Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

On parle de Devuan ou non?

Ça fait un bon mois que je cherche à me vider la tête chaque jour, pour une raison bien personnel, qui m’oblige donc de ne pas me laisser du temps pour ruminer mes vieux démons. Je jardine, je blogue, je test beaucoup de distributions --certains tests finissant ici même–, je bricole beaucoup, …

C’est comme ça qu’est venu l’idée de tester cette Devuan 3.0 sortie en juin 2020, au doux nom de Beowulf qui est la Stable actuelle et qui est basé sur une Debian Buster sortie quant à elle en juillet 2019, c’est-à-dire presque 1 an avant… On repassera sur le coté récent des paquets, mais je ne pense pas que ses utilisateurs vont sur elle pour ça…

Ils sont pas si nombreux les gars qui ont eu le courage de tester cette distribution, faut dire qu’à part la haine de Systemd, il n’y a pas grand chose pour séparer une Devuan d’une Debian. Personnellement --je ne dis que ce qui me passe par la tête–, si c’est vraiment pour ne pas avoir une distribution avec Systemd, j’aurai pris autre chose, je pense pas que c’est ça qui manque, des distribution anti-Systemd, il y en a à la pelle, de plus dans le monde très ouvert de Debian… Si c’est pour la technique, je préconise l’excellente NuTyX de mon ami Thierry, qui en plus de dépoter en terme de vitesse, propose un gestionnaire de paquets dignes des meilleurs distributions --prochainement je ferai un topo là-dessus–.

Bref, j’ai commencé par télécharger l’iso en torrent sur la page de téléchargement, vu que je n’ai pas les idées clairs, j’ai pas fait attention que le torrent proposé nous refile l’intégrale de toutes les iso disponibles, c’est-à-dire, les lives, toutes les images CD et DVD, netinstall et autres, pour toutes les architectures… Ce qui représente 15.5 Go, merci la Fibre qui en 10 ou 15 minutes (voir moins) m’a tout rapatrié.

J’ai donc plus que de besoins, je vais voir certainement ce que donne une installation via DVD et via netinstall.

L’installateur --modulo le thème de l’écran du choix-- est celui de Debian (Étapes du programme d’installation), du reste si on ne fait pas gaffe c’est une Debian qu’on installe ou du moins on pourrait y penser. Je navigue en terrain connu, pratiquant l’installateur de Debian depuis 2006/2007. Par contre je n’ai pas vu d’installateur graphique, pourtant Debian nous donne accès aux deux versions normalement mais pas Devuan.
boot installateur

J’ai pas chercher à faire une installation expert (en allant dans Advanced option), je suis resté dans une installation des plus simples.

On commence par la sélection de la langue, le programme d’installation débute en anglais mais la toute première étape consiste à choisir la langue utilisée par la suite (Opter pour le français fournira une installation entièrement traduite et un système configuré en français à l’issue du processus sur une Debian).
langue
langue géo
langue clavier

Attention, malgré le fait que j’ai sélectionné la langue française, c’est le clavier américain qui est sélectionné par défaut…

C’est au tour du nom de la machine et de son domaine:
réseau

Puis des utilisateurs:
utilisateur
utilisateur1
utilisateur2
utilisateur3

Maintenant au tour du partitionnement:
partitionnement méthode
partitionnement choix du disque
partitionnement shéma
partitionnementshéma2
partitionnement confirmation

J’ai pris un partitionnement des plus simples, c’est-à-dire tout dans une seule partition, ce n’est pas l’approche que j’utilise pour mes utilisations mais pour tester c’est suffisant.

Le système de base s’installe, cette étape, qui ne demande pas d’interaction de la part de l’utilisateur, installe les paquets du « système de base » de Debian. Celui-ci comprend les outils dpkg et apt, qui gèrent les paquets Debian, ainsi que les utilitaires nécessaires pour démarrer le système et commencer à l’exploiter.
installe base

L’installateur nous demande si on a d’autre support d’installation:
support

C’est maintenant le choix du miroir, il n’y en a que deux, c’est pas dur. Notez la mauvaise traduction (resté en anglais) alors que chez Debian c’est parfaitement traduit, chose encore plus incompréhensible quand on sait qu’elle est sortie pratiquement 1 an plus tard…
miroir

Participer au concours de popularité des paquets:
Le système Debian contient un paquet popularity-contest, dont le but est de compiler des statistiques d’utilisation des paquets. Ce programme collecte chaque semaine des informations sur les paquets installés et ceux utilisés récemment et les envoie de manière anonyme aux serveurs du projet Debian. Le projet peut alors tirer parti de ces informations pour déterminer l’importance relative de chaque paquet, ce qui influe sur la priorité qui lui sera accordée. En particulier, les paquets les plus « populaires » se retrouveront sur le premier CD-Rom d’installation, ce qui en facilitera l’accès pour les utilisateurs ne souhaitant pas télécharger ou acheter le jeu complet.
Ce paquet n’est activé que sur demande, par respect pour la confidentialité des usages des utilisateurs.
popularity

Encore une étape mal traduite dans l’installateur de Devuan.

On choisi les groupes de paquets voulus, en gros surtout le choix de l’environnement graphique et de quelques serveurs (SSH, impression, web…), j’ai pris les options par défaut dont Xfce qui est le bureau officiel de ce projet.
choix des paquets

Le tout s’installe, on peut aller faire un café…
installation

C’est identique à Debian comme on a pu le voir, seule chose notable qui change, est la demande du choix de l’init, entre le bon vieux Sysvinit et OpenRC, ce dernier étant un choix expérimental. Cette étape n’est toujours pas traduite.
init

Installation du chargeur d’amorçage GRUB:
grub
grub
fin

L’installation est finie, on redémarre. Décidément ça commence à faire beaucoup, après les traductions approximatives de l’installateur, c’est maintenant dans le Grub qu’on voit des choses qui ne devraient pas être, comme ici Debian au lieu de Devuan.
grub devuan

Ici pas question de voir un Grub graphique, c’est du ncurse, un peu à l’image de ce que faisait Debian avant Squeeze (Debian 6)sortie en février 2011. Puis Sysvinit fait son apparition.
sysvinit

Puis c’est Slim qui fait office de gestionnaire de connexion, pourquoi lui et pas Lightdm, c’est une autre question…
slim

Xfce 4.12 nous accueille:
xfce
xfce2

Devuan me renvoi 15 ans en arrière en terme de look, c’est là qu’on se dit que les développeurs ne sont pas des graphistes, c’est juste laid, pour tout vous dire, c’est tout aussi laid --pour moi-- que les deux premières versions de Mageia --qui s’est amélioré au fil du temps–. Au moins le thème de Devuan n’est pas arrache-rétines et ça reste reposant pour les yeux malgré le choix de couleurs chaudes (ici rouge).
Voila les Mageia en question:
mageia1
mageia2

Devuan sans être totalement arrache-rétines --mais ça reste désagréable visuellement–, nous a pondu un wallpaper en rouge des plus déplaisants, mais bon, on va dire que Buster ne jouit pas non plus d’un fond d’écran aussi agréable que Jessie et Stretch, le cabot n’étant pas mit en valeur.

Les versions des logiciels sont ceux de Buster, donc Libreoffice en 6.1.5 et Firefox ESR en 78. Pour Libreoffice on pourra taper dans les backports tout comme Debian pour avoir un truc plus récent comme une version 7.0.3.
version firefox et libreoffice

Le fichier sources.list est des plus simplistes, on est loin de Mageia et ses 30 dépôts.
sources.list

On peut avoir quelque chose de moins barbu, j’entends par là moins libre, en ajoutant les sections contrib et non-free comme sous Debian.
sources.list

Quoi dire pour le mot de la fin?
Et bien c’est du solide, pas jolie mais solide. La traduction est parfaite puisque c’est Debian, maintenant c’est autre chose pour l’installateur qui est lui avec des parties non traduites notamment les parties propres à Devuan. Beaucoup d’approximations, comme des endroits (le Grub) qui restent avec Debian et non Devuan. Ceci étant dit, devuan arrive une bonne année trop tard, j’espère que le projet va pouvoir sortir la prochaine en même temps que celle de Debian car clairement avoir une version de retard vis-à-vis de Debian est une tare pour moi.

Je vais reprendre ce que disait Fred sur Devuan 2, puisque c’est encore d’actualité avec celle-ci:

À peine sortie, la Devuan GNU/Linux 1.0 était presque obsolète, du moins, en tant que version stable. Un gros mois avant la sortie de la Devuan Jessie, j’avais rédigé un article sur la 1.0rc qui se concluait ainsi :

Une nouvelle fois, et modulo le fait que les couleurs soient enfin moins arrache-rétines, je finis avec un « tout ça pour ça ? » En dehors des personnes qui rejettent systemd pour des raisons idéologiques et/ou techniques tout en restant dans le monde Debian GNU/Linux, cela peut devenir la distribution de leurs rêves.

Pour les personnes voulant du Debian GNU/Linux sans se prendre la tête, autant rester avec la maison mère

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.