié de plus facile pour une installation !), sous Frug, c’est différent, jusqu’à la version 1.8, il y avait un installateur tres simple a prendre en main bien qu’etant non graphique (en gros comme sur debian, on remplit et suivant), la partie délicate se résumant au partitionnement. Cette etape est de toute façon jamais a prendre avec des pincettes, et de mon coté je regarde bien ce qui est dit même sur ubuntu ou mandriva, une erreur d’inattention et c’est des centaines de go de données qui seront perdus, et ça arrive tres vite (d’ou les fenêtre de confirmation).

Cette partie la aurait pu être facilité en proposant un partionnement automatique comme sur debian, mais bon une fois cela fait on doit choisir les groupes de paquets que l’on veut et c’etait la ou ça merdait pour moi. Beaucoup trop de groupe coché par défaut, kde, gnome, xfce, base, lib, dev, multimedia, xmultimedia… presque tout les groupes etaient deja coché. Bon c’est pas compliqué, il suffit de décoché mais pour le nouveau, qui généralement, veut avoir le bureau par defaut de sa distribution c’est moins simple, et frug lui en colle 3…

Du coup l’installation prenait du temps, j’ai été jusqu’à 50minutes par DVD, et oui 3 bureau(kde, gnome, xfce), plusieurs naviguateur web(firefox, konqueror, epiphany…), gestionnaire de fichiers…, tout a chaque fois multiplier par 3 au moins, ça fait beaucoup de paquets a télécharger, a installer, ça prend donc du temps et de l’espace disque dur.

Une version graphique existe, mais vu que je ne suis pas fan des version graphique, je préfére un bon ncurse fiable qu’une interface graphique bugué, je ne m’en suis jamais servit, comme la version live, je ne suis pas fan des lives.

Dans cette nouvelle version 1.9, tout ça a changé, et c’est la cause principale du retard de cette version, l’installateur est peaufiner a son paroxisme, et le gars qui y travail, le fait avec amour !

Enfin la ou Frug differe totalement de sa rivale, c’est qu’elle possede une version stable, qui sort tous les 6 mois mais supporté 6 mois. Un simple pacman -Syu suffit pour passer a la nouvelle stable et sans rien changer dans la liste des depots, vu que seule deux dépôts sont la par défaut, un current qui est la version rolling release et l’autres est stable, cette partie la ne m’interesse pas trop, mais ça permet d’avoir un serveur par exemple dont on ferait une grosse mise a jour tout les 6 mois.

A savoir que par la suite, je parle de la version 1.9 qui devrait pas tarder a sortir, mais je suis sur current c’est a dire la version rolling release.

1. Installation

Donc comme je le disais, l’installateur a changé avec cette 1.9, et n’a plus rien avoir avec l’ancien sauf qu’il est toujours en version ncurse (et tant mieux). Mon reseau ethernet a été detecté comme toujours mais cette fois avec le nom du matériel au lieu de l’eternel « eth0 », pour moi c’est pareil, mais pour certain ça sera bien plus pratique. ensuite on rentre le nom de la machine entiere avec le nom de domaine puis juste le nom de machine simple, on demande le passe root puis c’est au tour de l’utilisateur, nom et passe. On arrive a la liste des groupes de paquets et cette fois c’est a nous de cocher les groupes qu’on veut, ce qui contrairement a l’ancien installeur, est une amelioration, comme quoi l’equipe de frug a beau être restreinte elle en reste pas moins tres a l’ecoute de ses utilisateurs !

Une fois fait, l’installation des paquets se lance, une barre de progression est présente mais reste longtemps a zero, en faite l’installation va si vite que j’ai pas trop fait gaffe, je suis partie m’assoire sur le canapé moins de dix minutes et a mon retour c’etait deja fini ! A titre d’exemple, debian m’aurait mis cinq bonnes minutes de plus au bas mot pour s’installer sans bureau, et je parle pas des openSuse ou Ubuntu ! En tout moins de 15 minutes pour m’installer les groupes kde, multimedia, xmultimedia, base, xserver, plus d’autres que je n’ai plus en tete, ce qui me donne un pc avec tout les codec et outils que je me sers ! Quand je parle de 15minutes pour l’installation, faut comprendre du debut ou on tape dans le grub pour lancer l’installation jusqu’à l’ejection du cd, et je dis 15min mais quand suis revenu c’etait deja finit sauf que je n’etais pas devant l’écran…
Le seul soucis c’est que malgré le mesage qui nous dit « installation fini » on doit rebooter via le bouton du pc(un enter ne suffit pas chez moi…), ceci etant dit c’est pas la mort non plus !

2. Post-installation et Utilisation

La bécane redemarre, on vois un jolie grub, ça change du theme debian c’est plus frais, puis grub disparait et a peine 15 secondes plus tard je suis sur kde, la ou debian me met 30secondes, la difference c’est systemd qui le fait, je suis pas fan de ce fait tout, mais il est efficace et j’aurais certainement moins de soucis que sur opensuse avec yast qui se battait avec systemd pour savoir quels services lancer.

En parlant de boot et de temps de boot, frugalware se positionne tres bien et est dans les même temps que opensuse, mais pour moi c’est pas essentiel, je préfére un truc a la debian qui met plus de temps mais que je sais ce qu’il fait, que systemd qui fait tout et bientot le café, surtout que je fais partie de ceux qui redémarre le pc rarement, ça peut être une semaine comme plusieurs mois, donc suis pas a 30 secondes par semaine.

Bon j’ai dis le mal que je pensais de systemd passons a autre chose, frugalware etait tres a jour quand je l’ai connu c’etait les versions de paquet les plus a jour avec arch, c’est presque toujours le cas mais vu le peu de dev on peut comprendre certain retard et puis c’est peut être du a la sortie de la 1.9 dans les jours a venir ! C’est peut être un mini gel de current le temps que stable sorte.

Kde est tres vivace, deja bien plus vivace que sur debian, qui etait elle même bien plus vivace que sous opensuse ! J’ai pu remarquer aussi que je gagne encore en consommation cpu et processeurs, ce qui n’est pas négligeable, le tout étant plus du peut être a la version de kde, 4.11 sous frugalware contre 4.10 sous debian sid !

J’ai commencé par changer l’ordre des mirroires pour mettre ceux d’Irelande en tete, plus rapide et plus fiable, suivit d’une mise a jour des depots et des paquets via pacman -Syu. J’ai installé ensuite mes paquets habituelle, c’est a dire kde-extra, mlnet, et quelques autres,…

Ensuite, et au vu de l’accueil des gars présents sur le irc fr, #frugalware.fr, j’ai commencé a regarder la documentation pour faire des paquets, pour le moment ça roule, et suis bien content d’être de nouveau sur cette ditribution qui m’a marqué en 2007.

Prochaine étape sera de faire quelques paquets et pourquoi pas en maintenir ; mais ça sera dans un prochain article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *