Sebsblog / PassionGNU/Linux Forum

Distrowatch: uniformisation de la curiosité et de l'intérêt pour les distributions linux

append delete Grompf

Bonsoir,

La première chose qu'il me vient à l'esprit, c'est que DistroWatch ne fait que mesurer la curiosité d'une minorité de linuxiens. En d'autres termes, j'entends parler de MXLinux, je clique dessus sur DistroWatch et ça fait monter les statistiques.
Mais ce n'est pas pour autant que je vais installer MXLinux sur mon PC. Et ça ne concerne que les curieux qui s'intéressent à l'actualité du libre et ceux qui tendent à "papilloner" de distro en distro. Ceux qui ont trouvé chaussure à leur pied et n'envisagent pas de changer ne sont pas concernés. Et tous ceux qui utilisent la distro que leur beau-fils ou leur cousin leur a installée, sans se poser de questions, ne sont pas non plus concernés. Et je ne parle pas des employés d'administrations ou d'entreprises sous Linux, ni de ceux qui utilisent des PC reconditionnés et fournis pas des associations, ni des élèves dont l'école a fait le choix de GNU/Linux. Bref, nous parlons de la curiosité d'une petite minorité d'utilisateurs de GNU/Linux.

Que sait-on de ce que les utilisateurs ont vraiment installé sur leurs machines ? Et si on se met à tenter des statistiques sur ce qui est vraiment utilisé, alors il faut mettre en perspective et tenir compte des gros acteurs genre administrations, écoles, entreprises, ONG, associations qui reconditionnent des PC, fabriquants de PC vendant des machines pré-installées, etc.

Je viens de lire une interview sur le passage au logiciel libre d'une municipalité du Pays Basque espagnol. Qu'ont-ils choisi ? Ubuntu Mate. La Station Spatiale Internationale ? Debian. La municipalité de Barcelone est en train de quitter Windows. Pour Ubuntu. Et la police lituanienne est passée à Ubuntu. Combien de postes à chaque fois ?

J'ai testé Emmabuntüs 3, basée sur Debian (la version 1 était basée sur Ubuntu); cette distro est utilisée par des associations fournissant des PC reconditionnés en Asie, en Afrique, en Europe... À Genève Itopie remet sur le marché des PC reconditionnés, sous Ubuntu. Un ancien politicien écologiste suisse a lancé Why! une marque de PC sensés être évolutifs et facilement réparables, avec Ubuntu préinstallé. J'ai entendu parler d'associations en France qui utilisaient Linux Mint pour les PC reconditionnés. Là encore, à chaque fois, combien de postes ?

Et on peut continuer. En gros on a surtout du Ubuntu, des saveurs officielles d'Ubuntu, du Debian et des adaptations de ces 2 familles. En fouillant un peu, on trouve aussi du Fedora ou du Red Hat (il paraît que l'armée américaine a un gros parc de PC sous Red Hat) et du Suse et du OpenSuse. J'ai trouvé un lien intéressant là-dessus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_adoptants_de_GNU/Linux

Bref, la réalité du terrain est certainement très différente des débats que l'on peut voir sur les forums et des effets de mode sur DistroWatch.

Une remarque encore sur la querelle "fixed / rolling". Les distros que j'ai mentionnées plus haut (Ubuntu, Debian, Linux Mint, Red Hat, Open Suse, etc.) sont toutes des fixed pures et dures. J'ai utilisé diverses distros (essentiellement des Debian, des Ubuntu et des Linux Mint, avec une petite escapade chez Open Suse) et je n'ai jamais testé une vraie rolling en dur. Donc, je ne peux pas parler par expérience.

Mais la logique des mises à jour continues est-elle adaptée à M et Mme Tout-le-Monde ? Je veux dire que celui qui "touche" un peu, peut faire face à un problème ponctuel. Il y a toujours un risque d'incompatibilité, un pilote qui va faire son capricieux, un gros bug passée entre les mailles du filet. Avec une fixed, un M Tout-le-Monde peut se faire aider pour son install, gérer plus ou moins sa machine au quotidien en faisant les petites mises à jour de sécurité et se refaire aider une fois tous les 2 ans lorsqu'il s'agira de passer à une nouvelle version, histoire de ne pas être seul face aux éventuels problèmes. Mais avec une rolling, ça se passe comment ? Et pour les gros acteurs évoqués plus haut, genre écoles, administrations, etc. ?

Et les cas particuliers ? Je pense à ces PC reconditionnés, équipés d'Emmabuntüs, dans des écoles au Togo ? Ou aux PC de la station spatiale européenne ? Ou aux sous-marins de l'US Navy ? Une rolling, il faut la connecter à internet régulièrement, non ?

Reply RSS

Replies

#1. Frederic Bezies

This post was deleted by its owner

append delete #2. passionlinux

Fred pourquoi avoir effacé ton message? Je le trouvais intéressant.

Grompf ton commentaire est complet et je te remerci du lien.

append delete #3. Frederic Bezies

Car je n'en voyais plus l'intérêt. C'est tout.

append delete #4. xataz

Je suis globalement d'accord avec le message Grompf, distrowatch n'a qu'un indice de curiosité. ça monte lors d'une info, d'une sortie d'une nouvelle version, etc ...

Pour ce qui est du choix de debian ou ubuntu pour les pro, municipalité ou autre, c'est surtout le support qui compte. Pour du desktop, centos ou redhat on oublie, c'est sécure, mais pas très à jour. Fedora, les versions sont maintenu trop peu de temps (1 an et 1 mois de souvenir). Debian est pas forcément à jour, mais plus que centos.

Par exemple, je suis utilisateur de Archlinux, je n'ai jamais cliqué sur archlinux sur distrowatch, j'utilise également debian stable en serveur, pareil, je ne suis pas sur d'avoir cliqué dessus. Par contre, manjaro, ubuntu, linux mint, fedora, opensuse etc ... Chaque fois qu'il y a une new, je clique, et je regarde, pourtant ce ne sont pas des distributions que j'apprécie particulièrement. Pareil pour les nouvelles distribution, pour avoir rapidement quelques informations, rien de mieux que distrowatch.

Personnellement, je pense que le modèle rolling-release est ce qu'il y a de mieux pour du poste bureautique (même windows si mets, je sais c'est pas forcément une référence), et cela reste stable, mais de là a dire que pour madame michu c'est bien, y'a un monde. Le rolling s'améliore d'année en année, avec de moins en moins de bug, ou de regression.
Avant que mon PC portable ne me lache l'année dernière, cela faisait depuis 2011 que Arch était installé, et à part des gros soucis au passage sur systemd, je n'ai rien eu.
Par contre je ne suis pas sur que le RR devienne la base par la suite, car dans cette société de surconsommation, la durée de vie d'un PC est de 2 ans environ, bien moins qu'une fixed.

append delete #5. Frederic Bezies

Par contre je ne suis pas sur que le RR devienne la base par la suite, car dans cette société de surconsommation, la durée de vie d'un PC est de 2 ans environ, bien moins qu'une fixed.

Euh... Tu es certain de cette durée de vie ? Nous ne sommes plus dans les années 1980-2005 où le gain tous les deux ans était astronomique...

append delete #6. Grompf

2-3 ans pour certains utilisateurs de Windows (J'en ai entendu des "Mon PC il est vieux, il rame, il a déjà 3 ans"...). Mais bon, moi qui jette mon dévolu sur des machines de très bonne qualité qui se retrouvent sur le marché de l'occasion, je me retrouve avec un PC qui avait déjà 5 ans lorsque je l'avais acheté.

----

Pour revenir sur mon message de plus haut je ne voudrais pas générer de malentendus.
Je parlais de popularité. Le popularité n'est pas forcément un indicateur des qualité intrinsèques d'un OS. Ce peut éventuellement être un critère de choix pour M Tout-le-Monde (parce que si c'est populaire, on trouvera de la doc, des forums actifs, les éditeurs de logiciels feront peut-être des versions pour cet OS-là, etc.). En gros, je soutiens qu'Ubuntu et Debian, ainsi que leurs dérivées, sont de très très très loin les distros les plus répandues auprès des utilisateurs lambda. Et je soutiens que dans le reste, on va trouver OpenSuse (Leap), Fedora, Red Hat, Suse, etc. Soit aussi du fixed. Et tout ça n'a aucun lien avec le classement de DistroWatch qu'on prend parfois pour une sorte de Hit Parade.

Et je doute que ça change à court terme.
D'abord en raison du poids des gros acteurs (les ONG, les entreprises, les administrations, les fabriquants de PC, les acteurs du reconditionnement). Une petite ville qui passe sous Ubuntu Mate, ça fait plus de PC installés que 2000 clics sur DistroWatch. Et les employés de cette administration, si un jour ils pensent à passer à Linux, ils n'iront pas regarder DistroWatch; ils regarderont ce qu'on leur a appris à connaître au boulot. Une ONG qui distribue des PC reconditionnés avec une variante de Debian, ça fait aussi plus de PC installés que 2000 clics sur DistroWatch. Et les bénéficiaires ne vont pas réinstaller un autre OS en arrivant chez.
Ensuite par inertie. Ubuntu est répandue. Donc on trouve des bouquins sur Ubuntu, des forums d'entraide, des tuto en ligne, des formation, etc. Donc aussi, les éditeurs de logiciels, lorsqu'ils pensent à Linux, pensent d'abord à Ubuntu (et Debian). Donc ça attire du monde. Cercle vicieux. Ou cercle vertueux, selon le point de vue.

append delete #7. xataz

@fred
J'ai pas de chiffre officiel, c'est surtout ce que je vois dans mon entourage. Et sachant que de plus en plus de PC ne sont plus ou difficilement réparable, donc par conséquent, un truc qui ne fonctionne plus, on change. Je prends mon PC portable par exemple, les seuls choses que je peux changer, c'est une barette de ram (l'autre étant soudé), et le SSD, c'est tout, le reste tout est soudé. Le tout couplé à une qualité de fabrication merdique pour toujours consommer plus. Et voilà, ça fait les 2 ans de garanti.

@Grompf
C'est le terme popularité qui me choque pour distrowatch, le terme curiosité est plus adapté. Distrowatch est déjà un site consulté principalement par des personnes faisant déjà partie de la communauté GNU/linux, donc déjà faussé. Puis je ne suis pas sur que les gens étant sur une distribution spécifique, clique sur celle-ci, car bien souvent ils possèdent une autre source d'info.
Après effectivement, je pense qu'ubuntu est la distribution la plus utilisé en bureautique, car c'est la base que l'on vois partout (Les bouquins genre passer à linux sans mal)

Reply

(Leave this as-is, it’s a trap!)

There is no need to “register”, just enter the same name + password of your choice every time.

Pro tip: Use markup to add links, quotes and more.