Comment jouer à nos vieux jeux consoles? Avec des émulateurs bien sur!

Comment jouer à nos vieux jeux consoles? Avec des émulateurs bien sur!

Cela fait un petit moment que je n’écris pas autant que je le voudrais, je fais a peine un billet par semaine, on est loin de ce que je voulais a un moment donné, mais bon c’est comme tout et ça ira mieux par la suite. Aujourd’hui je parlerais d’émulateurs de consoles, plutôt ancienne comme la NES, la SNES, la Megadrive, et bien d’autre mais pas de PSONE et autre assez récente, pour la simple raison que ces consoles demandent pas mal de bidouilles… Je fais ce billet pour notre ami bruno-legrand, en espérant ne pas trop être approximatif. Je sais pas trop comment tourner ce billet, je ne suis pas a l’aise. Je pense que si on veut trouver de quoi faire, il faut aller sur la documentation d’Ubuntu, c’est peut être la seule qui est vraiment complète et de qualité, peut être une des raisons que j’ai a vouloir toujours revenir a cette distribution. Donc je me base sur la page emulateurs_consolepour écrire ce billet.

Amstrad CPC:

Je commencerais par ma première console ou du moins la plus vieille, c’est mon petit Amstrad CPC,amstrad\_cpc\_6128{.size-medium .wp-image-787 .aligncenter width=“300” height=“227”} a cette époque, il y en avait de superbes jeux très prenant et qui tenaient sur une petite disquette, je pense a FRUITY FRANK: fruity{.size-medium .wp-image-788 .aligncenter width=“300” height=“213”} ou a Bomb Jack: bombjack{.size-medium .wp-image-789 .aligncenter width=“300” height=“213”} ou a Saboteur: saboteur{.size-medium .wp-image-790 .aligncenter width=“300” height=“213”} Bref, il y a des hits a la pelle, comme mon petit préféré Barbarian: barbarian{.size-medium .wp-image-791 .aligncenter width=“300” height=“213”} Pour y jouer, rien de très compliqué, on utilise le programme Arnold, c’est un émulateur  de CPC. Selon votre architecture matérielle{.wikilink1} (32 ou 64 bits), téléchargez l’archive arnold-nurgle-x86-2009-03-17.tar.bz2 ou arnold-nurgle-x86_64-2009-03-17.tar.bz2 sur cette page{.urlextern} [SourceForge].

[Décompressez](https://doc.ubuntu-fr.org/archivage "archivage"){.wikilink1} l'archive et double-cliquez sur l'exécutable **arnold** pour lancer l'émulateur.

Le lancement d’Arnold ouvre deux fenêtres : la fenêtre d’émulation proprement dite et un panel permettant de configurer l’émulateur.

Dans la boîte de configuration, vous pouvez choisir l'Amstrad à émuler, agrandir la fenêtre de l'émulateur (double display), activer un joystick, choisir votre clavier (azerty, qwerty). Ces configurations ne sont pas enregistrées et doivent être refaites à chaque lancement de l'émulateur. Pour charger un jeu, cliquez sur "Drive A" ou "Tape". Si le jeu comporte deux disquettes, vous pouvez utiliser "Drive B". Tapez "cat" dans la fenêtre de l'émulateur pour savoir quel fichier lancer, puis lancez la commande RUN", par exemple : RUN"DISC. -
F1 : Relance la fenêtre d'émulation (pour quitter un jeu sans fermer l'émulateur).
  • F2 : Passer en mode plein écran ou en sortir.
  • F3 : Basculer entre l'environnement Linux et l'environnement Amstrad.
  • F4 : Quitter l'émulateur.
  • F5 : Active ou désactive le joystick.

Le CPC n’était pas une console mais un ordinateur souvent utilisé pour jouer. D’autres émulateur existent mais je ne les ai pas testé ni utilisé. Un paquet RPM existe pour openSUSE dans le dépôt émulateur. On peut récupérer des jeux sur des sites comme: http://www.cpc-power.com/index.php?page=accueil http://www.gametronik.com/site http://www.amstradabandonware.com/en/home

NES ou Nintendo:

nes{.size-medium .wp-image-792 .aligncenter width=“300” height=“209”} Et oui, qui n’a pas connu la NES, cette console mythique, solide et fonctionnelle encore de nos jours? Pour y jouer, on a le choix entre plusieurs émulateurs, je ne citerais que 2, Nestiopa et FCEUX, mais d’autres sont listé sur Ubuntu. Les deux sont facilement disponible sur n’importe quelle distribution, dont Debian/Ubuntu, openSUSE ou Mageia. De mémoire il y a aussi Higan comme émulateur qui permet de faire tourner plusieurs consoles de jeu de la marque Nintendo, notamment la NES{.mw-redirect}, la Super Nintendo, le Game Boy, le Game Boy Color, et la Game Boy Advance.

SNES ou Super Nintendo:

snes{.size-medium .wp-image-793 .aligncenter width=“300” height=“252”} Pour cette console, j’utilise Higan cité plus haut ou ZSNES.{.wikilink1}

Game Boy, Game Boy Color, Game Boy Advance:

J’utilise exclusivement Gnuboy{.wikilink1} ou Higan, toujours dans les dépôts de Debian et openSUSE.

Nintendo 64:

n64{.size-medium .wp-image-794 .aligncenter width=“300” height=“210”} Pour la N64, je fais confiance a mupen64plus{.wikilink1}, c’est pas compliqué mais faut déjà avoir un pc qui tourne assez bien.

Sega Mega Drive/Genesis, Mega-CD, 32X

megadrive{.size-medium .wp-image-795 .aligncenter width=“300” height=“154”} D’après la documentation d’Ubuntu, en 2015, l’état de l’émulation de la Mega Drive est assez décevant. Gens et surtout Fusion sont de bons émulateurs, mais leur développement est maintenant abandonné. Des mises à jour et des améliorations ne seraient pas superflues, même si Fusion notamment reste très bon. On peut noter qu’une version Gens/GS II est en cours de développement.{.urlextern} J’utilise les deux émulateurs suivant:

  • [Gens-GS](http://doc.ubuntu-fr.org/gens-gs "gens-gs"){.wikilink1} : version modifiée de Gens ; configuration facile de l'affichage, du joystick, etc. Fonctionne bien. Site officiel :
  • dgen{.wikilink1} (ligne de commande)

Pour télécharger des jeux, pardon ROMS, je vais surtout sur ce site, http://www.planetemu.net/ qui contient une quantité de jeux testés. Je sais toujours pas si ce billet va servir puisque de mon point de vue, je n’ai fais que copier des noms d’émulateurs pour des consoles, je pense que cela aurait été plus constructif de voir les installations de chaque émulateur et leurs configurations, mais tous sont faciles et intuitifs.