Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Debian ne participera pas à la vendetta contre RMS

debian-gnu

C’est le résultat qui est tombé suite à la Résolution générale de Debian: Déclaration à propos de la réadmission de Richard Stallman au conseil d’administration de la FSF, Debian ne participera pas à la chasse aux sorcières à l’encontre de RMS et de la FSF!

Je suis content de voir que Debian ne participe pas à cette ingérence d’un projet par un autre, ni fera pression sur qui que ce soit dans ce projet ni à l’encontre de RMS, ceux qui font cette mutinerie me font penser à Canonical qui invitait les gars de chez openSUSE à l’époque de l’entente cordiale entre SUSE et Microsoft.

Pourtant ça aurait pu tourner en faveur de l’exécution de RMS, comme nous le dit Florent Gallaire via son blog:

Suite au retour de Richard Stallman (RMS) au board de la Free Software Foundation (FSF), pas moins de neuf anciens Debian Project Leader (DPL) – Neil McGovern, Stefano Zacchiroli, Ian Jackson, Lucas Nussbaum, Martin Michlmayr, Mehdi Dogguy, Sam Hartman, Sam Hocevar et Steve McIntyre – ainsi que l’actuel DPL Jonathan Carter, ont signé une lettre ouverte intitulée An open letter to remove Richard M. Stallman from all leadership positions.

Steve Langasek a ensuite soumis une General Resolution (GR) proposant que la personne morale Debian soutienne officiellement la prise de position de ses leaders. Mais rien ne s’est passé comme prévu, et ce qui devait être un référendum consensuel a tourné au pugilat sur la mailing list debian-vote en mars et en avril, ces discussions publiques n’étant bien sûr que la partie émergée de l’iceberg.

Sans la condamner, mais en refusant de participer à une chasse aux sorcières, l’option 7 constitue bien un soutien implicite à RMS.

Je suis tout de même un peu déçus de ne pas voir via Debian l’option 6 Condamnation de la chasse aux sorcières à l’encontre de RMS et de la FSF, je pense que ça aurait marqué les esprits et de plus l’association Debian comme bien d’autres n’a aucune légitimité de s’occuper des affaires de la FSF. Ces ingérences associatives ne sont ni normales ni saines, et témoignent bien de pressions exercées par certains industriels pour faire taire le libre et ne conserver que l’open source[^1].

[^1]: Une partie de ma conclusion n’est qu’autre que le début d’un commentaire qu’on pourra lire dans son intégrité sur le blog en question.

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.