Les forks qui font doublons pour faire plaisir a l’ego des développeurs de distributions #1 ou héritage quand tu nous tiens.

Je lisais comme chaque soir le billet du jour de chez Frederic Bezies, cette fois c’est la cadavérique OpenMandriva qui est mis en valeur.

https://i1.wp.com/download.tuxfamily.org/passionlinux/images/png/openmandriva%20cadavre.png?w=525

Cette distribution a tout de la senteur morbide, seul l’ego de ses mainteneurs la tient encore en vie. Je suis cru mais c’est ce que je pense et comment pourrais je penser autrement quand on connaît l’histoire et surtout par le passé, avoir été un utilisateur de la vénérable Mandriva, devenu orphelin puis après avoir vu le déchirement des deux communautés.

Pour ceux qui ne connaissent pas le passé de Mandriva, je vais la résumer:

elle commença par être une simple Redhat avec kde a la place de gnome et prit le nom de Mandrake, une distribution ayant pour but de faciliter l’adoption de linux et de le rendre facile.

La société ayant les droits sur le nom de Mandrake le magicien (une animation) attaqua Gaël Duval et celui-ci a du changer en Mandriva après avoir acheté Conectiva, une autre distribution linux Brésilienne.

Puis après des déboires, des fonds russes ont remis a flot temporairement la distribution mais en contrepartie celle-ci devait partager son savoir, une distribution du nom de Rosa vit le jour… Beaucoup d’employés fut licencié notamment ceux de France pour « sauver » l’entreprise, mais celle-si s’enfonça encore plus. Bref, les ex-employés n’ayant pas confiance pour l’avenir de Mandriva, décidèrent de la forker et c’est comme ça qu’apparue Mageia.

Puis Mandriva annonça ne plus se préoccuper de sa distribution linuxienne pour se recentrer sur ce qui pouvait encore se vendre. Ils leur prient de laisser les sources a la communauté et d’en faire une distribution directement tiré de Rosa et ayant pour nom OpenMandriva.

Donc je résume encore plus:

  • Mandriva 2010 fut la dernière pure Mandriva.
  • Mageia est le fork de la dernière vraie Mandriva, la 2010, avec a sa tête ceux qui ont fait les bons moments de celle-ci et qui ont été viré comme des malpropres.
  • Rosa naquit comme fork russe de Mandriva 2010 (peut être avant).
  • Mandriva 2011 fut une simple Rosa ré-badgé. Donc une copie de sa propre copie…
  • Mandriva est donné a la communauté et il en sort Openmandriva, un fork de rosa, la copie de la copie de la copie…

Donc pour ceux qui me suivent, on est en face de deux distributions et deux communautés qui se veulent être la descendance légitime de Mandriva. D’un coté Mageia, qui est né de l’époque ou Mandriva était encore elle même pour la dernière fois (Mandriva2010), et OpenMandriva qui est né d’un fork de la 2011 qui était elle même une Rosa linux. Du reste l’équipe de OpenMandriva se base sur les travaux de Rosa pour pondre OpenMandriva. Sans parler de Rosa, elle même, donc trois distributions la ou en avait qu’une seule…

Je n’en parlerais pas si seulement ce paquet de forks servait a la communauté, la rendant plus forte, mais au lieu de ça et comme tout bon fork fouteur de merde, ceux la tuent simplement l’héritage de Mandriva, si ce n’était pas déjà fait. C’est la ou je veux en venir, aux gâchis, a la rancœur et a l’ego.

Quel gachis, celui d’avoir une distribution digne de la Mandriva, qui allie le look de celle-ci avec la qualité (mauvaises langues taisez vous!) et la facilité d’utilisation de cette distribution qui m’a tant apporté.

Au lieu de ça, on a d’un coté Mageia, solide, stable, avec les outils de Mandriva d’époque bien que mis a jour et qui compte 5 versions depuis sa création (une version par an), mais ayant un look non digne d’une Mandriva, de l’autre on a le look mais pas la qualité de Mandriva et une sortie variable (3 versions en 4 ans). Dans les deux cas on a une équipe trop juste pour maintenir une distribution de cette taille, 90 personnes pour Mageia et une dizaine pour OpenMandriva, pas vraiment de quoi maintenir les plus de 20000 paquets (voir le double).

Frederic en a donc parlé dans son billet du jour, je le remercie car sans lui, je serais passé a coté, pensant qu’elle avait fini avec les sapins achetés pour les fêtes de fin d’année une fois ceux ci passées. J’aurais préféré, mais non elle semble avoir comme son modèle, le goût de la mort programmée et du second souffle.

Est ce utile que je vous dise ce que j’en pense? Non, par contre je vais vous dire ce qui est dit partout, OpenMandriva et Mageia devraient fusionner, mais encore une fois c’est les principes de l’humanité qui font que ce ne sera possible. Pourtant elles ont de quoi a y gagner, la patte graphique de l’un et le sérieux de l’autre.

Maintenant, je m’en fous royalement, c’est de la merde et c’est tout, que dire d’une distribution, OpenMandriva en l’occurrence, qui a mit plus de 2 heures pour faire une mise a jour sans aller au bout? Qui m’a tout flingué, qui n’a pas trouvé le moyen de refaire une mise a jour propre? Mais l’autre est guère mieux, j’aime cette expression « le cul entre deux chaises » car elle représente bien ce que Mageia est! Je peux pas dire plus  sur ce que représente cette distribution, un sous effectif de personne bénévole et ne faut pas l’oublier, qui ont voulu reprendre là où une société payant des salariés a failli, avec la meilleur volonté du monde. Cette distribution a tendance a faire passer des choses sans importances avant celles qui en ont, je parle de bugs mis sur leur bugzilla corrigé en donnant l’astuce par l’auteur du bug lui même sans avoir attiré ne serait ce que le minimum syndicale d’intérêt, pas une once… Bref après cette correction ou du moins l’astuce nécessaire pour déjouer le bug, ça n’a même pas été corrigé dans la distribution après plusieurs mois, je l’ai vérifié moi même puisque je suis l’auteur de la déclaration des deux bugs et de leur correction, une simple librairie oublié en dépendance… Est ce corrigé depuis, je n’en sais rien, je l’espère, c’était mineur mais quand même. Par contre pour nous pondre une dénomination qui semble sortie tout droit du troue du cul de l’univers, un « STA » pour dire « Beta », comme le dit Adrien.D sur son blog:

Le 30 Juin (donc hier) est sortie Mageia 6 « sta1 ». Alors testons cette distribution que j’appréciais bien.
Qu’est ce que « STA1 » on en sait rien, en tout cas c’est pas STA comme STAble. C’est sans doute l’équivalent de « Béta 1 ». Bref, une numérotation à la con pour faire différemment, mais du coup, on ne sait pas où on en est. Il faut aller voir le Wiki … pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…

On a une réponse assez peu crédible, de la raison de ce changement:

Pour les anciens habitués, ce changement n’apporte rien, on est d’accord. Mais pour les nouveaux qui n’ont jamais pratiqué Linux et qui essayent de se joindre à la communauté, que signifient Alpha ? Béta ? et après? Gamma ? …. jusqu’à Oméga ? Que vient faire l’alphabet grec dans l’informatique ?
Alors que les phases « Développement » (dev) et « stabilisation » (sta) sont compréhensibles par tout lecteur de blogs ou autres revues qui parlent de Mageia. Le jargon compréhensible uniquement par le cercle restreint des initiés n’est pas une bonne méthode pour accueillir les nouveaux.

Donc Dev et Sta c’est plus simple que Alpha et Bêta, heureusement qu’Adrien n’a pas sa langue dans sa poche:

Parce que ce sont les étapes « normalisées » d’un développement logiciel : https://fr.wikipedia.org/wiki/Version_d%27un_logiciel#Phases_de_d.C3.A9veloppement

Et c’est la que j’ai envie de dire, les gars faut se réveiller, on s’en fout de alpha bêta et le reste de l’alphabet grec… Ces termes sont devenu des termes courant, une bêta d’Androïde… Par contre pour corriger les deux ou trois détails que les utilisateurs demandent ça il y a personne:

  • Installation des paquets sous Mageia sont fait huit par huit, la ou toute distribution télécharge la totalité des paquets puis les installe d’un coup, Mageia reprend la connerie de Mandriva, héritage quand tu nous tiens…
  • Le mélange 32 et 64 bits, sous Mageia dans le gestionnaire de paquets faut vraiment faire gaffe a ce que l’on fait, car c’est rapide de cocher le paquet pour la mauvaise architecture. Encore une fois sous la plupart des distribution c’est transparent sous Mageia, ça ne l’est pas, héritage quand tu nous tiens…

Des choix a la con, on préfère changer des termes qui sont utilisés partout comme référence dans le monde de l’informatique mais rien n’est fait pour corriger les aberrations que Mageia poursuit en mémoire d’une gloire perdu.

C’est pas monsieur ou madame qui ne savent pas ce que sont des versions bêta et alpha qui vont tester des distributions en voie de « STAbilisation », sinon ils auraient déjà entendu ce terme de bêta et d’alpha rien qu’avec la plus populaire des distributions linux, Ubuntu qui emplois aussi ces termes. Non mais sérieux, ils veulent faire gober ce truc la a qui? Perso, si je vois « STA » je me dis c’est la version stable et non de « stabilisation » et si je vois « DEV » la je comprend aussi que c’est développement.

Je ne crois plus en cette distribution, je pense que les morts doivent se reposer en paix, Mandriva est morte, laissons la en paix! Du reste quand je vois le classement de Distrowatch, je me dis que j’ai pas spécialement tort, elle chute a la place 11 et ce retrouve derrière Centos. Et encore une fois je me dis que j’avais pas faux sur cette expression « le cul entre deux chaises », a vouloir jouer a faire une distribution a sortie annuelle, avec des versions de logiciels assez proche de ceux de Debian et d’autre bien plus a jour, tout en ayant que quelques mois (1 ou 2 de mémoire) pour passer a la nouvelle version c’est vraiment de mauvais goût.

Mauvais goût car celui qui veut avoir la tranquillité d’une distribution stable avec des logiciels a long support, se tourne vers Debian, ou sur Ubuntu LTS, ou encore Centos, qui proposent toutes plusieurs années pour passer a une nouvelles versions, qui ont un support de 3 ans pour Debian (5 ans avec le programme LTS), 5 ans pour Ubuntu et 10 ans pour Centos. Ceux qui veulent du plus récent et que ça bouge bien plus, ont aussi le choix entre Ubuntu, Fédora et openSUSE, proposant 3 mois, 7 mois et 6 mois pour passer a leurs nouvelles versions. Si je veux un mixte entre stabilité, nouveauté et support j’opte pour openSUSE, avec minimum 36mois de support par version majeur (la 42 sera supporté au bas mot 36 mois) car si je calcule 18 mois de support pour les version minime (3versions) ça me donne au bas mot 3×18=54 mois de support.

Donc faut vraiment avoir envie de se faire chier avec une distribution pour opter pour Mageia, a part la partie sentimentale, elle n’a rien pour elle. Oui rien, des outils hérités de Mandriva, qui accusent un peu leurs ages, des outils qui ne font plus partie du CCM, un CCM qui fait doublon avec les outils des bureaux que ça soit chez gnome ou kde, ils ont tous les deux les outils pour gérer son système…

Alors qu’un rapprochement des deux pourrait être si bénéfique, et chacun y trouverait son compte, Mageia aurait un look digne de 2016 et OpenMandriva aurait la mains d’oeuvre qualifié! On demande pas jusqu’à une fusion, seulement une entente cordiale, un retour, une entraide, une base commune.

Héritage quand tu nous tiens…

2 réponses sur “Les forks qui font doublons pour faire plaisir a l’ego des développeurs de distributions #1 ou héritage quand tu nous tiens.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *