Les forks qui font doublons pour faire plaisir a l’ego des développeurs de distributions #2: Le cas Devuan

Après le billet sur openMandriva/Mageia, me voila parti cracher sur le fork de Debian, la fameuse et inutile Devuan, vous savez, le feu d’artifices qui n’a été qu’un pétard mouillé… Elle est né le 27 novembre 2014 alors qu’un groupe d’administrateurs de Debian annoncent qu’ils ont forké Debian et lui ont donné pour nom Devuan, pour une raison, ils ne voulaient pas de systemd… Même si je simplifie a fond en schématisant, c’est déjà tout un programme, on voit déjà le peu d’intérêt a donner pour cette nouvelle énième distribution.

Fred, encore lui et non j ne lis pas que son blog mais…, en parle a plusieurs reprises, dont 1 journée après sa création. Il en parle avec sa façon un peu méprisante mais si juste, pensant même que ce fork ne durerait pas:

Pour tout dire, je reste très circonspect sur l’avenir de ce fork, ne serait-ce que par son ambition presque démesurée. Forker un environnement de bureau, comme l’a fait Mate Desktop, c’est réaliste.

Mais une distribution aussi complète que Debian GNU/Linux ? C’est déjà plus dur à concevoir. Je sais qu’il y a le précédent de Mageia, mais la distribution répondait à un besoin de faire survivre Mandriva Linux, et non sur le rejet d’une technologie.

Pour le moment, ce fork ne fait qu’alimenter l’image d’une cour de petite section d’école maternelle où des enfants se bagarre pour une paquet de bonbons que donne la communauté du libre en ce moment.

Je pensais pas non plus que celle ci durerait, encore moins qu’elle auraient su convaincre quelques érudits. D’après leurs dires (je vous laisse chercher sur leur site), les érudits en question, seraient en nombre, plus de 800 personnes auraient déjà signalé leurs soutiens. Leur première version est une pré-alpha en mai 2015, Fred (toujours lui) en a testé la teneur, et finit par conclure:

La phrase qui me vient à l’esprit est simple : « tout ça pour ça ? »

Car oui, mis à part le système d’initialisation …. rien ne différencie l’original de sa dérivée. …

Sinon, rien ne différencie une Devuan d’une Debian du moins sur ce que peut voir l’utilisateur final.

Alors qu’en est t’il en 2016? On reprend les mêmes et on refait pareil, rien de neuf en 2016, ah si, en avril 2016, la béta de la Devuan 1.0 est sortie… :

Devuan GNU+Linux is a fork of Debian without systemd. Its Beta release marks an important milestone towards the sustainability and the continuation of Devuan as a universal base distribution.

Qu’on traduit par:

Debian GNU + Linux est un fork de Debian sans systemd. Sa version bêta marque une étape importante vers la durabilité et la poursuite de devuan comme une distribution de base universelle.

Attendre 2 ans pour pondre une copie de Debian sans systemd montre que le ridicule ne tue pas. Je sais ce qu’on va me dire, systemd ça pu, c’est compliqué a maintenir, ect… De là a faire un fork de Debian pour cette unique raison c’est encore un beau gâchis, comme ou pire que celui de OpenMandriva/Mageia.

Surtout que Debian est assez souple, il suffisait de maintenir une compatibilité avec un autre système d’Init et de maintenir un dépôt, voir même une ISO contenant les paquets lié a cette Init. A aucun moment le projet Debian a imposé le choix de systemd mais puisque personne se proposait pour maintenir une compatibilité avec un autre système, il a été décidé de faire ainsi.

C’est pas possible de faire un dépôt semi officiel? Ah bon, pourtant le dépôt DEB-multimedia en est un qui ne pose aucun soucis. Donc Devuan est bien un projet qui ne sert qu’a masturber l’ego des développeurs, un de plus dans la famille Debian/Ubuntu, car sa fille est aussi attaqué de toute part par des forks inutile Ceci sera l’objet d’un future billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *