Skip to main content
Seb's blog
logo PassionGNU/Linux

Nixos, jour 5.

Je savais que ça allait arriver, le manque de Debian, la facilité de mes habitudes, l’envie de revenir à ce que je connais, donc l’arrêt de l’aventure Nixos, je vais tenir, je vais tenir…

Beaucoup de choses sont superbes, vraiment je trouve que cette distribution est top, mais je l’ai connue trop tardivement, du coup le choc est trop grand et brutal.

J’ai tout à réapprendre et je suis comme le gars qui 18 ans avant découvrait linux, sauf que j’étais tout de même moins perdu que là. En vrai, c’est tout ou rien, soit j’arrive à faire table rase de mon passé sur Debian et je continue le chemin en finissant le mois voir même plus, soit je n’arrive pas à passer outre Debian et je sais ce qui se passera. En tout cas, ce qui est sûr aujourd’hui, c’est soit Nixos, soit Debian mais le reste c’est fini, je vire mes comptes, j’arrête mes engagements envers les projets même openSUSE et-ce même si je l’adore, car ce petit détour loin de ma Debian me fait cet effet de bombe en pleine face, je sais ce que je veux, ce que j’aimerai mais openSUSE ne fait plus parti de l’équation.

Mais plus je m’éloigne de Debian et plus je me demande pourquoi et en quoi Nixos me taraude autant? Est-ce pour cette sensation d’être dans un tank? De Solidité? De tranquillité? Mais sous Debian, du moins ma stable, c’est exactement pareil, Debian ne m’a jamais fait faux bonds. Mais ça va bien plus loin que cette stabilité bien connue de Debian, tout fonctionne à merveille, pas la moindre surprise d’un boot à un autre. Sous certaine distribution, à certain démarrage de mes machines, je serrais les fesses en me demandant quelle merde allait encore me tomber dessus. Ça pouvait être un update qui se serait mal terminé, un logiciel qui ne se lance plus, l’OS qui ne démarre plus…

Avec NixOS, cette crainte n’est plus là, je suis décomplexé car si le build de la configuration se fait, si la machine démarre une première fois alors elle démarrera à chaque fois, car le système est en lecture seule. Cela procure un sentiment de stabilité inégalé et même ma Debian ne m’a jamais donné à ce point autant de sécurité, de tranquillité, de certitudes, et-ce même pourtant alors que je n’avais pas à me plaindre par rapport à d’autres distributions moins fiables.

Sur et avec les autres distributions, y compris Debian --même si c’est moins vrai sur celle la–, je ne pouvais pas allumer la machine --notamment mes portables-- après un long moment sans m’occuper des mises à jour, updates qui pouvaient devenir problématiques et que j’allais devoir passer du temps à corriger, peut-être même en entraîner d’autres. J’ai souvent parlé des machines que je m’occupe dans mon entourage, ce job de récupérateur de conneries, il se peut qu’il se passe plusieurs mois entre le moment où j’installe la distribution et le moment où je peux effectivement revenir m’occuper des machines. J’ai eu pas mal de soucis avec des Ubuntu, des Mageia; Debian beaucoup moins (voir quasi-rien), me laissant même le luxe de pouvoir profiter des upgrades automatisés.

Avoir quelque chose stable, fiable et pérenne ne m’a jamais paru aussi simple qu’avec NixOS, on est un cran au dessus de Debian, pourtant vous me connaissez, vous savez mon admiration pour cette distribution, pour ses outils, plus encore pour sa communauté; et pourtant je n’ai pas honte de dire que je n’ai jamais été aussi satisfait de mon OS que ce que j’ai actuellement avec Nixos. Avec Debian, j’avais pourtant activé l’automatisation de beaucoup de choses dans mon entourage, y compris sur ma machine, dont les updates, mais on était pas à l’abri d’un bug --comme récemment avec cette histoire de kernel qui ne m’a pas touché ni personne de mon entourage, je n’ai pas eu de corruptions, puis la correction fut rapide, dans l’ordre de la journée–. Sur d’autres distributions, je n’activais pas les updates, laissant ainsi plusieurs mois sans rien faire, de peur que les changements apportent leurs lots de déconvenues, c’est le cas d’Ubuntu. Beaucoup de distributions ne peuvent simplement ne pas aller à l’usage, Fedora bouge de trop, les arch-likes sont trop mouvantes par nature, y compris la Manjaro; dois-je rappeler que dans mon entourage on ne fait pas confiance aux updates, habitudes d’une époque ou Windows et updates rimaient avec écran bleu… Donc je ne place que du solide, du stable, du fiable, du à peu près automatisé. Et avec Nixos, j’ai bien plus que ce que je pouvais avoir ailleurs, y compris avec Debian, j’ai la sensation d’avoir un système sur lequel je peux toujours compter, surtout quand je n’ai pas envie de me prendre la tête. C’est le mixte idéal entre le PC et la tablette, j’ai la puissance de l’ordinateur mais la maintenance d’une tablette android… J’ai activé l’automatisation des mises-à-jour, ainsi que le nettoyage du store, je ne m’occupe plus de rien. Je suis libéré de la maintenance de mes machines. Je ne me demande plus si quelque chose va casser ni même qu’une mise à jour se passe mal.

J’espère qu’à la suite de ce changement pour Nixos, je vais enfin dire que Debian est derrière moi, qu’elle a fait son temps, pour ce qui me concerne.

J’ai souvent reproché un truc à archlinux, les mauvaises langues diront que je ne suis pas capable de l’installer, je l’installais bien avant qu’elle ne soit à la mode, bien avant qu’eux même l’utilisent pour entrer dans la mode des geeks sans talent; je ne reproche pas le manque d’un véritable installateur chose que des distributions comme NuTyX et son seul développeur a su faire, je reproche à Arch que ses outils sont archaïques et ne savent pas faire le minimum syndical, prévenir des changements, ce que fait une certaine distribution née en 1993 et qui s’appelle Debian! Et pour le coup, Nixos ou plus particulièrement l’outil Nix, est capable de telles choses, elle prévient des changements dans le fichier configuration.nix pour pouvoir faire l’upgrade. J’ai une configuration qui date de la Nixos 21.11, donc il y a eu des changements entre temps, des mises à jour de certains modules, certaines options ont changé de noms depuis et le système m’a informé des options de configuration actuelles et de leurs nouveaux noms, j’ai juste suivi les instructions de Nix dans la console pour pouvoir appliquer la configuration.

Ces 5 jours sur ma machine me réconfortent dans la possibilité de la mettre autour de moi en lieu et place de Debian.

Commencer la discussion: Venez écrire un commentaire dans le forum.