Sur Debian, mais quelle version tu prends ?

Sur Debian, mais quelle version tu prends ?

Sous GNU/Linux, il y a deux écoles, j’en avais parlé dans d’autres billets, notamment L’obsolescence de debian stable ou la course à la montée de version chez d’autres, je disais ceci:

les utilisateurs des distributions à sortie stable, c’est a dire distribution à version (comme debian, mageia, mandriva, ubuntu, fedora, opensuse), et les distributions en sortie continue (comme archlinux). Chacun y allant de ses pics, fausses vérités ou de ses arguments plus foireux les uns que les autres… Je connais bien les deux écoles, j’ai le cul entre deux chaises avec ma stable qui appartient à la 1^re^ et ma sid qui peut passer dans la seconde, sinon si sid ne vous conviens pas dans cette catégorie, j’ai eu une époque archlinux.

En plus des distributions qui ont une préférence de mise a jour, il y a aussi certaines distributions qui jouent sur plusieurs niveaux, qui sortent des versions dites stable et ont une versions dite rolling généralement pour leurs développements. Les distributions comme Frugalware ou Debian, sont souvent utilisé dans leurs versions de développements, car contrairement a d’autres elle sont très stable. Il y a pas si longtemps, j’utilisais du Debian Sid, pour son coté toujours a jour, pas de version, mise a jour continuelle, comme Archlinux même si celle la est vraiment une rolling alors que la Sid a une période de freeze tout comme la Frugalware current. C’était bien, moins compliqué a maintenir que la Archlinux puisque Debian a pas mal d’outils qui facilite la vie, comme APT-listbugs et bien d’autres. Malgré tout le confort que les outils debianeux fournissent, ça reste une rolling, donc c’est pas le layout de distributions qui permet de garder ses cheveux au dessus de sa tête. Donc avec le temps, on prend de l’age, c’est le cas de tous et c’est aussi mon cas… Quand on prend de l’age, le plus important c’est d’utiliser notre temps a bon escient et non de le perdre a faire de la maintenance de pc. Dans ce cas, il ne reste qu’un choix pratique, c’est la stable qui permet d’avoir une distribution suivit par une grande communauté, qui comme son nom le dit est stable, avec des paquets éprouvés, solides. Avec la stable de chez debian on a des mises a jour qui ne vont pas :

  • faire évoluer la logithèque,
  • installer des programmes supplémentaires,
  • retirer des programmes,
  • ajouter des fonctions,
  • retirer des fonctions,

Ce qui va être fait par les mises a jour :

  • corrections de bugs,
  • corrections de sécurité,

Et comme stabilité pour debian signifie :

  • stabilité du logiciel, le moins de bugs possible(comme toute distribution de qualité normalement)
  • stabilité des fonctionnalités, comme dit plus haut, pas d’ajouts ni de pertes de fonctions, tel programme doit être en mesure de faire les mêmes choses au début de la version stable et jusqu’à la fin de cette stable
  • stabilité de l’archive, pas d’ajout ni de perte de programmes, les dépôts debian doivent contenir le même nombre de paquets a la sortie de la stable(etch admettons) et jusqu’à la fin de sa vie.

De ce fait, on n’est pas « surpris » de ne plus trouver tel paquet, de voir tel programme perdre telle fonction… Et surtout une mise a jour debian ne change rien et ne touche a rien, elle corrige seulement… La dessus on peut aussi se dire que les versions proposées par stable sont un peu vieillottes, alors si comme moi vous avez certains paquets que vous aimez avoir dans sa dernière version, on peut jouer avec les backports. J’en joue un peu surtout pour certains jeux, 0ad ou Minetest, mais il y a bien plus, comme LibreOffice, un kernel bien plus récent, … Je met du Debian stable partout, chez moi sur mon pc principal puis sur le portable de madame et encore sur le portable Packardbell de 2005. Je le met aussi chez ma famille pour être tranquille, chez mon oncle (avec handylinux), qui depuis est ravi, chez mes parents pour le fixe et le portable… Bref la ou je dois mettre du linux c’est la debian stable qui s’impose. C’est pas seulement dû a sa qualité, c’est aussi dû a sa tranquillité, peu de mises a jour avec très peu de changements. En gros si je met du stable, je sais que je vais être pénard et non être ennuyé par des mises a jour qui cassent tout. Et puis j’en ai pour au moins deux ans, du coup ça me laisse du temps pour faire autre chose que maintenir ma distribution, en faite encore plus simple, un système Debian stable se fait oublier, il est là présent pour aider si besoin, mais il est pas là ni pour nous castrer ni pour nous guider et encore moins pour nous frustrer… Quoiqu’il arrive, on reste le maître a bord. Depuis que je suis revenu a du Debian stable, je retrouve du temps que je n’avais plus, du temps que je peux mettre a disposition pour écrire sur le blog, pour jouer a la console, refaire des ballades et surtout me relancer dans le modélisme motorisé. Ne pas devoir changer de version tous les six mois permet aussi de se faire un environnement de travail stable, bien fignolé pour tout besoin sans risque de régression ou de disparition de certaines fonctionnalités. C’est la raison principale pour laquelle je préfère être sous Debian stable. Par exemple quand je pars en vacances, je sais qu’a mon retour je ne vais pas risquer de casser mon poste de travail avec les milliers de mises a jour qui m’attendent, j’en aurais quelques une, peut être une vingtaines mais rien d’insurmontable. C’est pas non plus sous la stable que je vais être forcer de faire les mises a jour, ils peuvent attendre que je me décide de les appliquer. J’ai du déjà parler d’un soucis qui m’est arrivé avec Archlinux, un midi pendant ma pause déjeuner, je fus contacté par un hypothétique futur employeur, je cherchais un changement dans ma vie professionnel et celui ci me donnait l’occasion de le faire. Par téléphone, il me donna rendez vous dans sa boite, il me fallait ramener les papiers habituels c’est a dire CV et lettre de motivation. Je suis donc rentré chez moi et rallumer le pc, et c’est là, que le drame se produisit, je n’avais plus rien sur mon écran, c’était un écran noir et rien ne s’affichait, ma souris ne répondait pas et mon clavier non plus… Et c’est là, dans un stresse pas possible, entre le patron qui m’attendait pour un entretient avec les documents que je devais imprimer et ma reprise de travail, que je me suis souvenu que la veille j’avais fait de grosses et longues mises a jour avant d’éteindre la machine. Résultat, j’ai du mettre une galette d’Ubuntu, la lancer en live et imprimer mes fichiers ainsi. Moralité, si j’avais été sous Debian stable a ce moment, peu importe si j’avais fait des mises a jour, je ne me serais pas retrouver dans un moment encore plus stressant que ne l’est un entretien pour une embauche, je ne serais pas non plus arrivé en retard a cet entretien, ce qui ne m’aurait pas retarder pour retourner bosser dans la boite de l’époque où je travaillais. C’est là ou je veux en venir, avec la stable, on a la tranquillité d’esprit, chose qu’on a pas forcement avec les autres distributions. Et puis cette course vers la dernière version, cette fuite en avant qui est d’un ridicule mais tout aussi stressant, inutile la plupart du temps puisque les dernières versions incorporent souvent de nouvelles failles et de nouveaux bugs. Debian permet de faire ce que l’utilisateur veut avec une certaine souplesse. Merci pour ceux qui ont eu le courage de me lire :)