Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Il faut sauver le soldat Asus version 2023 (suite et fin)!

J’en ai parlé dans le billet Il faut sauver le soldat Asus version 2023, je devais sauver encore une fois le soldat Asus, pour y arriver, je comptais sur Nixos que je voulais lui coller mais comme toujours sur cette machine, rien ne s’est passé comme prévus!

On recommence mais on change un peu, ça date de 4 ans, le soucis datait même d’avant si je me souviens bien avec un début de conversation en 2018 (même décembre 2017 et une installation en Janvier 2018) que j’explique dans un billet tardif nommé “Windows pas si simple que ça et Linux pas si compliqué!”. Je sais que je suis venu en 2019 faire un passage en Debian 10 puis en 2021 pour la passer en 11 mais depuis plus rien, la 12 ayant sortie cette année, je me laissais un peu de temps pour intervenir, ce qui ne presse pas puisque les mises à jour sont bien appliquées en temps et en heure de façon automatique…

Et bien non, c’était une Ubuntu 22.04 LTS, le pourquoi du comment, je n’en sais rien, je ne me rappel pas d’avoir collé une Ubuntu, j’étais resté sur la mise en place de Debian, pourquoi et comment Debian s’est transformé en Ubuntu, je ne peux pas dire et pire je n’ai pas l’impression que c’est moi. Peut être le gars de LDLC vu que la personne se croyait sur Ubuntu et qu’elle lui a dit qu’elle voulait retrouver son Ubuntu (qui était une Debian). De plus des choses semblent aller dans ce sens, le login de la personne n’était plus son prénom mais utilisateur1, les applications que j’installe de base normalement n’y étaient pas, ça semblait plus une installation sans rien d’Ubuntu en sortie de boite. Mais bon passons.

Il ne s’est rien passé comme prévus, l’installation s’est bien déroulé, même toutes les installations de Nixos se sont bien déroulées mais à chaque reboot, impossible de démarrer dessus, ça m’envoyait dans le bios ou son remplaçant, j’ai eu beau virer le secure_boot mais non, j’ai bien sélectionné le bon système et dans le bon ordre pour que ça boot dessus mais encore une fois rien… Un truc qui devait se dérouler en une trentaine de minutes s’est transformé en combat acharné de 4 heures avec au moins 4 installations et des minutes de recherches pour trouver ce qui merdait mais rien. Même à l’heure actuelle, je n’ai pas compris, je ne comprendrais pas certainement encore longtemps après!

Je n’avais donc rien en échange, car sûr de moi et de ma trouvaille, de Nixos, si seulement une autre clé avec une openSUSE Leap, que je ne pensais plus mettre en place en connaissant un peu ce qui se passe ou va se passer avec Leap, je pensais formater cette clé sur la Nixos fraîchement installé si seulement ça n’allait pas. Mais du coup, cette Leap a servit, bien plus que de raison, je n’avais pas envie de me prendre la tête à charger l’ISO d’une Ubuntu puis de la mettre sur la clé et j’ai collé cette openSUSE en un rien de temps, fonctionnelle en un rien de temps, tout sauf le multimédia, ce qui s’arrange en ajoutant le dépôt packman et un zypper inr.

Pour le coup, mon idée de coller Nixos pour être tranquille s’est vite effilochée et je suis un peu déçu de comment ça s’est passé, car j’ai fait l’installation depuis le live via calamares, qui est d’une simplicité enfantine, mes partitions étaient présentes, notamment le /boot pour l’efi, j’ai même installé openSUSE pour voir si elle démarrait et voir surtout si je n’avais rien manqué, ce qu’elle fut capable alors j’ai décidé d’installer une dernière fois Nixos en me servant du partitionnement fait par la SUSE, mais en formatant bien sur, rien du coté de Nixos. Sachant catégoriquement que l’erreur se situe entre l’écran et la chaise, je n’accuse pas seulement Nixos mais surtout moi et mon incompétence pour comprendre ce qui manque à cette installation.

Asus est sauve, la Leap lui redonne vie!

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.