Mageia, que donne la version 6?

Ce billet date d’un test de la Mageia 6 sta1 qui commence a sentir le vieux (mon test est vieux pas Mageia6…), j’ai fait celui-ci mi-novembre plus précisément le 22 novembre. Que dire si ce n’est que c’est une bêta et rien de plus, ou comment un vieux bug peut encore se targuer d’être pressent sur une « stabilisation1 ». Non je suis méchant, c’est plutôt une bonne version mais encore une fois on est loin de l’utilisable, un vilain bug empêchant le démarrage de la session X, des oublis dans la logithèque comme firefox, kinfocenter ou Ksysguard qui sont absent alors que la logithèque est rempli d’inconnus comme Mainslide ou X3270 ou encore des applications doublons comme Aterm, Xterm alors que Konsole est là, sinon on a droit aux fameux bugs bien connus de Mageia venant même de l’ère Mandriva…, a corriger au plus vite.

Pour être sincère jusqu’au bout, ce billet devait être bien plus positive, je m’étais donné le temps de la réflexion, vu les soucis de la STA1, sans conséquence a part le fameux bug de X11, je m’étais lancé sur la récupération de la net-install qui au passage est une STA2, c’est peut être une erreur qui s’est glissé vu la piètre qualité de l’installateur… Donc je disais que je voulais partir sur de bonne base et refaire une installation cette fois avec une net-install fraîchement téléchargé hier soir et qui d’après le coin gauche de l’installateur est soit disant une STA2.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_05_11_42

Noter également et contrairement a ce qui est dit par l’équipe, c’est bien le bureau KDE (ici Plasma) qui est mis en valeur et par défaut, sinon pourquoi Plasma se situe avant Gnome? Pourquoi Plasma est coché par défaut?

Oui c’est bien une STA2 qui est en face de nous, mais là ou je n’ai pas de soucis avec la STA1 pour installer les paquets après avoir sélectionné le bureau voulu, la STA2 plante lamentablement et même en attendant une trentaine de minutes, avec mon Ksysguard (moniteur système de KDE) ouvert pour voir les interactions de ma connexion internet, je n’ai pas vu l’ombre d’une activité de mon réseau, donc l’installateur était bel et bien planté…

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_08_23_29 virtualbox_mageia-6_02_12_2016_08_23_49virtualbox_mageia-6_02_12_2016_12_52_39

Sur la première capture on y voit l’installation des paquets qui se lance puis tout s’arrête et reste vide comme sur la capture d’après. J’ai tenté de faire trois fois la même chose mais sans succès et ça s’arrêtait au même moment, des que ça commençais a charger. Je me demande ce qui se serait passé si au lieu d’un serveur HTTP j’aurais mis un FTP, peut être que cela aurait été bon? Noter le look mal fini et vieillot de l’installateur, on voit le contour du cadre blanc et les messages qui ne sont pas intégré au reste du look GTK3 (la troisième capture venant de l’installation de la STA1 DVD qui suit).

Pour continuer l’installation, je me suis dit que c’était sûrement un bug graphique de l’installateur, certainement un truc venant de GTK, alors je suis passé par une installation texte. Je m’arrête de suite pour une petite parenthèse, qu’est ce que c’est moche, autant j’adore l’installation texte ou ncurse de Debian, celui de SUSE, Frugalware, pour ne citer qu’eux, autant la c’est même pas du ncurse, c’est véritablement du texte. Au moins il est superbement bien traduit et léger.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_05_24_38

Encore Plasma qui est mis en avant, désolé mais si ce n’est pas le cas, pourquoi ne pas avoir laissé un ordre alphabétique?

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_05_26_37

L’installation va jusqu’au bout cette fois et je suis très content de pouvoir redémarrer après avoir fais une configuration rapide (utilisateur, mot de passe, ect…). Mais en faite non, je vais pas pouvoir démarrer le système car un autre bug m’en empêche, ou sinon mon système hôte est vraiment merdique mais vu que celui ci est capable de faire démarrer une openSUSE tumbleweed avec plasma, j’ai un doute raisonnable me disant que le soucis est encore une fois du coté de cette installateur.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_08_18_34

Une fois cet écran devant moi, impossible de changer de TTY, impossible de taper des commandes, rien, j’ai attendu, attendu … Puis j’ai coupé pour relancer 3 fois sans succès.

J’ai pris mon courage et j’ai regarder le torrent de la version DVD, c’était encore la même STA1 de la dernière fois, celle au couleur de mageia 5, j’ai lancé une installation, celle-ci ira au bout sans soucis et démarrera.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_12_11_13

Toujours Plasma mis en avant:)

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_12_35_09

Comme ça change de tout a l’heure, là pas de soucis!!!

Du reste noté que je n’ai pas eu de soucis du bug cité plus haut qu’on a en utilisant la net-install ni celui du X11… Bon vu que c’est de la STA1, on a le droit au look de Mageia5. On verra par la suite si en faisant les mises a jour on a le thème et le look de la version6.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_13_06_34

Enfin GRUB2 est de la partie, Mageia a été plus frileuse que Debian a ce sujet…

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_13_07_13

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_13_03_47

On est toujours accueilli par une fenêtre de bienvenu, c’est agréable et ça rappel ce que Mandriva faisait mais là c’est en bien mieux!

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_13_23_37

Première chose a faire, virer le support DVD dans le gestionnaire de dépôts, puis ajouter les dépôts du réseau, je ne sais pas pourquoi Mageia continu a faire sa têtue malgré les relances de ce « bugs » hérité de sa mère Mandriva, en 2016 je trouve limite que ça soit a l’utilisateur de faire cela. Je ne suis pas le seul a penser ça, Adrien.d le dit calmement:

Chose impérative, CONFIGURER LES SOURCES !!!! Car par défaut (depuis toujours?) les médias sur internet ne sont pas installés, il faut donc bien penser à le faire. Une aberration pour moi !

On peut lire sur son blog, un test effectué en juillet 2016, c’était déjà sur une STA1 a l’époque c’est dire la vitesse du projet pour évoluer…

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_13_31_37

Une fois fait, je lance la première série de mise a jour, c’est toujours le fonctionnement de URPMI, il doit déjà mettre a jour son RPM puis le reste du système. URPMI fait son age, il n’est plus vraiment de toute première fraîcheur, moi qui le défendais comme un pestiféré contre l’inclusion de DNF, qui selon moi est encore une preuve de la fedorisation et de l’oubli de ses origines envers Mandriva, comme le faite de dire que Mageia n’est pas tourné vers KDE, c’est oublier d’où ou plutôt de quoi elle est issues, d’un fork de redhat avec kde1 qui s’appelait Mandrake… Donc une fois la première série de mises a jour effectuée, je me tâtonne a jouer avec DNF pour faire les 1212 mises a jour suivantes, une sorte de baptême de feu! Avant tout je dois bien admettre que URPMI est bien une chose qui ne me manque pas, je le trouve indigeste, a part les commandes urpmi pour installer et urpme pour retirer des paquets, le reste est une série de commande a rallonge, comme la commande de mise a jour:

# urpmi.update -a && urpmi --auto-select

c’est tellement plus rapide un dnf update… Je lance donc l’installation de DNF.

# urpmi dnf

Ce qui me lance l’installation, entre autres, des paquets deltarpm et dnf-yum. Une raison de me passer de URPMI est aussi un vieux bugs, en tout cas pour moi, d’un comportement hérité de Mandriva, le téléchargement et l’installation des paquets 7 par 7, au lieu de tout télécharger et d’installer le tout a la suite. C’est a ma connaissance le seul utilitaire qui a ce comportement, heureusement modifiable dans sa configuration. J’en profite pour installer kinfocenter avec dnf, il met en place le cache dont il a besoin, je suppose que c’est un cache différent de urpmi, je me demande donc comment va se passer les interactions entre dnf, urpmi et installer/supprimer des logiciels du CCM. Je me rappel qu’il y a pas si longtemps, sous Debian il était conseiller de choisir entre APT et APTITUDE et d’y rester.

En fin de compte je n’utiliserais pas DNF, celui-ci me trouvant moins de mises a jour que par URPMI. Je me dis qu’il vaut mieux jouer la sécurité et utiliser les outils prévu par défaut, comme ça si ça merde ça ne sera pas a cause d’un outils tiers mal intégré. C’est aussi là, que je trouve que le bon vieux URPMI a fait son temps, des mises a jour sur ma tumbleweed c’est chose fréquente et sur ma leap aussi, j’arrive fréquemment avec plus de 200 mises a jour qui sont fait en moins de temps que 200 mises a jour avec URPMI, qui passe son temps, a le perdre, il faut bien l’avouer, en lançant je suppose aria2 pour télécharger 7 paquets, puis les installer, puis relancer aria2 pour en télécharger 7 autres, ect…, Je ne comprends pas que l’équipe ne trouve pas important ce comportement qui est source de ralentissements, de possibles problèmes, de prise de tête pour les programmes de bas niveau qui doivent savoir par où commencer, télécharger les 7 premiers logiciels les installer, tout ça en pensant qu’il faut déjà les dépendances de ceux la, bref un beau merdier que je n’arrive pas a trouver un autre exemple… Même le vénérable APT rapatrie tous les paquets puis les installe. Du coup une mise a jour qui aurait pu mettre entre 30 minutes et 1 heure va faire facilement 2 heures. En parlant, je vois que Urpmi ne fait pas que du 7 par 7, il vient de me faire 37 paquets d’un coup comme quoi c’est un peu la fête du slip la dedans!

Je ne comprend pas non plus cette course a la fraîcheur alors que le projet va mettre une éternité pour ensuite passer a la prochaine version, je m’explique, on va avoir gnome 3.22, plasma 5.8.4, un kernel en 4.8 qui va sûrement passer en 4.9 qui me semble sera le prochain kernel LTS, tout ça est bien beau, c’est même super, mais par la suite ils vont tellement attendre que la distribution ne sera plus en mesure de s’installer sur du matos récent, par exemple Mageia 5 actuellement ne s’installe pas sur du matos a base de skynet. Je pense ne pas être le seul a préféré un peu moins de fraîcheur de base mais plus d’évolution en cours de route, un peu ce que fait Fedora/openSUSE, et peut être plus de versions ou du moins ne pas attendre pratiquement 2ans pour une version, actuellement la version 5 à 1 ans et 5 mois, d’ici février elle fêtera ses 20 mois d’activité… Alors c’est pas la mort en soi, openSUSE a une version tous les 18 mois a peu prés, mais entre temps, cette distribution évolue soit par la mise a jour via les dépôts classiques, ou en prenant des dépôts officiels comme celui de son bureau attitré, chez moi ma leap 42.1 était déjà en plasma5.8.3…

Ceci étant dit, après 2 heures 15 minutes, les mises a jour sont enfin faites, je vais certainement retrouver le bug du X11 au reboot de la machine. Verdict, non le bug a dû être corrigé entre le 21 novembre et le 2 décembre, ce qui est quand même sympathique.

Bon première chose de vraiment sympa, j’en avais parlé vite fait la dernière fois dans ma critique sanglante de cette distribution, c’est le thème par défaut, il est juste magnifique, rappel parfaitement l’héritage de Mandriva qui nous offrait toujours un look sympa avec des couleurs vives, chose que Mageia avait un peu oublié avec des tons sombres et tristes ou souvent laid, notamment le look de la mageia 1…

Le thème de GRUB2 reprend celui de l’ensemble, très jolie comme on peut le voir.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_53_11Petit soucis pendant le boot, on peut voir que bootsplash se montre timide sous virtualbox, certainement un bug dû a celui-ci

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_53_48

Toutes les images de ce theme n’ont pas forcément le même ton, ce qui donne des images plus clair ou plus sombre, peut être dû a virtualbox, cela ne mange pas de pain!virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_54_31

Magnifique SDDM.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_54_46

C’est moins facile a voir en image, mais mater cet écran de chargement de plasma avec le chaudron et ses bulles qui apparaissent!virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_55_09 virtualbox_mageia-6_02_12_2016_16_55_30

Vous pouvez le voir en action via la vidéo d’Adrien.d.

Enfin voila le bureau vu par défaut:

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_05_25

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_04_45

Ce qui change de l’ancien thème de la 5.

On voit bien le bond entre la STA1 et cette version mis a jour.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_14_38_57virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_26_42

Le look de cette 6éme version est vraiment sympa a mon sens. L’installation est aussi bien plus complète, puisque des paquets manquant comme Ksysguard sont a présent bien là. Il manque toujours une suite bureautique, libreoffice ou calligra peu importe mais un truc car là il n’y a toujours rien, Firefox est manquant, peut être que si j’avais passé via une STA2, ces paquets cités seraient présent, je ne pourrais pas le dire vu que ma STA2 netinstall a merdé. Le tout étant bien francisé, merci plasma 5.8. Je note quand même que le pack d’icône breeze a bien été installé et c’est celui utilisé par défaut, je dis ça car précédemment ce n’était toujours pas le cas, le pack d’icône choisi étant celui d’oxygen (de kde4), un peu vieillot. Je trouve l’icône du réseau géré par l’éternel Network de Mandriva et non par NetworkManager de RedHat, vraiment dégueulasse, dommage car il a l’air joli mais il est flou et baveux comme pas possible, peut être du a ma résolution sous virtualbox.

Le tout ne mange pas beaucoup de ressources, je note un 513 mo de ram sur 1.8 go et 10% de processeurs. Correcte pour du KDE.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_29_45

Autre chose, je trouve chiant les sous menu « plus » dans le lanceur d’application, sur mon openSUSE, je n’ai pas ça et je m’en porte bien mieux.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_45_28

Je voulais vous montrer un truc sympa avec DNF, je regarderais si URPMI le fait aussi par la suite, c’est l’installation de la langue de l’utilisateur (celle du système par défaut) quand on sélectionne certains paquets, comme firefox ici:

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_44_11

Donc comme dit, j’ai fais de même avec URPMI et c’est a l’utilisateur de sélectionner son pack de langue, c’est moins bien que DNF mais au moins il demande.

virtualbox_mageia-6_02_12_2016_17_48_29

Mais bon DNF n’a pas toujours tout bon puisque par la suite il m’installera libreoffice avec le pack de langue anglais. Cela me rappel une certaine Fedora… Ce que j’aime toute fois chez lui, c’est qu’il va télécharger plusieurs paquets en même temps ce qui fait gagner un peu de temps. Je n’ai pas fait attention si Zypper (openSUSE) dont DNF s’inspire et utilise ses libs, le faisait de son coté.

DNF (Dandified Yum), est le nouveau gestionnaire de paquets pour les distributions basées sur « RPM » (RPM Package Manager). Conçu de sorte à rester très proche de Yum à l’usage, il n’en reste pas moins un tout nouvel outil nettement plus performant, doté de fonctions de gestions et de résolutions des dépendances beaucoup plus avancées (librairie libsolv + API Hawkey). Disponible depuis Fedora 18, DNF est le gestionnaire de paquet par défaut depuis Fedora 22. Les gestionnaires de paquet ont toujours été une composante primordiale des distributions Gnu\Linux, de sorte que cette nouvelle édition de yum permet de poser des bases solides qui serviront à ancrer le futur de Fedora.

Je trouve tout de même que ce dernier est moins rapide que Zypper par contre c’est le jour et la nuit face a Yum et URPMI.

Je ne change pas d’avis sur Mageia, une bonne distribution mais qui reste pénalisé par une équipe fébrile, en manque de ressources et de moyens, en manque de mains d’oeuvre, qui reste sur les acquis, qui ne font pas forcément des choix justes, qui n’ont pas le courage de taper dans les bureaux peu utilisés, qui n’ont pas le courage de choisir un bureau et de s’y fixer,… Choses qui vont, tôt ou tard, devoir être fait par nécessité, par obligation, comme peut être choisir un gros bureau, kde pour ne pas le citer et le rendre officiels et les autres environnements (mate, xfce, gnome, ect…), en faire des saveurs communautaires, comme Fedora le fait depuis des lustres avec les SPINS de kde, xfce, pour ne citer que ces deux la. Je ne mise plus beaucoup sur cette distribution, dans l’état actuel, elle n’a rien pour se vendre, rien qui puissent pousser a son utilisation, entre des bugs issus de Mandriva (urpmi installation 7par7, liste des dépôts vierge, CCM qui vieillit mal…), entre des environnements mal intégrés ou simplement horribles dans leurs configurations par défaut issus aussi de Mandriva, comme celle de XFCE, et d’autres joyeusetés qui lui sont propre, je ne conseille pas cette distribution.

Je garde sous le coude cette version 6 dans mon virtualbox pour voir comment elle évolue.

Une pensée sur “Mageia, que donne la version 6?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *