Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Réflexion: Il faut que je me pose, Debian est-ce toujours le bon choix?

J’ai tenté de passer sur autre chose, pour ne pas finir con ou aigri, changer pour changer sans avoir le besoin ou de raisons, j’y suis revenu, j’ai merdé. Ai-je vraiment merdé? J’ai découvert pas mal de distributions pendant ces 19 années, dont deux envers qui j’ai toujours été fidèle, je ne les nomme pas, aller juste pour la forme, openSUSE et Debian, je ne pense pas mentir en disant que ça a été bénéfique d’utiliser l’une ou l’autre mais malgré tout, j’ai toujours été plus attiré par l’une et donc l’utilisais bien plus que l’autre.

Ma pause, si je peux dire ainsi, m’a permis de revenir sur une autre découverte assez récente, pour moi car le projet date de 2003, qu’est Nixos et dont depuis plusieurs mois je garde sur une machine, c’est un coup de coeur, dommage que je la connaisse aussi tardivement, je m’y serais bien plongé intégralement, car j’y ai senti de l’engouement, cette chose que j’avais par le passé quand je découvrais linux avec openSUSE SUSE dans sa version 9.3 et notamment Debian par la suite avec sa Etch (Debian 4).

L’engouement dans et pour linux (et tout ce qui s’y rapproche) s’en est allé, j’ai perdu l’envie, perdu le goût, à la limite retourner sous Windows ne serait pas une fin en soi. Je n’ai jamais été un grand contributeur, mais je n’ai simplement plus l’envie de l’être, à la limite un consommateur, voir même un “consummateur” pour en faire chier quelques uns. Mine de rien, c’est cette Nixos qui me donne envie de replonger dedans.

Ma question est pourquoi Debian en 2024? Ou encore est-ce un bon choix Debian en 2024? Quand j’ai commencé en 2005 avec linux, il y avait déjà pas mal de choix, on avait les grandes Slackware, Debian, SUSE, Mandriva, Fedora, des nouvelles comme Ubuntu ou Archlinux, même Nixos était là mais totalement en dehors des radars… SUSE, Mandriva, Ubuntu étaient connues pour leur facilité, Fedora pour son coté labo et à la pointe de la technologie, Debian pour sa stabilité à toute épreuve et sa maintenance mais au prix d’une complexité. J’ai très vite été sous Debian pour sa stabilité et mon coté fainéant qui est l’absolue qualité d’un bon administrateur. De nos jours, cette stabilité n’est pas une légende mais on n’est plus les seules, toutes distributions un peu sérieuses seront stables.

Non, de nos jours, je vois bien plus d’intérêts à utiliser Nixos qu’une Debian, pourtant c’est encore vers celle-ci que je me tourne, peut être la confiance, chose que je n’ai pas encore du coté de Nixos, aussi la peur de l’inconnue, avec Debian je suis en terrain connu, je la maîtrise, je la comprends, je sais faire ce que je dois faire pour avoir ce que je veux comme je le veux…, avec Nixos, je suis plus dans l’inconnu, avec beaucoup de choses à réapprendre et c’est bien dommage car je n’ai plus l’envie d’apprendre ou de faire des efforts.

Un truc qui me fait réfléchir, c’est ce qui se passe depuis quelques temps, un peu partout du reste mais chez Debian qui nous a pas habitué à ça en particulier avec cette version 12 et ses petits bugs comme le kernel qui pouvait apporter des pertes de données ou encore plus récemment et qui m’a touché directement cette fois avec la perte des touches mortes alors cette fois ce n’est pas Debian le fautif mais le projet Gnome. Selon son installation, c’est surtout vrai pour le cas de la merde avec le kernel, ça pouvait toucher ou non la personne, par exemple dans mon cas et dans mon entourage, personne n’a été ennuyé, mais pas forcément avec des bugs, simplement faut bien comprendre que la Debian de Paul, ne sera pas la Debian de Seb; et-ce même si les deux ont totalement fait la même installation avec les mêmes environnements, il suffira que l’algorithme d’APT ou d’Aptitude change sa façon de faire et nous installe des paquets différents. Avec Nixos, on a pas ça, le système de Paul sera bien le même que Seb.

L’autre chose qui me fait toujours hésiter est l’intérêt même de Nixos, un système reproductible, déclaratif et fiable. Je peux essayer de nouveaux outils sans crainte et une fois testé si ça ne me plaît pas, je reviens comme si de rien n’était dans ma configuration d’origine. Idéale pour tester des environnements entiers comme les bureaux que sont GNOME, Plasma…

J’ai envie de penser qu’en 2007, Debian était la seule solution viable, mais en 2024, elle n’est qu’une solution parmi tant d’autres.

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.