Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Pourquoi Nixos?

Je suis passé à Nixos depuis quelques heures, laissant encore Debian pour quelques temps sur le bord de la route, sans grandes raisons, juste je n’étais pas encore décidé de rentrer au bercail.

Comme je l’ai dis plus tôt dans un billet, Debian en 2024 n’est pas forcément la décision la plus évidente, en 2005 ça l’était car oui il n’y avait rien en face au delà des Gentoo, Slack et autres distributions RPM. Le format de paquets .deb était au dessus des autres pour tout un tas de raisons. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas, il est toujours top comme format mais les autres ont soit récupéré leurs retards (RPM) soit ils sont partis vers des choix technologiques qui diffèrent (nix, guix, snap, flat…).

J’ai toujours été très proche des projets Debian et openSUSE, mais selon mes besoins, je devais valser entre différents formats de paquets pour mes projets. Si je ne me contente de ne parler que du blog, j’aime tester différents moteurs de site statiques, notamment en ce moment et depuis un certain temps, j’utilise Nodejs comme langage, et selon le moteur, je dois tourner entre du nodejs18 ou du nodejs20. Avec Debian, j’ai la version 18 de mon langage préféré mais du coup je dois me débrouiller pour l’avoir aussi en 20 et plus, sous openSUSE j’ai toutes les versions que je veux, mais une version chasse l’autre (si je me souviens bien comme pour python), du coup dans les deux cas, j’utilise snap pour juxtaposer les autres versions.

En Décembre, j’ai remis une Nixos et j’ai pu la voir fluidifier ma charge de travail, c’était pas de l’imaginaire. Je me rappel encore un de mes projets en python, qui me collait un blanc, je n’avais pas la même chose, le même résultat sur ma machine que sur celle de mes parents, or le projet était pour eux à la base. Pire, je me souviens bien de mon blog avec Pelican, j’avais le résultat voulu sous Debian mais il ne se construisait pas sous openSUSE alors que tout était installé pareil, même avec pip.

Pas de soucis de ce coté avec Nixos, je me fais un shell avec ce qu’il me faut et je lance. Le résultat sera toujours le même et sera facilement exportable.

L’autre chose qui me chagrinait, mais ça vient de moi, c’est que j’aime tester des programmes, des fois je les garde et souvent je les vire, sinon, selon mon humeur, j’aime changer de bureaux, je tourne principalement sur XFCE, Plasma et GNOME, quelques fois Mate,… bref, sur une distribution normale, habituelle (dirons-nous), c’est vraiment chiant pour retrouver l’état avant pollution par tout ça. Avec Nixos, c’est tellement simple, aussi simple que de commenter une ligne dans un fichier…

J’aime beaucoup l’idée de centraliser la configuration de l’OS dans un fichier, j’aimais déjà ça avec Arch à l’époque de son fichier rc.conf qui n’allait pas aussi loin, mais Nixos et pas seulement elle mais je pourrais parler aussi de ma prochaine distribution de test la Guix, mettent l’intégralité du système dans un unique fichier. C’est aussi étrange que, partant du principe de leurs caractéristiques, certains choix sont pour tendre vers l’explosion de ce fichier généraliste en de multiples sous fichiers. C’est aussi pour cette raison, vu que j’aime ne pas trop chercher dans tout un tas d’endroits, que je ne mettrais pas en place le home.nix.

Du coup, me voila avec Nixos installé rapidement sans interface ni rien, puis j’ai simplement collé mon fichier configuration.nix de l’année dernière suivit d’un sudo nixos-rebuild switch et ça roule. J’ai exactement ce que j’avais avec la configuration de mon système, ainsi que mon login, mes partitions, mes programmes mais aussi des services ainsi que des réglages de ces services, c’est très fort. Bien plus que ce que je faisais sous Debian.

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.