C’est ce que je pense de plus en plus souvent ces derniers temps, oh que non, je ne suis pas fier de le dire et encore moins de le penser, mais chose est telle que je suis bien honnête de le dire et de ne pas cacher ce fait. Les guerres de chapelles sont ou étaient encore supportables, même si je trouve que c’est de plus en plus un concours à la plus grosse, on se croit encore en maternel. Je pense plutôt aux dramas qui se déroulent dans les vidéos de youtubeurs, ou bien aux cons qui jugent les autres sur leurs dépôts d’activés.

Dernièrement un énième épisode tragédie gréco-romaine s’est déroulé sur la toile, une engueulade sur le discord de Actualia, puis une blague des plus douteuses, un imbécile balance le numéro du portable de tonton Fred sur un site de rencontre… Ça montre un peu le niveau du monde libriste/linux francophone qui à force de trop ouvrir ses portes, se retrouve avec des abruties… Certains diront que Fred l’aurait mérité, à force de gueuler, de cracher sur les pauvres développeurs de distributions de merdes, moi je pense que si on a des couilles, on le dit en face ce qui ne va pas, déjà par un dialogue puis après par un face à face et non par un truc digne d’un lâche.

Dans cet épisode, Fred n’a pas été le seul à en avoir marre, Babaorhum et BlaBlalinux ont arrêté ce qu’ils faisaient sur Youtube, ils se sont mit ensemble contre un certain Easy-first-computer avec des bannières anti-Easy-first-computer et le retour de manivelle fut douloureux. Déjà leur appel à se soutenir tous contre ce monsieur à échoué, certains n’ont simplement pas suivit comme Adrien ou Actualia, et dans une autre mesure c’est la populace qui en a eu marre en les dénigrant. Il s’est ensuite passé l’histoire du téléphone –à mois que ce ne fut avant?–…

Je n’aurais pas suivi, car je n’ai jamais suivi le mouvement de foule, mais cette histoire dévoile les coulisses malsaines du libre francophone, ces lieux où pour quelques likes de plus on est prêt à faire les pires coups bas, comme balancer le numéro de quelqu’un sur un site de rencontre…

Mais ce ne sont pas les seules, je vois certains forums libres ou du moins de distributions linux qui parlent sans cesse de politique, peut on me dire ce que ça vient foutre la dedans?

C’est une des raisons que je ne suis plus vraiment sur les forums ou dans des formats comme discord, l’un des seules forums où je n’ai jamais vu ça est celui d’Alionet et c’est encore le seul où l’on pourra me voir séjourner.

L’autre type de connard qu’on croise dans le libre francophone, c’est celui qui se dit extrémiste du libre, il se dit libre comme l’air, aucuns logiciels privatifs, cassent les couilles à ses contemporains pour qu’ils en fassent autant, passent son temps à dénigrer ceux qui ne sont pas comme eux… La liste est longue, aussi bien leurs méfaits que leurs idioties, mais je ne parlerais pas plus d’eux, par contre j’ai voulu voir si le scandale qu’on me reprochait, était oui ou non justifié. J’installe donc un paquet du nom de vrms pour Richard M. Stallman virtuel qui sert à voir si on est oui ou non un bon samaritain du libre et voila la sortie:

vrms
           Non-free packages installed on debiacerlinux

amd64-microcode                     Processor microcode firmware for AMD CPUs
dgen                                Sega Genesis/MegaDrive emulator
firmware-amd-graphics               Binary firmware for AMD/ATI graphics chips
firmware-linux-nonfree              Binary firmware for various drivers in the Linux kerne
firmware-misc-nonfree               Binary firmware for various drivers in the Linux kerne
intel-microcode                     Processor microcode firmware for Intel CPUs

            Contrib packages installed on debiacerlinux

iucode-tool                         Intel processor microcode tool

  6 non-free packages, 0.3% of 2296 installed packages.
  1 contrib packages, 0.0% of 2296 installed packages.

Donc j’ai 6 paquets venant de non-free, 5 drivers et un émulateur pour Megadrive, puis un driver venant de contrib. Voila ce qui, j’espère, fera fermer la gueule à certains.

Ça sera tout pour aujourd’hui;)