Le blog de Seb

PassionGNU/Linux, la passion du Libre...

Nov 24, 2018

"Tumbleweed en trois semaines, ça donne quoi?"

Trois semaines depuis l'installation de la Tumbleweed, la roling de chez openSUSE, toujours aussi fonctionnelle et agréable à utiliser. Je ne dirais pas que je change d'opinion sur les rollings VS fixeds, mais c'est utilisable et pour certaines fixeds comme Fedora ou openSUSE Leap avec pas mal de dépôts en rajouts, je dirais que ça vaut plus le coup d’être sur une rolling bien rodée que les fixeds mentionnées...

Par exemple mon cas, j'utilise normalement Debian car elle me permet de ne pas me soucier plus que de raison, des changements opérant sur celle-ci. Peu de mises-à-jour, peu de changements, peu de quiproquos, peu de pertes de temps... Une fois de temps en temps un gros changement via apt dist-upgrade et moi congratulant d'un saut de version réussi.

Je pourrais en dire autant de ma Leap (openSUSE), sur le portable je suis avec une version basique sans ajout de dépôts sauf Packman, dépôt essentiel pour tout ce qui est multimédia, les updates sont plus fréquents mais ça reste supportable et n'engage en rien ma tranquillité ou la stabilité de la machine. Par contre, si j'utilise comme sur d'autres machines, des dépôts extras comme dans mon cas, ceux de KDE, KDE-applications, KDE-extra, Ruby, Games, Emulators, en plus de Packman, je me retrouve avec une fixed qui bouge sans cesse et qui n'a plus rien à envier aux rollings, du reste généralement ça m'emmerde plus que autres choses, ça bouge non stop, semaines après semaines, des centaines d'updates et je dois ajouter en plus du travail que ça demande d'entretenir une telle fréquence de mise-à-jour, un saut de version par an... Je parle de Leap mais en faite celle-ci est comme ça par ma faute, à force de rajouter des dépôts pour compenser mes besoins, mais si je prends Fedora, c'est exactement le même cas sans rajout de dépôts, sauf bien sûr RPMFusion, on se retrouve donc avec un truc qui ne cesse de bouger, de changer, pour à la fin faire un saut de version quand celui-ci fonctionne. Le truc dans de tel cas, c'est qu'il est presque plus facile et plus tranquille de passer directement à une rolling, puisque oui, en effet on perd le principe même de la fixed, être tranquille, pas trop bouger, juste des corrections!

C'est donc de ce constat que je pars et que j'ai voulu redonner une chance à une rolling, oh non, ce n'est pas une Arch, je ne suis pas fou à ce point pour repartir sur un système qui confond KISS (simple d'utilisation) et rien faire à tel point que c'est l'administrateur qui doit contrôler les updates proposés et y lister des possibles actions de sa part ou des bugs. Non, je reste dans le truc moderne, un truc qui bouge certes mais qui est capable d'afficher pendant une mise-à-jour les actions à faire ou mieux encore de les faire lui-même. J'avais le choix entre Gentoo et openSUSE, vu le temps que demande une Gentoo pour être administré, je suis retourné sur la distribution que je préfère de loin aux autres même vis-à-vis de Debian: l'openSUSE.

Alors l'ISO date du début du mois, en gros c'est à peine plus de 15 jours, comme toutes bonnes rollings, elle bouge, très ou trop vite, déjà dépassé les 2000 updates, je suis dans les 2 Go de données, en même temps mon installation avec mes programmes habituels représente pas loin de 3000 paquets (découpés puisque RPM et DEB coupent en plusieurs sous-paquets binaires les logiciels d'un même paquet source). Avantage, je n'ai pas besoin des dépôts extra d'openSUSE pour Games, tout ce qui est en rapport avec KDE, Ruby; seul me reste ceux de Packman (obligatoire comme RPMFusion chez Fedora, PLF chez Mandriva) et Emulators. En faite, si je n'étais pas si fan de vieilles consoles de salon, que malheureusement j'ai revendu pour en prendre des plus récentes, je n'en aurais nullement besoin, mais je n'échappe pas aux besoins primaires et aux joies que m'apportent un bon Fruity Franck ou Saboteur 1 et 2 pour ne citer qu'eux.

Fruity Franck

Donc ça bouge, plus souvent et en plus grande quantité que la Leap mais au moins je n'ai pas besoin de passer l'étape du saut de version même si openSUSE est avec Debian, l'une des rares où tout se passe bien (je parle pour mon cas personnel!), du reste à cette étape, je tiens à dire que si on ajoute pas de PPA, l'Ubuntu se comporte aussi très bien!

J'ai lâché GNOME au vu de Tracker et de son comportement, pour un Plasma 5.14.3, ça marche vraiment pas mal, on voit de suite les gains au niveau ressources, ça mange peu pour beaucoup de fonctionnalités! Après ça reste une openSUSE donc c'est-à-dire que ça ne bronche pas, ça encaisse les updates sans rien dire, ça reste stable, je pourrais même utiliser un truc comme Tumbleweed pour des serveurs personnels à la place de Debian, c'est dire!

tumbleweed

Nov 22, 2018

"Lenteurs sous GNOME? C'est Tracker le coupable!"

C'est ce que j'ai enfin pu trouver après plusieurs moments vraiment difficiles avec mon bureau GNOME, autant sous Leap 42.3 et Debian 9, je n'ai pas ces latences, ces blocages temporaires durant moins d'une seconde, souvent passant inaperçus, et puis ces sautes d'humeur de mes processeurs qui gueulent..., mais depuis le GNOME 3.28 --et de mémoire, aussi avant avec le 3.26--, c'est une catastrophe chez moi avec différentes distributions comme Ubuntu, Debian Sid, Antergos, openSUSE Tumbleweed, Fedora... J'ai accusé Wayland, oui il fait lui aussi des freezes bien plus marqués, mais pas de gueulantes de la part de mes processeurs, juste que c'est comme pour Pulseaudio, c'est trop frais pour être totalement utilisable, en le désactivant j'ai déjà plus tous ces ralentis, par contre il reste des coups de bourres, qui font ralentir aussi bien mon PC que le faire gueuler.

Le coupable à été identifié, c'est Tracker, un truc comme Kat de Mandriva, Berryl de Fedora/SUSE, Nepomuk ou maintenant Baloo de KDE, ça permet d'indexer, filtrer, ranger, rechercher, organiser nos données... C'est bien beau, mais en faite c'est encore un truc que je ne me sers pas et pour cause, comme depuis toujours avec ces trucs la, ça prends pas mal de ressources et je n'en ai pas l'utilité. Du reste, avec KDE 4, la première chose que je faisais, était de désactiver Nepomuk, de nos jours la première chose que je fais en arrivant sur un Plasma 5 c'est de désactiver Baloo, et la première chose que je prenais le temps de retirer sur mes premières distributions linux en 2005/2006 (Mandriva et SUSE), était Kat/Berryl...

capture-indexer-baloo_20181122_124012.png

Sauf que pour le coup, GNOME est tellement simplifié pour l'utilisateur que l'on ne peut désactiver cette fonction, du moins ça persiste de continuer à pomper les ressources que je décoche ou non la case recherche dans les paramètres. Je regarde sur le net, je ne suis pas le seul qui veux retirer ce truc, mais rien de vraiment probant ne fonctionne.

Je me suis dis, laissons le bosser, quand il aura fini, il me rendra la main et il ne viendra plus faire ce ralenti, c'est sûrement dû au fait que ça soit la première fois et qu'il a donc pas mal de données à traiter. C'est sûr que plus 1 To de Vidéos, une centaines de Go de musiques plus encore une autre de photos, en plus de documents en tout genre doivent pas aider. Mais non, il recommence au prochain démarrage pendant un laps de temps infini pour moi, me bouffant à lui tout seul plus de 60% de processeurs. Pour un truc dont je n'ai pas l'utilité ni le besoin.

Je serais curieux de savoir vous de votre côté, comment vous faites?

Nov 19, 2018

"Quitter Debian, pourquoi? Mes raisons et ma nouvelle destination."

Ça fait un moment que je pense quitter Debian, j'ai des raisons que je vais citer ici, c'est pas des défauts importants, juste que je ne m'en sors plus dans ce labyrinthe qu'est Debian quand on veut participer. Tout va bien dans cette distribution tant qu'on se contente d’être utilisateur et non contributeur, j'en parlais déjà en Juin 2018, je disais notamment que Debian pour contribuer, ce n'était pas du tout évident:

J’explique donc, sous Debian j’ai fais une demande par reportbug pour Ghostwriter, un simple éditeur Markdown comme il en existe plein, rien de folichon donc, je fais le paquet via debuild, je me créé un compte sur Debian-Mentor et je l’envoie là-bas. Je fais ensuite un second rapport pour signaler que le paquet est bien fait mais qu’il me faut un sponsor pour qu’il soit sur les dépôts officiels. Ça c’était en avril, depuis rien.

Je ne suis pas grand fan de faire un paquet depuis zéro, je voulais surtout faire du backport et c’est là que ça se complique encore plus et qu’on voit les limites de “moi mainteneur, je suis Dieu pour mon paquet!”. Il faut avant tout demander au mainteneur du paquet son autorisation par mail, si si… Ensuite faut demander toujours par mail, au dernier rétroporteur si différent du mainteneur habituelle, si il y en a plusieurs, faudra alors en faire la demande aux autres du moins à ceux qui ont souvent tendance à le rétroporter… Ensuite faut faire son annonce comme quoi on veut faire un backport de tel paquet sur la mailing-list, enfin on fait le paquet. De là, on recommence avec la connerie plus haute pour trouver un sponsor. Mais entre temps, pour faire le paquet, il faut récupérer les changelogs du dernier rétroporté ainsi que de la nouvelle version, fusionner le tout dans notre changelog.

Dans mon cas, ce sont des jeux, notamment 0ad, j’ai fait des mails et personne m’a répondu, vu le peu d’intérêt pour le paquet Ghostwriter plus haut et au vu du peu d’utilisateurs connaissant réellement l’utilisation du dépôt backport sous Debian (fonctionnant totalement différemment des autres distributions), je fini par le faire que pour ma gueule et c’est con. J’en ai fais quelques uns, 0ad 0.23, Wenoth 1.14, minetest, rock’s’diamonds, … on arrive facilement par dépasser les 8 GO de paquets créés, j’en oublis aussi Mate que je m’étais fait pour tester la dernière version.

Je me dis que ce n’est pas la peine de garder ça pour moi, c’est une perte, je pourrais me faire un dépôt privé mais je ne suis pas connu dans le monde Debian, j’ai pensé qu’un site et forum francophone sur Debian bien populaire pourrait faire, non pardon, mettre en place ça et non, je me suis encore trompé. Ça n’intéresse personne d’avoir un backport bien vivant et complet, donc je passe à autre chose.

J'ai tenté de quitter Debian, puisque j'étais en full Debian chez moi, mais non, j'y suis revenu, sauf que du coup le portable lui est resté sous openSUSE et se porte pas plus mal, j'aurais aimé que ce soit mon PC de tous les jours mais pour le moment je n'arrive pas à lâcher ma Debian. J'ai donc retenté l'aventure contribution chez Debian suite à des mails d'encouragements et un en particulier qui m’expliquait bien mieux le comment et pourquoi. Je le dis clairement ici, je reste patient car il n'y a pas le feu mais si je vois que c'est trop la merde, je lâcherais pour de bon Debian, oui je veux rendre à la communauté ce que j'ai pris et dans le cas Debian, si je reste dessus, je ne pourrais pas le faire. Je demande pas la lune, je demande pas quelque chose où on voit mon nom en or, je ne demande pas un truc officiel, juste contribuer rien de plus.

Quand on relis mon billet sur les contributions, on peut y voir de l'amertume, Carl Chenet développeur Debian expliquant qu'il regrettait le manque de contributions des utilisateurs, rendant coupable les simples utilisateurs non-contributeurs de tous les maux, je trouve ça comique à la vue de la complexité pour contribuer chez Debian face à la facilité décomplexant de le faire chez openSUSE.

Le travail est fait, ça ne vient pas 100% de moi, Ghost m'a corrigé et grâce à lui tout est dans l'ordre, le paquet est parti pour être dans l'archive, ça c'était courant Octobre 2018, le truc c'est que depuis plus rien, pas un bruit, on attends, quoi je ne sais pas mais on attends...

Clairement il y a une merde dans le moyen de contribuer chez Debian, du coup, j'ai bien vu au moins un paquet abandonné que j'utilise et qui demande d'être pris en charge, mais ça me donne pas envie. Je pense que Debian devrait travailler la-dessus, faciliter la contribution des non-développeurs Debian.

En contre partie, hier j'ai vite fait balancé une mise-à-jour pour le paquet Youtube-dl pour openSUSE qui à été pris en compte ce matin, sauf que j'ai tellement été vite que j'avais oublié de faire le changelog et du coup un refus avec explication, puis une fois refait ce fut accepté. Je me sens moins coupable de "profiter" du Libre comme dirait Fred dans son billet reprenant celui de Carl Chenet. Le méchant utilisateur que je suis, a pu encore contribuer en retour mais pas pour sa principale distribution qui est Debian, malgré ce que déplore Carl.

J'explique pourquoi chez openSUSE c'est bien plus simple de participer, tout se fait via OSC et l'OBS du projet, à moins que ce soit une contribution pour un paquet qui peuvent poser des soucis de brevets ou de droits et ça sera l'OBS de Packman qui sera utilisé du coup après une inscription au préalable chez eux, je le redis ici, Packman est ce qui s'apparente à RPMFusion pour Fedora... Un seul endroit pour contribuer au projet openSUSE, alors que sous Debian, comment dire, on part sur un peu partout, on nous parle d'Aliothh, du Dépôt CVS Debian, enfin de compte non, les deux ont dû fusionner si je comprends bien, maintenant c'est sur le ~~Gitlab~~ Salsa de Debian et le projet Debian-Mentor.

Chez openSUSE, on fait ce qui nous plaît sans demander quoique ce soit, après c'est accepté ou refusé mais il n'y a pas de frein, c'est en gros la loi de celui qui décide est celui qui fait, sous Debian interdiction de marcher sur les plates bandes des ~~Dieux de l'Olympe~~ pardon, développeurs Debian.

Va falloir que je me décide pour de bon sur ce que je fais avec ou non Debian, car ça commence à me taper sur les nerfs.

Nov 16, 2018

"Et si Microsoft s'offrait un linux?"

Je médite là dessus depuis quelques temps déjà, depuis le volte-face de Microsoft envers le libre, lui qui a souvent insulté de cancer, de communiste, de tout ce que l'on veut, a fini par contribuer à ce cancer...

En voyant le géant au chapeau rouge se faire acheter par BigBlue, je me demande bien pourquoi du reste car Redhat n'avait vraiment pas besoin de se faire acheter, surtout par un si gros morceau qui de l'intérieur a beaucoup de protocoles, de paperasses, de tout un tas de choses qui font que ça ne fonctionne pas du tout pareil le management de IBM que celui bien plus libre de Redhat.

Je ne me prononcerai pas sur ce rachat, juste dire que je ne le vois pas d'un bon œil, au regard de comment marche IBM, de ce qu'ils ont l'habitude de faire de leurs achats, de leurs politique du on contribue seulement si c'est à notre avantage, et surtout en interne d’après ce qui remonte leurs ordres d'interdire toutes participations pendant et après le temps de travail des salariés sur des projets libres... Je rajouterai seulement une chose, les employés de Redhat ont pour la plupart mal vécu ce rachat jusqu’à dire qu'ils auraient préféré Microsoft comme acheteur...

Mais parlons justement de Microsoft, je suis étonné encore de ne pas voir une action de rachat sur un des acteurs de Linux, certains verraient bien Canonical se faire racheter par eux, je ne pense pas que Microsoft s’intéresse à une boite qui peine à trouver un équilibre financier, par contre une boite que Microsoft connaît bien puisqu'ils ont été partenaire avec Novell, du nom de SUSE, ne me parait pas une mauvaise affaire. SUSE est probablement le concurrent le plus direct de Redhat, c'est un gros portefeuille de clients.

Peut être que je me fais des films, mais au vue des complications qu'engendre le nouveau modèle de Windows, vu les retours en arrière pour bloquer certaines mises à jour, vu les nombreux écrans bleus, je me dis que le plus simple serait pour Microsoft de s'offrir ce qui se fait de mieux pour un coup bien moindre qu'IBM et ses 34 milliards...

Vous en pensez quoi?

Nov 16, 2018

"Le support d'Ubuntu 18.04 LTS étendu à dix ans"

Ubuntu a donc annoncé sa volonté de prolonger la durée du support de ses versions LTS, de 5 ans à 10 ans.

Je vais pas épiloguer dessus, entre cette annonce et la volonté d'une introduction en bourse en 2019, beaucoup de boulot attendent les gars de chez Canonical.

Seule interrogation que je me pose, comment vont-ils pouvoir tenir la charge de travail que demande cette prolongation de durée de vie? 10 ans c'est 5 versions LTS à s'occuper en même temps, à moins que les sorties des LTS ne soient plus tous les deux ans mais se raréfient? Peut être aussi le changement tant souvent annoncé comme possible, de sa version classique (non-LTS) de fixed vers rolling?

Vu comment vont les choses, j'ai intérêt d'accélérer pour sortir mon billet sur ce que je pense va arriver bientôt, je vous donne un indice, le rapport entre le cancer et Linux... Microsoft.

← Previous Next → Page 18 of 98