Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Fier d'être un debianiste convaincu!

C’est en voyant l’ingérence de certaines organisations envers la FSF et RMS, comme openSUSE ou Fedora, pour ne pas les nommer, est-ce même si elles sont loin d’être seules dans ce complot, que je me dis que je suis pas mal dans le projet Debian et que c’est lui qui correspond le mieux à mes choix politiques.

Je ne prône pas le libre à tout va, je l’ai déjà dis ici sur ce blog, que l’intégriste libre me rendait fou, et que comme tout intégrisme, l’intégriste libre est liberticide. J’ai en effet discuté de l’incompatibilité de Debian avec la FSF dans le billet “Debian et la FSF”, je disais notamment ceci:

Le fait de proposer la possibilité pour leurs utilisateurs d’avoir accès depuis les serveurs du projet –même si ça demande une action manuelle de l’utilisateur–, à de tels programmes, facilite l’utilisation de ses logiciels et est donc contraire à l’esprit de la FSF qui préfère qu’on se fassent bien chier dans l’utilisation de nos machines.

Donc non je ne suis pas un défenseur aveugle de RMS ou de la FSF!

Par contre, depuis pas mal de temps je vois les efforts de RedHat, de Google, de Microsoft, de SUSE et bien d’autre pour s’accaparer toujours un peu plus d’emprise sur ce qui reste du Libre vis-à-vis de l’open-source.

Je pense que Debian, du moins la personne morale Debian aurait pu aller plus loin et condamner cette chasse aux sorcières menée par les géant de l’open-source, pour détruire la dernière barrière qui tienne encore debout, oui je parle de RMS, qui d’autre peut se vanter de représenter le Libre à se point.

Cette emprise de l’open-source sur le logiciel libre a commencé avec des lois sur l’exportation, contraire aux libertés du logiciel libre en GPL, j’en ai aussi parlé dans des billets, notamment celui-ci et sa suite.

Vous reconnaissez que openSUSE Leap 15.1 est soumis aux réglementations américaines sur l’administration des exportations (le «EAR») et vous acceptez de vous conformer à l’EAR. Vous n’exporterez ni ne réexporterez openSUSE Leap 15.1 directement ou indirectement vers: (1) tout pays soumis à des restrictions d’exportation américaines; (2) tout utilisateur final que vous connaissez ou avez des raisons de connaître utilisera openSUSE Leap 15.1 dans la conception, le développement ou la production d’armes nucléaires, chimiques ou biologiques, ou de systèmes de fusées, de lanceurs spatiaux et de fusées-sondes, ou de véhicules aériens sans pilote systèmes, sauf autorisation par l’organisme gouvernemental compétent par règlement ou licence spécifique; ou (3) tout utilisateur final à qui il a été interdit de participer aux transactions d’exportation des États-Unis par une agence fédérale du gouvernement américain. En téléchargeant ou en utilisant openSUSE Leap 15.1, vous acceptez ce qui précède et vous déclarez et garantissez que vous n’êtes pas situé dans, sous le contrôle de, ou un ressortissant ou résident d’un tel pays ou sur une telle liste. En outre, vous êtes tenu de vous conformer à toutes les lois locales de votre juridiction susceptibles d’avoir un impact sur votre droit d’importer, d’exporter ou d’utiliser openSUSE Leap 15.1. Veuillez consulter la page Web du Bureau de l’industrie et de la sécurité www.bis.doc.gov avant d’exporter des articles soumis à l’EAR. Il est de votre responsabilité d’obtenir les autorisations d’exportation nécessaires.

Or c’est une contradiction avec la GPL qui oblige de:

https://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

Contrôle de l’exportation

Parfois les règles du contrôle des exportations, ou bien des sanctions économiques, peuvent restreindre votre liberté de distribuer des copies de programmes à l’étranger. Les développeurs de logiciels n’ont pas le pouvoir d’éliminer ou de passer outre ces restrictions, mais ce qu’ils peuvent et doivent faire, c’est refuser de les imposer comme conditions à l’utilisation du programme. De cette manière, les restrictions n’affecteront pas les activités et les personnes se trouvant hors de la juridiction des gouvernements concernés. Ainsi, les licences de logiciel libre ne doivent pas imposer d’obéir à un règlement sur l’exportation comme préalable à l’une des libertés essentielles, quelle qu’elle soit, dans la mesure où ce règlement a une incidence pratique.

Il est acceptable de mentionner simplement l’existence du règlement sur l’exportation sans en faire une clause de la licence elle-même, car cela n’impose pas de restriction aux utilisateurs. Si de fait une règle d’exportation est sans incidence sur le logiciel libre, l’intégrer à une clause n’est pas un véritable problème ; toutefois, c’est un problème potentiel car une future modification du droit de l’exportation pourrait faire que cette exigence ait des conséquences pratiques et donc rende le logiciel non libre.

Je lis ici et là que Stallman n’est capable de rien, que le gars est d’un autre temps, je dirai juste une chose, sans RMS pas de GPL, donc pas de Trovald qui balance son kernel (Linux) dans cette licence et juste ça c’est énorme, car oui votre Linus, lui en avait rien à foutre du Libre. Je passe sous silence Redhat ou SUSE qui ne pensent qu’a la capitalisation de leurs services… RedHat du reste, assez malin, en voyant la chose se profiler, a changé les licences GPL de Fedora (au moment de la 21 de mémoire) pour celle de la MIT, comme ça les règles d’exportation ne sont pas incompatibles et surtout ils pourront changer les règles du jeux à tout moment.

Je suis surpris que peu de blogueurs, n’ont pas repris l’actualité et ont simplement mit sous silence l’épisode de la mutinerie, je pense que c’est assez grave cette ingérence, cette tentative de despotisme, cette tentative d’absorption du Libre par l’open-source, cette cannibalisation, … Bref, c’est assez grave pour mettre en avant ses idées, sa façon de penser et se positionner.

De ce que je vois et lis, les redhat et compagnies, ont surtout repris des propos de RMS en les sortant de leurs contextes, pour le faire tomber. On sait tous que des phrases sorties de leurs contextes peuvent faire…

Je pense que c’est une bonne chose cette histoire, on voit le vrai visage de certain, ça va me forcer à accélérer ma sortie de certaines communautés.

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.