Qui peut encore croire au mirage du linux sur le poste bureautique ?

Derrière cette question il y a un constat qui fait mal. Linux – métonymie pour les termes distribution GNU/Linux – est présent partout, sauf sur l’élément le plus important pour donner un visage visible au logiciel libre, le poste de travail bureautique.

C’est notre Fred qui pose cette emblématique question, il parle de foutoir, de personnes privilégiant le code que les humains, des logiciels mal faits ou mal finis, puis des michus, les fameux personnages de fictions qui sont là pour représenter une partie de la populace, …

C’est du Fred et j’adore le lire, je ne suis pas toujours de son avis, la en tout cas je ne serais pas du sien, mais justement c’est ça le libre, des idées, des manières de penser qui sont différents.

Voila différent points cités:

  1. L’impression d’avoir un énorme foutoir en face de soi vu l’offre pléthorique de distributions.

  2. Des logiciels mal finis à cause de l’éparpillement des ressources avec des projets parasites qui dépassent rarement les 6 mois d’existence.

  3. Les querelles de clochers qui étaient marrantes dans les années 1990 et qui sont lourdingues 20 ans plus tard.

  4. Les guerres techniques qui dispersent les efforts pour améliorer certains logiciels clés.

et une partie sur les michus:

Les utilisateurs « michus » s’en contrebattent les steaks de la philosophie et veulent juste un ensemble qui soit fonctionnel. Si le logiciel libre et son pendant apolitique open-source le permettent, c’est un bonus non négligeable.

Je pense qu’elle est là l’erreur, les michus, oui les personnages de fictions n’existent simplement pas, ou alors ce ne seront pas eux qui iront chercher une distribution pour l’installer car les michus, eux se foutent du système utilisé, ils utilisent leurs PC et c’est tout. C’est là l’erreur, car déjà pour vouloir autre chose sur son PC et se diriger sur une distribution linuxienne, faut être motivé et avoir un minimum de connaissances.

Je vais faire le méchant de service, mais personnellement j’en ai marre de tenir la main a des personnes qui ne veulent pas faire d’efforts, si ça c’est une perte pour linux et bah tant pis… Je fréquente des michus, c’est pas du tout de leurs niveaux d’aller sur internet, de trouver une distribution linux et de l’installer, non pour le faire ils m’appellent et me demandent de le faire. Si la personne en question est capable de faire une installation de linux, ce qui n’est pas difficile pour certaine comme Ubuntu, c’est que ce n’est pas un michu, sinon c’est qu’ils ne savent pas refaire une installation de leur windows après un plantage ou un besoin de réinstaller le système et là c’est bien un michu car si linux est difficile a installer c’est que Windows l’est encore plus, en tout cas pour ubuntu, . Je pense que Fred et beaucoup d’autres, oublient que linux est devenu super facile d’installation et d’utilisation, que windows n’est pas plus facile a installer mais puisqu’il est déjà sur les machines, on n’y pense pas, aussi et surtout c’est que les gens veulent un truc qui marche comme ce qu’ils avaient sans faire l’effort de réapprendre.

Je reprend les michus que je connais le plus, mes parents. Ils sont incapable d’installer un windows, donc que ça soit l’OS a la fenêtre ou celui du pingouin, ils sont dans le même besoin c’est a dire, qu’ils ont besoin de moi pour leur installer l’OS. Mes parents sont des michus, mais encore une fois les michus qu’on n’arrête pas d’entendre parler sont des personnages qui sont pas capable ou trouvent difficile d’utiliser Ubuntu ou autres distributions linuxienne mais sont capable de l’installer, il n’y a pas un non sens? Pour moi, mes parents sont de vrais michus, c’est a dire ils ne sont pas capable d’installer un OS, car ne savent déjà pas ce qu’est un OS, par contre une fois installé et une fois expliqué comment marche l’OS, ils s’adaptent et s’en sortent vraiment très bien, pour tout dire, ils m’apprennent même des trucs, comme quoi on est tous le michus de quelqu’un!

Alors linux est compliqué, mais j’ai des michus qui savent s’en servir, chose qui était déjà plus complexe avec leur ancien OS (Windows), ils utilisent debian KDE sur le desktop et Ubuntu sur le portable, c’est donc deux environnement différents et ils ne sont pas perdu… C’est la différence, ils apprennent et savent être autonome, alors bien sur si il y a une galère, on va m’appeler mais sous windows c’était déjà le cas, surtout pour des virus ou des mises a jour qui flinguent tout, avec linux j’ai très peu d’appel, du reste il branche son imprimante et des qu’il en a une nouvelle, elle est auto détecté et déjà fonctionnel, c’est ça de prendre que du HP!

Je pense aussi que les michus se foutent déjà de l’offre pléthorique de distributions. Ils savent pas ce qu’est une distribution et comme dit plus haut, ils ne savent pas installer une distribution rien que pour la partie partitionnement (présent aussi sur une installation de Windows), si ils savent c’est simplement que ce ne sont pas des michus. Ils se foutent aussi des querelles de clochers, des guerres techniques, et des logiciels mal finis, puisqu’ils ne savent pas installer des logiciels, sinon ce ne sont pas des michus.

Plus sérieusement, l’offre pléthorique de distributions est une difficulté pour choisir sa distribution mais généralement ça va être un utilisateur confirmé qui va choisir pour eux, donc pas de gros soucis par contre si les michus sont débrouillards et veulent voler de leurs propres ailes, là ça va devenir problématique.

Pour moi, linux n’a pas besoin de percer mais de tenir et surtout d’attirer des développeurs et des sociétés vivant du libre et travaillant pour le libre. Je pense que des sociétés comme Canonical, Redhat, SUSE sont essentiels, je ne cite que ces trois la mais d’autres sont tout autant essentiels. Je pense que tant que le libre permet de faire vivre et de gagner de l’argent a ces sociétés, tout ira bien et c’est ce but la qu’il faut réussir. A quoi servent 50000 michus si il n’y a plus de sociétés qui payent des développeurs pour coder? Du reste j’ai lu le billet que Cascador a écrit, Linux se professionnalise, j’aime bien ce que je lis, il est dans le vrai, mais pour moi en plus d’avoir des utilisateurs cherchant de moins en moins a comprendre leur vie de tous les jours, a comprendre comment fonctionnent les outils de leurs vies courantes, on est en face d’un système capitaliste qui fonctionne que par l’appât du gain, dernier exemple en date, le renouvellement des OS windows dans les écoles pour quelques billets, comme ça nos enfants seront déjà formaté pour utiliser que windows et seront donc prisonniers de cet OS!

Je reviens vite fait sur « des utilisateurs cherchant de moins en moins a comprendre leur vie de tous les jours, a comprendre comment fonctionnent les outils de leurs vies courantes », je prend un exemple concret qui m’est arrivé aujourd’hui: Je suis conducteur de bus, chez nous ou plutôt dans mon dépôt, un nouveau appareil qu’on nomme pupitre est en phase de test, c’est ce qui permet de sortir les tickets. Je prend le bus de mon service et je tombe sur cette nouveauté, je demande donc a la brigade comment il marche et demande comment faire certaines actions qui m’étaient utile sur l’ancien pupitre et la ce fut le drame, c’était la 1 ère fois qu’on leur demandaient et ne savaient pas si c’était possible, c’était déjà compliqué de comprendre comment l’engin fonctionnait car les personnes en question, ne savaient pas non plus l’utiliser… Tout ça pour dire que de nos jours, les gens se contentent d’appuyer sans comprendre, quitte a perdre certaines fonctions, on n’apprend plus soit disant la faute a pas le temps, alors que c’est bidon, ils ont bien le temps d’apprendre comment faire des photos avec des effets grâce a leurs smartphones…

Pour revenir a linux, je ne participe plus beaucoup aux forums, je trouve que les même questions tournent sans cesse, puisque les gens ne cherchent même plus si leurs questions ne sont pas déjà posées et résolues. Ils ne font pas l’effort de mettre résolu, a quoi bon, d’autres vont le faire a leur place, et puis il y a ceux qui posent une question mais ne vient jamais dire ou ils en sont… Ou il partent sur une autre question dans le même post… Si ça, c’est une grosse perte pour linux, je ne pense pas. Non la perte serait de ne plus avoir SUSE qui bosse sur pas mal de projet dont KDE entre autre, ça serait de ne plus avoir Redhat qui bosse sur Gnome entre autre, ça serait de perdre Canonical qui bosse sur comment rendre accessible a tous linux entre autre…

Encore une fois, je ne suis pas sous linux parce que c’est gratuit, c’est vrai que ça compte, mais pas plus que ça puisque je payais mes distributions, non si je suis dessus c’est que je pense que l’open source est le meilleur moyen de faire du code, c’est que je crois aux logiciels libre et je parle pas cette fois d’open source mais bien de logiciels libre. Je pense que le respect de ses utilisateurs et de leurs vies privées est un point important d’un OS. Comment certains peuvent faire confiance a Apple ou Windows? Surtout sachant ce qu’ils font de nos données…

Encore un exemple tout bête, mon oncle a repris un PC sous w10, il est perdu, il a réinstaller les programmes qu’il avait sous son ubuntu mais niveau virus, pare-feu, mise a jour il se sent mal a l’aise. Il me demande même de réparer son vieux pc sous Ubuntu (problème matériel, carte mère mourante…), ce qui lui permettrait de retravailler sereinement avec un truc qu’il connaît et qui le rassure. Si le problème de linux était la difficulté, il serait le premier a ne pas utiliser linux car son pc est tout sauf du plaisir de bidouiller, il veut juste que ça marche… Mais c’est sur W10 et ses mises a jour bancales ne sont pas la pour être rassurant, ni pour démontrer la qualité de cette OS…

Je pense qu’il faudrait encore une histoire a la Snowden, c’est a dire d’autres révélations d’espionnage de masse… Peut être que les gens arriveront a comprendre qu’il faut changer leurs façons d’être utilisateurs.

3 réponses sur “Qui peut encore croire au mirage du linux sur le poste bureautique ?”

  1. Bonjour,

    Je suis tout à fait d’accord avec ton article, il faut l’appui de grands groupes comme Canonical, Redhat & Co, mais la véritable plus-value du libre, je trouve, c’est la possibilité qu’a un groupe de bénévoles volontaires à participer au code au même titre que des entreprises.

    Les projets comme Mageia, Debian ou Archlinux sont vraiment remarquables.
    Sans participer moi-même au code, j’ai plus confiance car il y a plus de visibilité et de contrôle que ce que propose Microsoft par exemple.

    Par principe, j’évite les distributions liées à des entreprises en faisant au passage quelques sacrifices (drivers d’imprimantes par exemple, innovation …) pour finalement utiliser des distributions bénévoles.

    Pour les michus curieux, la difficulté de trouver la distribution adaptée peut être largement simplifiée en raisonnant par distribution majeure uniquement, à la limite en distribution-fille mais ça se complique rapidement.

    1. Bonsoir;

      Je suis tout à fait d’accord avec ton article, il faut l’appui de grands groupes comme Canonical, Redhat & Co, mais la véritable plus-value du libre, je trouve, c’est la possibilité qu’a un groupe de bénévoles volontaires à participer au code au même titre que des entreprises.

      Et tu as raison, c’est même une des principales forces!

      Les projets comme Mageia, Debian ou Archlinux sont vraiment remarquables.
      Sans participer moi-même au code, j’ai plus confiance car il y a plus de visibilité et de contrôle que ce que propose Microsoft par exemple.

      Oui, j’ai aussi plus confiance dans la communauté que dans une entreprise a la microsoft. Apres certains projets ont pas la capacité a garder la qualité ou simplement de faire ce qui est bon pour la viabilité du projet, je pense a Mageia qui pour moi est une deception… J’avais quand meme remplacé mes debian chez mes proches par des mageia qui ont tous fini par céder…

      Par principe, j’évite les distributions liées à des entreprises en faisant au passage quelques sacrifices (drivers d’imprimantes par exemple, innovation …) pour finalement utiliser des distributions bénévoles.

      Alors on est deux, moi aussi normalement je préfère être sur une distribe communautaire sans entreprise « unique » derrière, surtout pour ne pas être comme avec mandriva, c’est a dire dans la merde parce qu’elle ne faisait pas assez de chiffres…
      J’aime beaucoup debian, bien sur qu’elle a des entreprises derrière mais pas une a le pouvoir de décider. Pour ça que ubuntu et fedora ne me plaisent sans plus, leurs sociétés détentrices ont trop la main dessus. Par contre Suse respecte enormement le choix et les demandes de leurs utilisateurs.

      Pour les michus curieux, la difficulté de trouver la distribution adaptée peut être largement simplifiée en raisonnant par distribution majeure uniquement, à la limite en distribution-fille mais ça se complique rapidement.

      Je me complique plus la vie, c’est du debian et/ou ubuntu de mon coté que je préconise, rien d’autre… Mais dans l’ensemble je suis comme toi, du reste Fred avait fait un super billet qui disait exactement ce que tu dis.

      Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *