Y a-t-il une forme d’anti-Redhatisme primaire dans le monde du libre?

Y a-t-il une forme d’anti-Redhatisme primaire dans le monde du libre ? Idée de billet qui me vient directement de Fred, dont un article portant ce titre m’a interpellé. Ma réponse est non ! Clairement non au contraire, je trouve qu’il y a une sorte d’idolâtrie, tout ce que fait Redhat est sensationnel et seul eux ont la solution.

Je dois faire partie des rares personnes en France qui sont justement des anti-Redhat –si je peux dire ça comme ça–, j’ai mes raisons, je pourrais citer ce coté “moi je sais mieux que quiconque ce qui est bon” en disant aux autres d’aller se faire foutre; les différents refus des ajouts, patchs, corrections et demandes des autres contributeurs en particulier ceux de Canonical obligeant celui-ci de faire cavalier seul; leurs technologies dont nous sommes les cobayes; leurs formats de paquets qui est compatible norme LSB mais qui ne sont pas capables d’être compatibles entres distributions RPM –cela sera évoqué dans un autre billet en cours qui porte le titre provisoire de “LSB, cette blague”–; et j’en passe comme et surtout le sentiment de supériorité de leurs technologies et malgré que ça ne soit pas le cas…

Je trouve aussi clairement qu’il y a un pardon facile envers les merdes de Redhat et leurs comportements contrairement à d’autres. Je pense notamment à Canonical qui dès qu’ils se lancent sur un projet ouvert à tous, se retrouvent jugé et emmerdé. Je pense à SUSE/openSUSE aussi qui se trimballe toujours une réputation de fermeture alors qu’ils sont bien plus ouvert que Redhat/fedora que ce soit dans la prise de positions ou de contributions et surtout dû en partie ou en grosse partie à la collaboration de SUSE avec Microsoft, alors que tout le monde a profité de ce pacte –et malgré le fait que SUSE n’est pas openSUSE– !

J’ai en l’occurrence de très mauvais retours personnels sur les fedora, que j’ai connu dans les années 2005-2006, pour être plus précis ce fut une Fedora 4 avec laquelle j’ai eu mes premiers déboires. Je suis vite partis voir si c’était plus vert du coté de Mandriva et surtout de SUSE.

Non, je pourrais parler en large et en travers, je sais aussi que sans cette famille de distributions , il n’y aurait pas eu tant de progrès. Je n’aime pas comment RedHat s’impose et décide, c’est tout… Et puis qui a pu oublier les débuts de Pulseaudio? De Gnome3? Bref, j’ai du mal.

Et puis je ne supporte pas de voir comment Redhat impose ses technologies comme des standards aux mépris des autres. En disant ça je pense surtout à la norme bidon qu’est LSB et aux RPM qui a été choisi pour représenter la norme au lieu du DEB pourtant bien plus anciens et plus fonctionnel/stable à cette époque.

Et c’est un tout, je ne peux m’empêcher de râler quand j’ai des flash-back de cette période RPM, des applications qui s’installaient mal ou avec difficulté, des dépendance manquantes, des paquets RPM qu’on trouvait sur les sites des éditeurs mais qui n’allaient pas avec nôtres distributions, des fichiers écrasés par l’installation d’un programme…

Et encore pour rajouter une couche sur LSB, un format de paquets non compatible entre distributions ayant le même format de paquets… Et plus triste, des recettes de paquets (RPMspecs) qui ne sont pas compatibles avec les divers distributions RPM, il y a toujours un truc a retoucher quand on veut packager pour plusieurs distributions RPM. En faite la certification LSB ne promet en rien la compatibilité entre distributions certifiées.

Mais malgré toutes ces lacunes, je n’ai pas de griefs prononcés à reprocher, c’est juste que je n’aime pas cette famille. Maintenant, je peux vraiment pas dire que nous sommes beaucoup à ne pas aimer cette famille de distributions, ni sa racine, au contraire, on ne cesse d’entendre Fedora par ci, Redhat par là…

Par contre il y a une forme prononcée d’anti-Canonical et anti-SUSE dans le monde du libre ou du moins –et surtout– dans celui francophone ! C’est presque inavouable de dire qu’on utilise une de ces deux là.

J’entends souvent comme reproche que Canonical fait cavalier seul, ne participe que peu, entre autre chose. Mais parlons du Shell Unity, il a été fait suite à plusieurs refus des patchs ou demandes d’ajouts de fonctions de Canonical de la part de GNOME.

Contrairement à beaucoup de monde, je ne pense pas qu’une saine compétition entre les acteurs du libre soit un mal, je pense que ça permet de sortir le meilleur, comme ce qui s’est passé entre KDE et GNOME, les deux environnements se sont opposés, ce qui a donné une saine collaboration par moment, des points de vues divergents et qui ont amené à ce qu’on connaît aujourd’hui…

J’ai lu la sortie de Fedora 30, je suis étonné que l’on lise encore que Wayland n’est toujours pas 100% utilisable, notamment Firefox merde dessus, ça s’améliore mais c’est pas encore ça et faudra attendre bien encore une version 31 pour en voir la fin avec les soucis entre les deux. Firefox étant un des logiciels les plus utilisés et les plus connus et au vu que celui-ci a encore des incompatibilités avec Wayland, je ne paris pas encore sur lui pour l’utiliser et c’est tout.

Je ne pense pas que Mir à été la cause du retard de Wayland, non au contraire, Radhat à du monter un peu le niveau pour que son bébé tienne la route, on est encore loin de l’utilisation d’un bon Xorg, car si il merde sur des programmes populaires, que fait t’il sur des logiciels de moindres envergures? Je ne pense pas, non plus, que Synaptic pose d’éventuels soucis, c’est pas non plus lui qui ne marche pas avec Wayland mais ce dernier qui lui coupe les droits, rien de plus. Et ce n’est que la partie visible du problème, bien plus de programmes sont bons à être jetés ou modifiés, des enregistreurs d’écran par exemple, des jeux qui sont bien ralentis, ect…

Je suis persuadé que si c’était un projet de Canonical, toute la communauté du libre aurait tiré sur celui-ci, mais c’est Redhat alors ça passe et on change de discours, ce n’est pas Wayland qui merde mais Synaptic; ce n’est pas Wayland mais Frefox; ce n’est pas Wayland mais les jeux… Comme ça a été le cas à l’époque des débuts peu prometteur de Pulseaudio ou de GNOME-Shell.

Alors, y a t’il vraiment une forme d’anti-Redhatisme?