Un an déjà et pourtant beaucoup de changements, comme le moteur de ce blog qui passe de Hugo à Jekyll pour une question de simplicité mais 2018 ne se résume pas à ça, non loin de là.

L’année 2018 fut l’année où je deviens propriétaire de ma maison, après des moments pas toujours faciles ni drôles, bien que par la suite d’autres surprises ne furent pas aussi plaisantes que ce qu’on pouvait s’attendre comme Enedis se foutant ouvertement de ma gueule ou encore quelques petits soucis dans la maison vite corrigés.

Ce fut aussi une année passée à la maison, toujours à la suite de mon accident de travail, j’ai eu des complications et pour le moment suite à une troisième infiltration en un an, je suis sur la bonne voie de guérison! Avec un peu de chance, je m’éviterais une opération et la perte de ma licence de conducteur.

Mais passons la vie personnelle pour ce centrer sur ce que parle ce blog: le libre. Comme dit dans le bilan 2017:

Cela me fait penser que je dois parler de mon propre sabordage, de ma recherche du site parfait pour moi, dans le sens sans prise de têtes, cela me fait aussi penser que je n’ai pas encore remis les anciens billets, qui je me rassure, ne sont pas perdu, sauvegarde de Wordpress étant faite, Pelican a pu facilement l’importer et me faire des billets compatibles avec lui, sauf que je suis sous Hugo sur ce blog, je sais toujours pas pourquoi celui-ci et pas l’autre, j’en ai testé trois, Hugo, Jekyll et Pelican, je peux maintenant dire que Jekyll par défaut est vraiment très loin des deux autres, il lui manque pas mal de choses en sortie de boite pour être au même niveau et ceci ne le fait même pas gagner en termes de performances… Pelican me convient mieux, il a des plugins comme Jekyll, il est facilement extensible, avec de nombreux thèmes, sa configuration me parle aussi mieux, il est certes plus long que Hugo et en même temps je ne connais rien de plus rapide que Hugo pour générer des sites, un simple exemple, le même site avec 319 billets venant de Wordpress, met 0.500s (500ms) pour se générer sous Hugo, 12.8s avec Jekyll et beaucoup moins de choses (pas d’archives par exemple…), puis enfin pour terminer Pelican a besoin de 10.5 pour le générer. Donc ces billets venant de Wordpress et importés par Pelican sont mal reconnus sous Hugo, c’est à cause des premières lignes, Hugo a besoin des infos en YAML ou TOML alors que Pelican importe les infos en début de fichier dans aucun des deux formats, il suffit juste d’insérer des caractères pour remédier à ça. Pourquoi Hugo si je préfère Pelican, je dirais que je pense sur le long terme, Hugo est bien plus rapide, il est bien plus vivace, il a une grosse communauté bien plus vivante, alors que Pelican me fait penser à un truc qui ne bouge pas ou plus, une version par an, la dernière actuellement disponible (3.7.1) date de janvier 2017, en même temps ça ne veut rien dire, le logiciel est bon, il est stable, il y a rien à faire dessus pour l’améliorer sauf le rendre encore plus rapide, c’est pas à l’ordre du jour et en regardant les commits qui sont faits ces derniers temps, c’est un seul gars qui est dessus et qui bosse, ça me rappelle Dotclear et je ne veux pas de ça. Il y a aussi que de look, les thèmes sont plus modernes, plus sympas et plus nombreux sous Hugo que sous Pelican.

Le site est passé à Jekyll pour les mêmes raisons qui sont ses qualités et que je voyais comme des défauts: l’ultime simplicité:

On arrive enfin aux GSS, la dernière trouvaille, le truc le plus geek pour faire son blog et le pire c’est que quand on s’y met, ça devient logique et bien plus confortable! Alors faut tout de même un peu relativiser, c’est une méthode un peu spéciale, faire des lignes de commandes pour “fabriquer” son blog c’est à première vu pas ou peu commun et pratique. Je pense enfin avoir trouvé ce qui me va dans ma manière de faire mon blog, je ne pense plus bouger, peut être passer de Hugo à Pelican ou vice-versa, voir un autre comme Hexo en Java, pourquoi pas tenter de faire un avec Jekyll pour vraiment être sûr que celui-ci ne me va pas, même si je vois déjà que c’est le cas, entre ses thèmes ou il faut faire sais plus quoi pour que ça fonctionne, la nomination des fichiers, le manque de fonctions par défaut sans plugins surtout si on compare avec un truc comme Pelican, mais passons ce n’est pas le but de ce billet, déjà quel est le but de ce billet? Oui faire un bilan de cette année 2017.

J’ai effectivement testé une seconde fois Jekyll et les défauts qui me sautaient aux yeux sont d’un coup devenus ses qualités, en grande partie, sa simplicité extrême qui fait que je sais où taper si il y a un soucis. Particulièrement son look par défaut qui fait que je ne trouve pas de liens externes pointant vers Google, comme sous Hugo où j’avais souvent des thèmes avec des polices Google… On peut aussi parler de la légèreté du site, il ne pèse rien, une page c’est une dizaine de Ko, bien loin du Mo de Hugo. Je voulais du KISS à la Archlinux pour mon blog, j’ai eu ce que je voulais, plus simple c’est rare! Depuis Août que le blog roule avec Jekyll et je ne pense vraiment pas à changer de sitôt.

En ce qui concerne Linux, pas de grands changements, j’ai bien fait un changement de Debian pour openSUSE sur le fixe et inversement pour le portable, je suis aussi passé par du rolling avec Tumbleweed mais depuis peu je suis revenu à une configuration classique pour moi, Debian Stable sur le fixe qui me sert avant tout de serveur ou de station de travail, je me fous d’avoir la dernière version de tel logiciel sur ce PC et pour le portable nous sommes revenus à du openSUSE Leap. J’ai trouvé depuis fort longtemps une certaine stabilisation sur mon fixe avec Debian, chose que je n’ai jamais réussi à faire sur le portable, avec openSUSE j’espère ne plus bouger ayant tout ce que je veux sur les deux machines avec ses deux distributions!

Je disais dans le bilan 2017 que j’étais passé à coté de l’optique d’aider mon entourage sous Linux:

Il est dans le vrai, j’ai en faisant ce que je pensais être bon pour autrui, fais de l’assistanat au lieu de transmettre le savoir, j’ai rendu des personnes dépendantes de moi, de mes services. Force est de constater que le travail gratuit n’est pas bon, je ne veux pas que mon patron m’exploite en me faisant bosser pour rien, sans salaire, alors pourquoi ai-je fait différemment pour ce que je pense être ma principale passion? J’ai rendu paresseux des personnes qui ne le sont pas dans la vie ou dans leurs boulots. Peut-être que j’aurais dû me faire payer, pas cher, mais un truc même symbolique, juste pour que ça ne soit pas gratuit, ceci aurait fait en sorte que ce savoir que je partage, n’aurait pas été aussitôt zappé, on l’aurait mis en valeur, comme une formation professionnelle. Je me rappelle de tout ses moments passés à apprendre auprès de mon père, sans jamais sourcilier, le vélo pour commencer, il a su me faire monter en vélo et à force de “m’accompagner”, à force de me pousser et surtout à force de patience, il a su me faire faire du vélo, j’ai su faire du vélo… Et moi de mon côté, je ne suis pas capable de trouver la patience, le temps pour qu’il soit indépendant de moi sur son PC. Je dois changer ça cette année!

Oui, je prends comme bonne résolution de trouver plus de temps pour en donner à mes proches, je pensais à tort, que de les assister au lieu de les laisser apprendre était de la solidarité, non c’est juste de l’assistanat et rien d’autre et ceci n’est bon ni pour eux ni pour moi. Donc 2018 va être le retour à des journées où je leur apprendrais l’utilisation de leurs PC, pas de la ligne de commande, je ne pense pas forcément que ça soit bien utile, mais la recherche, l’installation de paquets, l’installation de matériels comme les imprimantes… Je pense que ça prendra pas si longtemps que ça, mais ils seront moins isolés le jour où je ne serais pas disponible.

Je pense, enfin je sais que ce que j’ai fait n’était pas bon ni pour moi ni pour autrui, je pense avoir même desservi les personnes et Linux, je crois que par exemple mon oncle qui est ensuite retourné sous Windows 10 après de nombreuses années passé sous Ubuntu puis Debian (10 ans de mémoire), par l’achat d’un nouveau PC, a été une preuve de mon échec. Il savait faire des choses dessus, tout ce qu’il savait faire avec Windows, il le faisait avec Ubuntu, les mises à jour par exemple et toutes utilisations nécessaires à son informatique, comme le P2P, internet, le mail, la gravure, la bureautique, tout en fait puisque j’avais installé tous les logiciels nécessaires à ses besoins, mais lui ne savait pas ajouter des logiciels ni en rechercher… Donc c’est fini ce genre de trucs, je ne veux plus faire ça car en fait, je fais exactement ce que ferait un éditeur de logiciels propriétaires, je les enferme dans un besoin, alors là, ce n’est pas dans une optique de les garder sous ma coupole, c’est plus dans une optique bienveillante de les protéger des recherches, apprentissages, choses que j’ai dû assimiler au cours de ses nombreuses années sous Linux ou simplement de leur éviter les emmerdes allant avec la liberté de choix qu’offre le libre.

J’ai fais une grande marche arrière, j’explique beaucoup et fais un peu moins, je passe plus de temps pour expliquer et laisser ensuite les personnes faire, c’est comme ça que mon père remplit un journal, une sorte de bloc-note informatique. Il m’a surpris dernièrement en rippant ses CD de musiques avec SoundJuicer et SoundKonverter pour ceux un peu récalcitrant! Il a aussi fait des copies de DVD avec DVDRIP.

De mon coté, je me suis mis à contribuer dans divers projets, surtout openSUSE et Debian pour des paquets (ça concerne surtout openSUSE), je participe à Alionet suite à une demande de Sogal pour l’aider dans la traduction de nouvelles en français (pas énormément pour le moment), remonter des bugs dans les deux distributions que j’utilise (le faisant déjà mais plus rarement avant), je m’investis davantage dans Debian notamment en suivant d’innombrables listes et surtout en essayant de packager pour la distribution, …

Que faire de plus en 2019? Je sais pas, je pense que coté libre, je continuerais à m’investir toujours plus, j’aime avoir des responsabilités et donc avoir en charge des paquets me plaît vraiment beaucoup, pour les rapports de bugs, je ne pense pas en faire plus sauf si malchance mais en utilisant que des distributions stables et fixes, je ne me mets pas dans de bonnes conditions pour participer dans ce milieu.

2019 sera aussi l’année de ma stabilisation sur le portable, le fixe lui étant depuis longtemps sur Debian, le portable sera sur openSUSE Leap et ne bougera plus!

2019 sera l’année des tutos “made seb”, je pense aux backports de Debian, pbuilder sous Debian, …, bref, il y a de quoi faire que ce soit du coté de Debian ou d’openSUSE!

Toujours pas de vidéos pour le moment sur la chaine Youtube ou quoique ce soit d’autre, pour une bonne raison, j’ai un réseau qui fonctionne avec une carte SIM 4G, 60Go pour le moment me suffisent et pour moins de 10€ je ne vais pas me plaindre.

Voila, pour ce billet récapitulatif de 2018.