Distributions pour novices, Debian un bon choix ? Quelle distribution pour les novices ?

On se pose souvent la même question, mais quelle est donc la meilleure distribution pour les débutants, les fameux madame et monsieur Michu, une distribution qui se veut simple, facile d’accès, une installation claire, simpliste et rapide, accessible, avec installation et désinstallation des logiciels compréhensible, qui dure dans le temps… Je m’en suis fait une idée. J’ai essayé un grand nombre de distribution, en l’occurrence Mandriva, Ubuntu, Archlinux, Frugalware, openSUSE, Debian, Mageia, et quelques autres qui étaient a la mode pendant un temps.

Différents types d’utilisateurs :

Dans mon cas, ça dépend fortement de comment va être la personne pour qui la distribution va être installé, on peut noter trois types de personnes :

  • les personnes qui vont installer par eux même la distribution, qui vont être autonome, qui vont chercher les réponses dans les forums et sur irc,
  • les personnes qui vont installer la distribution par une personne tiers, un ami ou dans une install party, et qui par la suite vont tenter d’apprendre et d’être autonome,
  • les personnes qui vont dépendre d’une personne tiers pour l’installation et la maintenance sans rien vouloir comprendre, ceux qui « utilisent leurs ordinateurs comme leurs voitures, une panne et au garage. », qui n’iront jamais installer un programme et vont se contenter de ce qui est installé.

Les indépendants :

Dans les deux premiers cas, je serais plutôt tenter de dire qu’une distributions comme Mageia serait idéale, j’ai eu la même approche a mes débuts avec Mandriva et je ne regrette rien, c’est une distribution solide, stable, a jour mais en privilégiant les versions avec support a long terme (firefox esr, kernel lts,…). Elle a notamment un centre de contrôle (du nom de ccm ou mcc) qui permet de faire toutes les choses réserver a l’administrateur et qui se fait normalement en ligne de commande comme l’installation ou suppression de paquets, mise a jour, activation ou désactivation de services, mise en place de serveur(serveur web, mail,…), un pare feu et même une partie sécurité qui permet de gérer au mieux la sécurité de son système avec un nombre de vérification automatique. Ce qui caractérise cette distribution est le sérieux de l’équipe derrière, la plupart de l’équipe sont des anciens de Mandriva, son ccm, ses outils non graphique hérité eux aussi de Mandriva (commençant par drakX) et un installateur simple, compréhensible avec peu de terme « pro linux ».

On peut aussi penser a (?)Ubuntu et openSUSE. Pour les plus courageux on peut penser a Debian mais j’y reviendrais plus tard !

Les véritables « Michu » :

Dans le dernier type de cas, qui me semble être la majorité, je ne serais pas du même avis, je penserais avant tout a celui qui va devoir jouer le rôle de la personne tiers, le mainteneur ou plus communément appelé réparateur. Un article de Cyrille Borne va aussi dans ce sens, je le cite :

« … A force d’être confronté aux mêmes problèmes en permanence, je crois que ce n’est peut être pas la bonne question, la bonne question c’est quelle est la meilleure distribution pour faciliter la vie du réparateur, à qui on ne réfléchit pas assez.
J’ai fait migrer des centaines de postes sous Linux, des dizaines de personnes, en plus de 10 ans, un seul s’est sérieusement mis à la compréhension du système pour réussir à se débrouiller, un seul débutant qui essaie de s’élever, les autres le sont restés. Pourquoi s’intéresser au réparateur ? Tout simplement parce que dans notre relation non tarifée que nous entretenons avec nos proches, nos familles, ces gens que nous avons dans notre parc informatique personnel, et bien justement on est dans une relation non tarifée. Alors que le commerçant peut se réjouir du plantage et avoir la satisfaction qu’on lui apporte la machine dans un état le plus minable possible pour dire « ça va coûter cher », « ça va coûter tellement cher en réparation que je peux vous proposer une nouvelle machine », « y a rien à faire faut tout changer », vous choisirez la phrase de l’escroc, nous sommes dans un cadre totalement opposé, il vaut mieux pour nous que la machine fonctionne parfaitement quoi qu’il arrive car on sait qu’on va y passer du temps, beaucoup de temps, bénévolement.
Et même parfois, à vouloir trop faire de distributions en pensant pour le débutant, on en vient presque à rater l’essentiel, la grande majorité des débutants restera débutant et dans son attitude de débutant, elle fera appel à vous quoi qu’il arrive. Pire parfois, la distribution trop pensée pour le débutant peut poser des problèmes à l’expert,… »

En effet, c’est ce fameux réparateur qui va installer et maintenir ce système, alors vaut mieux pour lui que cette distribution soit la plus pérenne possible et qu’il la connaisse bien, voir l’utilise au quotidien. Comme dit Cyrille, le but est de ne pas mettre un truc bancale, qui va causer plus de soucis de maintenance, mais un truc fiable, qui tiendra la route sur le long terme, après tout on est bénévolement mainteneur, ce qui compte avant tout c’est la connaissance que l’on en a, car quand ça plante c’est le mainteneur qu’on appel. De plus il faut une distribution qui ne change pas a tout va, qui bouge le moins possible, car de ce que je vois dans mon entourage, les mises a jour on s’en fiche.

J’ai tenté des ubuntu LTS, opensuse, arch mais entre celles qui demandent trop de soins et celle qui tiennent pas leurs promesses sur le long terme, qui cassent(perte de clavier, de souris, d’écran…) a la moindre grosses mises a jour comme des passages de ubuntu 12.04.x a 12.04.z, je me suis fait un saint Graal.

Ce Graal doit avoir plusieurs choses :

  • être une distribution que je maîtrise bien,
  • avoir une grosse communauté, française de préférence,
  • avoir un support assez long (au moins deux ans),
  • être de type rpm ou deb,
  • faire partie du top 10 de distrowatch (je sais ce classement ne veut rien dire mais quand même…),
  • ne pas être une « petite fille » de,
  • ne pas être une rolling release,
  • ne pas dépendre d’une entité commercial.

Pendant un temps, Ubuntu fut l’élue, mais certains points ne correspondaient pas au cahier des charges et surtout des remontés de problèmes des utilisateurs comme la perte de clavier/souris et surtout des écrans a la suite des mises a jour et après vérifications de ma part m’ont poussé a choisir autre chose.

Logo debian

Ce fut avec ma distribution de tous les jours, Debian, que j’ai pu avoir la sérénité. Debian c’est avant tout la plus grosse et la plus populaire distribution communautaire, l’une des plus vieille (slackware la devance de très peu), sans aucune dépendance envers une société commerciale, une grosse communauté derrière notamment française, un support de deux/trois ans voir plus avec le projet LTS, des paquets deb, c’est la « mere » de toute les distributions deb (dont ubuntu, knoppix, mint,… ), elle sort en version dite stable tous les deux ans approximativement, elle est déployée en plusieurs versions( trois : sid, testing et stable) adapté a chaque utilisation/utilisateur… 

Son installation n’est pas indéchiffrable, malgré les termes explicite linuxien, c’est simple, automatisé au maximum par défaut, seule la partie partition incombe a l’utilisateur. Plusieurs environnements sont installable (gnome, kde, xfce, cinnamon, mate, lxde…) et des services aussi (http, mail, ssh, ftp…). Une installation qui dure grossièrement 45min.

Pour le bureau, j’ai remarqué, depuis le temps que je fais ça, que les personnes sont capable de s’habituer a un tout autre environnement que leur traditionnel windows. Au début, je ne mettais que du kde, pour sa ressemblance avec windows (leur ancien environnement)et donc éviter de les troubler, celui ci étant personnalisable a souhait, j’ai souvent eu des déboires (donc des appels) comme des panels qui ont été supprimé par inadvertance. Maintenant, je met selon le type d’ordinateur, gnome-shell pour les pc récents et xfce pour les pc plus vieux. Gnome surprend encore au début car c’est vraiment un tout autre comportement que l’habituelle principe du bureau comme on peu connaître sous windows ou kde/cinnamon/xfce…, mais sa modernité plaît.

Gnome sous Debian

Par la suite, il ne reste plus qu’a fignoler, amélioration du look des applications gtk dans kde ou vice-versa, ajout d’application selon les besoins, installation des imprimantes (normalement automatiquement effectué si pilote installé).
Pour les applications, je met un maximum pour être capable de répondre a tous les besoins, en plus de demander a la personne ses désirs. On a beau penser a tout ou du moins essayer, on ne sera jamais a l’abri d’un oubli ou d’un besoin soudain de la personne.

Pour le matériel, je conseille aussi, généralement imprimante tout-en-un hp par exemple. Ceci pour éviter de me retrouver en face d’un soucis de compatibilité.
Pour les mises a jour, ça dépend des personnes et des liens, soit je laisse l’utilisateur le faire en expliquant comment faire(c’est graphique et rapide) soit pour les plus proches, je m’occupe de tout via ssh.

Une fois fait, généralement ça prend facilement deux a trois heures, la personne découvre son nouveau système, couramment me signal un gain de performance. Et c’est fini, j’entends sonner mon téléphone pour autre chose que des ordinateurs !!!

Donc on a vu que Debian était tout destiné pour les grands débutants, les fameux Michu, ce genre d’utilisateurs qui veulent juste utiliser leurs pc comme on peut vouloir utiliser sa voiture, utiliser et non faire de la maintenance, utilisateur qui doit bien représenter neuf personnes sur dix. Utilisateurs qui représente chez moi mes parents, oncles et bien d’autres…

Dans un prochain article, on verra si debian est idéale pour commencer sous linux quand on est un utilisateur autonome.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *