Le blog de Seb

PassionGNU/Linux, la passion du Libre...

Nov 20, 2019

"Je dois m'arreter un moment..."

Et oui, c'est comme tout, et avant qu'on m'annonce mort, abandonnant le blog et les distributions linux dont openSUSE et Debian, je préfère annoncer une petite pause.

C'est une pause un peu exigé, rien de grave, juste le bras, une opération, les emmerdes qui continuent...

Voila, donc je n'aurai pas la capacité de maintenir le blog avec une main et c'est pour cela et uniquement cela que je dois lâcher pour le moment et pour une période indéterminée.

On verra donc en début d'année 2020 pour l'habituel billet récapitulatif et les vœux pour cette future année.

Voila, je vous dis à bientôt.

Nov 19, 2019

"Construire des paquets DEB pour Debian avec Pbuilder."

Aujourd'hui je vais tenter de faire un tuto simple et minimaliste sur Pbuilder et comment le régler. Cela fera office de suites aux tutos pour faire des paquets Debian 1.Construire des paquets DEB pour Debian (première partie) et 2.Construire des paquets DEB pour Debian (deuxième partie).

Pbuilder est un système de construction pour faire des paquets Debian dans un chroot minimaliste, il créé un système Debian minimal, il télécharge et installe les dépendances de construction et ensuite compile le paquet dans ce chroot. Il permet aussi entre autre de fournir un moyen simple de mettre en place des systèmes de test comme dans "un bac à sable".

pbuilder construit un système chroot et construit un paquet dans le chroot. C'est un système idéal à utiliser pour vérifier qu'un paquet a des dépendances de construction correctes. Il utilise abondamment apt, et un miroir local ou une connexion rapide à un miroir Debian est idéal, mais pas nécessaire.

"pbuilder create" utilise debootstrap pour créer une image chroot.

"pbuilder update" met à jour l'image à l'état actuel de testing / unstable / what

"pbuilder build" prend un fichier * .dsc et construit un binaire dans l'image chroot.

pdebuild est un wrapper pour les développeurs Debian, permettant d'autoriser l'exécution de pbuilder comme "debuild", en tant qu'utilisateur normal.

Principalement c'est l’outil que j'utilise aussi bien sur ma machine pour ma propre utilisation que pour envoyer mon travail sur les serveurs de Debian pour des paquets officiels. On passera en revue l'installation, la configuration (de manière simple et minimale) et son utilisation.

On pourrait le comparer un peu dans le principe à OBS et OSC d'openSUSE.

On va commencer par se faciliter la vie, ne pas lancer Pbuilder en root mais en tant que simple utilisateur avec sudo. Pour cela rien de bien compliqué, on va completer notre fichier /etc/sudoers, en rajoutant quelques lignes:

Cmnd_Alias PBUILDER = /usr/sbin/pbuilder, /usr/bin/pdebuild, /usr/bin/debuild-pbuilder, /usr/sbin/cowbuilder
Defaults!PBUILDER env_keep+="DIST ARCH HOME"

<your user>  ALL=(ALL) SETENV: PBUILDER

On pourra faire ceci avec visudo ou bien la nouvelle façon de faire avec des fichiers dans le dossier /etc/sudoers.d (voir la documentation Ubuntu). Pour le moment, je reste encore à modifier le fichier, on verra pour la suite si je m'adapte à cette façon de faire qui peut apporter pas mal d'améliorations comme de simples liens vers des fichiers venant de dossiers personnels de chacun.

La gestion de sudo est améliorée dans les dernières versions (Debian version 1.7.2).

Pour modifier le fonctionnement de la commande sudo, l'administrateur du système ne modifie plus le fichier /etc/sudoers mais positionne des fichiers de personnalisation dans le répertoire /etc/sudoers.d.

Premier avantage, vous pouvez définir autant de fichiers que de modifications (voir le §2). Le nom est libre et peut donc faire référence à l'élément personnalisé. Exemples : 10-sysctl 20-userX 30-apt.

Le deuxième avantage est que la création d'un de ces fichiers ne nécessite aucun droit d'administration. L'intervention de l'administrateur se limite à la copie du(des) fichier(s) sous /etc/sudoers.d et application du mask 0440.

Le troisième avantage. Vous disposez d'un aperçu des modifications en listant simplement le contenu du répertoire /etc/sudoers.d.

Le quatrième avantage est que l'administrateur peut annuler à tout moment une autorisation particulière de la commande sudo en supprimant le fichier de personnalisation correspondant.

Le dernier avantage est qu'en supprimant tous les fichiers de personnalisation, vous êtes certain de revenir à la configuration par défaut de sudo.

L'ancienne méthode reste utilisable.

La configuration de sudo est enregistrée dans le fichier de configuration /etc/sudoers.

La modification de ce fichier s'effectue à travers un utilitaire de vérification appelé visudo.

Ceci étant fait, il faut se faire un fichier de configuration pour notre Pbuilder, le fameux ~/.pbuilderrc.

On pourrait adapter notre fichier à notre utilisation avec l'excellente documentation de Debian. Pour mon besoin plus que minimal, j'utilise un fichier des plus simplistes et limités en fonction:

# this is your configuration file for pbuilder.
# the file in /usr/share/pbuilder/pbuilderrc is the default template.
# /etc/pbuilderrc is the one meant for overwriting defaults in
# the default template
#
# read pbuilderrc.5 document for notes on specific options.
MIRRORSITE=http://ftp.fr.debian.org/debian/
COMPONENTS="main contrib non-free"
OTHERMIRROR="deb http://ftp.fr.debian.org/debian buster-backports main contrib non-free"
AUTO_DEBSIGN=yes

On verra dans un future proche si je modifie ce fichier un peu plus, dans ce cas je le partagerai. Dans le cas du fichier actuel, c'est des plus compréhensibles, mais on va quand même expliquer. La partie MIRRORSITE est comme son nom l'indique, quel miroir utiliser, dans mon cas c'est celui de la France. COMPONENTS indique quelles sections des dépôts Debian seront utilisées, les populaires main, contrib et non-free. OTHERMIRROR est l'endroit où on peut indiquer d'autres dépôts comme ceux de Deb-Multimedia, dans mon cas juste les backports de Stable actuelle. Pour finir AUTO_DEBSIGN que je positionne sur yes, pour signer automatiquement mes paquets avec ma clef personnel (c'est aussi un truc à faire mais c'est optionnel).

On va installer ensuite les paquets Debian pour la fabrication des paquets, en l'occurence devscripts et pbuilder:

# apt install devscripts pbuilder

Ensuite on va créer son système, que ce soit une stable, une testing ou une SID; pour le moment et pour satisfaire mes besoin pour ce tuto, on se contentera de stable:

~$ sudo pbuilder create --distribution stable

Dans mon exemple plus bas, qui sera tronqué, on voit la création du chroot, le choix de la distribution stable, la date, le téléchargement et l’installation de notre distribution minimal:

sebastien@debiacerlinux:~$ sudo pbuilder create --distribution stable

Nous espérons que vous avez reçu de votre administrateur système local les consignes traditionnelles. Généralement, elles se concentrent sur ces trois éléments :

#1) Respectez la vie privée des autres.
#2) Réfléchissez avant d'utiliser le clavier.
#3) De grands pouvoirs confèrent de grandes responsabilités.

[sudo] Mot de passe de sebastien : 
I: Distribution is stable.
I: Current time: Tue Nov 19 22:39:53 CET 2019
I: pbuilder-time-stamp: 1574199593
I: Building the build environment
I: running debootstrap
/usr/sbin/debootstrap
I: Target architecture can be executed
I: Retrieving InRelease 
I: Checking Release signature
I: Valid Release signature (key id 6D33866EDD8FFA41C0143AEDDCC9EFBF77E11517)
I: Retrieving Packages 
I: Validating Packages 
I: Resolving dependencies of required packages...
I: Resolving dependencies of base packages...
I: Checking component main on http://ftp.fr.debian.org/debian...
[...]

Notez qu'on aurait très bien pu utiliser le nom de code de la distribution au lieu de son numéro (ici buster au lieu de stable):

~$ sudo pbuilder create --distribution buster

Une fois fait, il suffit d'avoir les sources d'un paquet Debian pour commencer à bidouiller. Il y a plusieurs façons de faire, dans mon cas je suis plus friand d'utiliser pdebuild que pbuilder, mais en gros pbuilder s'utilise avec un fichier .DSC, tandis que pdebuild s’utilise directement depuis un dossier /debian.

Pour mon exemple, je reprends mon paquet Ghostwriter et les sources de SID que je télécharge dans un dossier /home/sebastien/Paquets/DEB/nom-du-paquet, pour plusieurs raisons, vu que c'est un paquet dont je m'occupe, je sais comment il est fait, les dépendances sont présentes dans Stable, la version de Stable est la 1.7.4 et donc il est faisable et intéréssant de le prendre en exemple pour montrer un rétroportage depuis des sources SID pour une Stable.

~$ mkdir ~/Paquets/DEB/Ghostwriter
~$ apt-get source ghostwriter
Lecture des listes de paquets... Fait
Note : la maintenance du paquet de « ghostwriter » est réalisée dans le système de suivi de versions « Git » à l'adresse :
https://salsa.debian.org/seb95-guest/ghostwriter.git
Veuillez utiliser la commande :
git clone https://salsa.debian.org/seb95-guest/ghostwriter.git
pour récupérer les dernières mises à jour (éventuellement non encore publiées) du paquet.
Nécessité de prendre 1206 ko dans les sources.
Réception de :1 http://ftp.fr.debian.org/debian sid/main ghostwriter 1.8.0-2 (dsc) [2047 B]
Réception de :2 http://ftp.fr.debian.org/debian sid/main ghostwriter 1.8.0-2 (tar) [1196 kB]
Réception de :3 http://ftp.fr.debian.org/debian sid/main ghostwriter 1.8.0-2 (diff) [8324 B]
1206 ko réceptionnés en 1s (1017 ko/s)   
dpkg-source: info: extraction de ghostwriter dans ghostwriter-1.8.0
dpkg-source: info: extraction de ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz
dpkg-source: info: extraction de ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz
dpkg-source: info: using patch list from debian/patches/series
dpkg-source: info: mise en place de fix-ime.patch
dpkg-source: info: mise en place de appstream-metadata-location.patch


$ ls
ghostwriter-1.8.0                  ghostwriter_1.8.0-2.dsc
ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz  ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz

Donc soit on utilise pbuilder ou pdebuild, on verra les deux pour notre exemple:

PBUILDER:

$ sudo pbuilder build ghostwriter_1.8.0-2.dsc
[sudo] Mot de passe de sebastien : 
I: pbuilder: network access will be disabled during build
I: Current time: Tue Nov 19 23:34:19 CET 2019
I: pbuilder-time-stamp: 1574202859
I: Building the build Environment
I: extracting base tarball [/var/cache/pbuilder/base.tgz]
I: copying local configuration
I: mounting /proc filesystem
I: mounting /sys filesystem
I: creating /{dev,run}/shm
I: mounting /dev/pts filesystem
I: redirecting /dev/ptmx to /dev/pts/ptmx
I: policy-rc.d already exists
I: Obtaining the cached apt archive contents
I: Copying source file
I: copying [ghostwriter_1.8.0-2.dsc]
I: copying [./ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz]
I: copying [./ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz]
I: Extracting source
gpgv: unknown type of key resource 'trustedkeys.kbx'
gpgv: keyblock resource '/home/sebastien/.gnupg/trustedkeys.kbx': General error
gpgv: Signature made Sat Jul 27 08:40:45 2019 UTC
gpgv:                using RSA key 65A12DF4FE31AD6BAC4D76AE3355F4D63B5821CC
gpgv:                issuer "bartm@knars.be"
gpgv: Can't check signature: No public key
dpkg-source: warning: failed to verify signature on ./ghostwriter_1.8.0-2.dsc
dpkg-source: info: extracting ghostwriter in ghostwriter-1.8.0
dpkg-source: info: unpacking ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz
dpkg-source: info: unpacking ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz
dpkg-source: info: using patch list from debian/patches/series
dpkg-source: info: applying fix-ime.patch
dpkg-source: info: applying appstream-metadata-location.patch
I: using fakeroot in build.
I: Installing the build-deps
[...]

[...]
dpkg-deb: building package 'ghostwriter' in '../ghostwriter_1.8.0-2_amd64.deb'.
dpkg-deb: building package 'ghostwriter-dbgsym' in '../ghostwriter-dbgsym_1.8.0-2_amd64.deb'.
dpkg-genbuildinfo
dpkg-genchanges  >../ghostwriter_1.8.0-2_amd64.changes
dpkg-genchanges: info: not including original source code in upload
dpkg-source --after-build .
dpkg-source: info: using options from ghostwriter-1.8.0/debian/source/options: --extend-diff-ignore=^\.gitlab-ci.yml$
dpkg-buildpackage: info: binary and diff upload (original source NOT included)
I: copying local configuration
I: Copying back the cached apt archive contents
I: unmounting dev/ptmx filesystem
I: unmounting dev/pts filesystem
I: unmounting dev/shm filesystem
I: unmounting proc filesystem
I: unmounting sys filesystem
I: cleaning the build env 
I: removing directory /var/cache/pbuilder/build/16027 and its subdirectories
I: Current time: Tue Nov 19 23:39:48 CET 2019
I: pbuilder-time-stamp: 1574203188

Les paquets sont faits et sont disponibles dans /var/cache/pbuilder/result/:

$ ls /var/cache/pbuilder/result/
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.buildinfo  ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.changes    ghostwriter_1.8.0-2.dsc
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.deb        ghostwriter-dbgsym_1.8.0-2_amd64.deb

PDEBUILD:

La même chose que plus haut mais cette fois avec pdebuild, je vais changer le debian/changelog et donner une version mineur avec l'outil dch, une petite modification pour qu'on différencie les paquets fait par les deux méthodes, je rajoute à ceux que je vais recompiler via pdebuild un pdb dans sa version:

$ cd ghostwriter-1.8.0/
$ dch -r

ghostwriter (1.8.0-2+pdb1) stable; urgency=medium

  * Upload to stable. 
  * rebuild with pdebuild.

-- Sebastien CHAVAUX <mailXXXXXXXX>  Wed, 20 Nov 2019 00:18:21 +0100

Maintenant je lance la compilation:

$ pdebuild
dpkg-checkbuilddeps: error: Unmet build dependencies: libqt5svg5-dev qtmultimedia5-dev qtwebengine5-dev libhunspell-dev pkg-config qttools5-dev-tools
W: Unmet build-dependency in source
dpkg-source: info: using options from ghostwriter-1.8.0/debian/source/options: --extend-diff-ignore=^\.gitlab-ci.yml$
dh clean
debian/rules override_dh_auto_clean
make[1]: Entering directory '/home/sebastien/Paquets/DEB/ghostwriter-test/ghostwriter-1.8.0'
rm -f ./Makefile ./.qmake.stash
rm -f ./debian/substvars
rm -rf ./build/
make[1]: Leaving directory '/home/sebastien/Paquets/DEB/ghostwriter-test/ghostwriter-1.8.0'
dh_clean
dpkg-source: info: using options from ghostwriter-1.8.0/debian/source/options: --extend-diff-ignore=^\.gitlab-ci.yml$
dpkg-source: info: using source format '3.0 (quilt)'
dpkg-source: info: building ghostwriter using existing ./ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz
dpkg-source: info: using patch list from debian/patches/series
dpkg-source: info: building ghostwriter in ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.debian.tar.xz
dpkg-source: info: building ghostwriter in ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc
I: Generating source changes file for original dsc
dpkg-genchanges: info: not including original source code in upload
dpkg-source: info: using options from ghostwriter-1.8.0/debian/source/options: --extend-diff-ignore=^\.gitlab-ci.yml$
I: pbuilder: network access will be disabled during build
I: Current time: Wed Nov 20 00:28:44 CET 2019
I: pbuilder-time-stamp: 1574206124
I: Building the build Environment
I: extracting base tarball [/var/cache/pbuilder/base.tgz]
I: copying local configuration
I: mounting /proc filesystem
I: mounting /sys filesystem
I: creating /{dev,run}/shm
I: mounting /dev/pts filesystem
I: redirecting /dev/ptmx to /dev/pts/ptmx
I: policy-rc.d already exists
I: Obtaining the cached apt archive contents
I: Copying source file
I: copying [../ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc]
I: copying [../ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz]
I: copying [../ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.debian.tar.xz]
I: Extracting source
[...]

[...]
dpkg-deb: building package 'ghostwriter' in '../ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.deb'.
dpkg-deb: building package 'ghostwriter-dbgsym' in '../ghostwriter-dbgsym_1.8.0-2+pdb1_amd64.deb'.
dpkg-genbuildinfo
dpkg-genchanges  >../ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.changes
dpkg-genchanges: info: not including original source code in upload
dpkg-source --after-build .
dpkg-source: info: using options from ghostwriter-1.8.0/debian/source/options: --extend-diff-ignore=^\.gitlab-ci.yml$
dpkg-buildpackage: info: binary and diff upload (original source NOT included)
I: copying local configuration
I: Copying back the cached apt archive contents
I: unmounting dev/ptmx filesystem
I: unmounting dev/pts filesystem
I: unmounting dev/shm filesystem
I: unmounting proc filesystem
I: unmounting sys filesystem
I: cleaning the build env 
I: removing directory /var/cache/pbuilder/build/32118 and its subdirectories
I: Current time: Wed Nov 20 00:24:24 CET 2019
I: pbuilder-time-stamp: 1574205864
signfile dsc /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc BE45AEFE4EB7156EED8CE1BF0C5C55889E178585
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'

fixup_buildinfo /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.buildinfo
signfile buildinfo /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.buildinfo BE45AEFE4EB7156EED8CE1BF0C5C55889E178585
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'

fixup_changes dsc /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc /var/cache/pbuilder/result//ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.changes
fixup_changes buildinfo /var/cache/pbuilder/result/ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.buildinfo /var/cache/pbuilder/result//ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.changes
signfile changes /var/cache/pbuilder/result//ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.changes BE45AEFE4EB7156EED8CE1BF0C5C55889E178585
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'
gpg: WARNING: unsafe permissions on homedir '/home/sebastien/.gnupg'

Successfully signed dsc, buildinfo, changes files

Les paquets sont faits et sont disponibles dans /var/cache/pbuilder/result/ avec leurs versions 1.8.0-2+pdb1 en plus de ceux précédemment faits:

$ ls /var/cache/pbuilder/result/
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.buildinfo       ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.changes
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.changes         ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.deb
ghostwriter_1.8.0-2_amd64.deb             ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.debian.tar.xz
ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz         ghostwriter_1.8.0-2+pdb1.dsc
ghostwriter_1.8.0-2.dsc                   ghostwriter-dbgsym_1.8.0-2_amd64.deb
ghostwriter_1.8.0-2+pdb1_amd64.buildinfo  ghostwriter-dbgsym_1.8.0-2+pdb1_amd64.deb

Si vous avez des compléments d'informations, de configurations ou toutes autres suggestions, laissez-les moi en commentaire dans le forum et je les intégrerai dans une édition.

Nov 09, 2019

"Les distributions avec des dépôts externes comme openSUSE ou Fedora."

Je me permets de prendre en exemple un billet de Cyrille qu'il a fait l'année dernière: Complément 57 – Il fait moins chaud. Malheureusement l’herbe n’est pas plus verte ailleurs; pour étayer mes dires et mon raisonnement de mes derniers billets sur les dépôts externes multimédia de certaines distributions dont Fedora et openSUSE.

[...]Et forcément, parce que je reste le gars le plus drôle de l’humanité, j’ai installé Transmageddon. Je rassure tout le monde, ça ne marche pas mais le malaise est plus profond que ça.

Totem installé par défaut n’est pas capable de lire des vidéos, ce qui veut dire qu’il y a un problème avec gstreamer, tous les plugins gstreamer sont installés, il n’y a donc pas de raison pour que cela ne marche pas.

[...]

Vous savez VLC, le truc qu’on installe parce qu’il n’y a pas de problème de dépendances, de codecs, et bien il fait la performance de ne pas fonctionner, c’est la première fois que je vois ça. J’ai commencé à regarder le problème sur le net, nécessairement le problème est connu et on finit par trouver des solutions d’installation de codecs en un clic.

[...]

Si on fait abstraction de tout, du fait que je sois pro Debian / Ubuntu pour se concentrer sur le principal, à savoir essayer d’être objectif, imaginez le débutant qui vient de débarquer chez Linux et qui veut lire une vidéo, le truc un peu de base, et bien il ne peut pas. Je n’ai pas envie de creuser plus, et je dirai que pour des actions aussi simples, il n’y a pas à creuser plus, faut que ça marche, faut que ça marche de façon naturelle, ça devrait fonctionner dès le départ, sauf que cela ne marche pas. Et quand bien même j’aurai dû prendre une version full, autre que Xfce, en installant les codecs de base, ça devrait marcher.

Cyrille est l'exemple type de la personne qui sait se démerder, qui recherche, trouve toujours un semblant de solution pour arriver à ses fins, en fait Cyrille est un peu comme moi ou vice versa, on se démerde toujours pour faire ce qui doit être fait même si c'est souvent pour arranger/dépanner notre entourage. On est tout deux des habitués de Debian ou de la famille Debian, on ne peut pas dire que Debian est la plus sympa et facile des distributions et pourtant on s'en sort pas trop mal.

Bizarrement, je dénonce le fait que les dépôts externes soient un frein pour adopter openSUSE (ou toute autre distribution) et on ne peut pas dire que l'openSUSE soit une distribution plus dure que Debian, on ne peut pas dire non plus que l'openSUSE soit plus complexe dans son utilisation... Au contraire openSUSE est une distribution qui est facile et bien fini dès sa sortie de boite, on est par exemple dans un rare cas de distributions qui nécessitent pas l'utilisation de la ligne de commande contrairement à Debian ou même Ubuntu qui est pourtant la simplicité même, Yast étant capable de tout configurer. Et pourtant Cyrille a laissé tomber!

Dans mon utilisation de ma Debian, je suis toujours avec un terminal d'ouvert, je fais toutes les actions quotidiennes de configurations, de recherches, de mises-à-jour depuis un terminal, c'est comme ça. Sous openSUSE, je ne fais seulement que certaines installations de paquets ou mes mises-à-jour --et encore c'est juste une question de rapidité--, rien d'autre, tout passe par Yast que ce soit le réglage du pare-feu, la recherche et l'installation des logiciels, l'ajout des dépôts, la configuration des différents serveurs (mail, http, ssh,...), le lancement des services ou l'extinction, le réglage des imprimantes et des scanners, etc ..., et j'en passe. openSUSE est une distribution idéale pour tout ceux qui ne veulent pas avoir ni besoin et ni affaire à un terminal et des commandes épouvantables. Et pourtant, quelqu'un ayant des bonnes connaissances sur linux et un sens de la démerde, n'a pas pu, n'a pas compris, n'a pas cherché plus loin et c'est normal.

Oui c'est normal, normal car le multimédia devrait marcher comme il marche sur toutes autres distributions linux quand elles ne sont pas sponsorisées par des entreprises commerciales. Normal car VLC, Totem et bien d'autres sont présents et installés, mais en fait ils sont castrés tout ça pour des questions de droits, de licences, de brevets, de peurs de procès, ... Comme dans les cas de Fedora et d'openSUSE, ce n'est pas comme ça, les applications sont bien là mais sont castrées de toutes parties pouvant porter préjudice comme ce fut le cas pour Mandriva à l'époque, avec l'obligation d'ajouter les dépôts de PLF.

Je me dis que si une personne débrouillarde et ayant une certaine habitude et connaissance de l'OS, se retrouve dans la panade à cause des codecs et autres conneries de ce style, c'est que la distribution est mal foutue. Autant les confirmations que Zypper ou Yast demandent sont pas mal et permettent de soulever toutes ambiguïtés, mais la merdouille des dépôts qui te remplacent une grosse partie de ton système, comment dire, est une blague.

Une blague pour plusieurs raisons, je citerais comme ça le manque de ressources financiers, matériels ou encore de mains d’œuvre par rapport au projet mère lui-même. Je pense aussi au bordel que ça apporte pour savoir d'où vient tel ou tel paquet, pareil pour rapporter des bugs, la non-officialité de la chose, etc, ... La liste est vraiment longue et je passerais un temps fou à tout énumérer.

Je pense donc que pour qu'openSUSE arrive un jour à percer, il faudrait faire l'effort de fusionner les paquets venant de Packman dans le projet source et de ne plus castrer les programmes. Puis surtout de ne plus avoir besoin de ce genre de dépôts et pour ça il ne faut plus avoir de liens trop étroits avec SUSE car c'est à cause de ce rapport de fusion qu'on ne peut mettre d'applications posant des soucis de brevets, de licences et autres... Mais allez faire comprendre ça.

Je voulais juste partager ce petit retour et cette réflexion avec vous.

Nov 08, 2019

"openSUSE: résultat du vote sur le changement de nom du projet."

C'était attendu et comme je l'annonçais dans le billet "Ça ne change pas un homme, un homme ça vieillit... openSUSE et Debian" datant de trois jours, je le disais en avance avec ces mots:

Déjà pour le changement de nom, je me trompe peut être mais au vu de ce que j’ai pu lire, il n’y en aura pas, de plus SUSE est bien décidé d’arranger les angles dans l’utilisation de son nom pour le projet.

Oui, le projet n'a pas profité de la possibilité de tuer deux de ces grosses lacunes vue de l'extérieur par certain:

  • un nom qui donne tout de suite la couleur du projet "made in SUSE" et ce qui va avec SUSE comme son passé un peu tumultueux, ses nombreux rachats, son passé peu communautaire et open-source avant Novell...,
  • un problème de licence pour packager, distribuer, utiliser en son sein certains logiciels comme par exemple des codecs,
  • une relative complexité d'utilisation pour le multimédia, dû aux manques de certains codecs, logiciels, ...,
  • une relative complexité des dépôts dû en partie à tout ce brouillard avec les dépôts communautaires multimédia,
  • l'obligation de dépendre d'un autre projet qu'est Packman pour pallier aux précédents soucis de multimédia.

J'ai voté "oui" à la question du changement de nom, nous avons été 42 dans ce cas contre 225. De toute façon, dans les deux cas il y avait des pertes, dans le cas du "oui", il fallait tout refaire avec la nouvelle dénomination. De l'autre, avec le "non" on reste sur ce qui est déjà acquis, c'est à dire toujours des soucis de licences, des problèmes pour avoir les codecs et autres programmes multimédia. Je vous laisse lire l'annonce d'Alionet --profitez pour admirer la nouvelle version du site et de son forum--:

Résultat du vote sur le changement de nom du projet

Les membres du comité électoral openSUSE ont publié ce matin les résultats du vote sur le changement du nom de projet en cours depuis début octobre. Comme expliqué notamment ici et là, l'objectif de ce vote était d'expliquer les tenants et aboutissants de la conservation ou non du nom openSUSE en préliminaire à la création à venir d'une fondation openSUSE.

Avec 42 voix en faveur d'un changement et 225 voix pour le maintien du nom openSUSE, les membres du Conseil ont maintenant une idée claire de la position de la communauté sur ce point et vont pouvoir entamer les travaux, études et négociations autour de l'usage de ce nom par la fondation à venir. Rappelons en effet qu'openSUSE n'ayant pas, pour l'heure, d'existence juridique, c'est l'entreprise parainne SUSE qui est propriétaire et se charge de protéger le nom déposé openSUSE.

C'est notamment ce point important qui va évoluer lorsque de la fondation openSUSE verra le jour.

Je reste à penser que l'utilisation d'un dépôt externe au projet rend plus difficile l'utilisation et l'adoption d'openSUSE, il n'y a qu'à voir les nombreux retours quotidiens là-dessus. Mais surtout complexifie pour rien, les rapports de bugs qui du coup doivent bien parler uniquement des paquets du projet --ce qui est normal--, je ne reviendrais pas sur mon histoire de bug touchant VLC, PUPN18, MiniDLNA, qui a été difficile de décortiquer pour trouver qui faisait quoi et vers quoi me retourner pour ouvrir un bug.

Je souhaite un avenir joyeux au projet du caméléon et je suis enthousiaste de voir les changements s'opérer.

Nov 07, 2019

"Pourquoi je n'aime pas les écologistes égocentriques et sponsorisés."

Je vais tenter d'expliquer suite aux nombreux mails d'insultes --j'en parlerai plus bas-- que j'ai eu depuis mon billet sur Greta, le pourquoi du comment de mon désamour pour ce genre de personnages...

Je commence donc par merci, merci Gilles d'avoir été le seul correct et le seul a avoir commenté dans le forum. Les autres lâches ont dû penser qu'ils seront couvert d'anonymat en passant par des messages mails. Des cons --et je pèse mes mots car j'utilise un langage bien plus grossier dans la vie courante-- qui n'ont de rapport avec le mot courage que la première lettre, ça montre à quel point on ne peut plus rien dire sans heurter les grands penseurs, donnant par la même occasion un dégoût profond pour tout ce qu'ils protègent, comme la cause féministe ou encore l'écologie. Si des grandes bouches m'ont totalement détourné de la cause écologiste, les idioties des mails reçues ont finit par me donner raison.

Je passe sous silence les idioties, d'un niveau maternelle, du style pure des gosses de 5-6 ans qui mesurent leurs sexes ou bien la course à celui qui pissera le plus loin.

Pour tout dire jusqu'au bout, c'est par pure hasard que j'ai lu les mails (58 en tout) car ils étaient tous dans les différents filtres que j'ai en place. J'explique un peu mieux sans tout dévoiler, les courriels passent par Gmail, l'anti-spam est déjà suffisamment malin pour me virer 50-70% des spams, insultes et autres conneries. Ensuite, j'ai mon serveur de mail qui tourne sur mon PC qui vient récupérer les mails venant de Gmail, ça passe par SpamAssassin, puis ça passe dans mon Thunderbird qui lui aussi va filtrer d'abord avec son anti-spam à lui puis avec mes différents filtres mit en place, j'ai aussi au vu de la redoutable efficacité, mit en place une liste blanche pour mes contactes connus pour qu'eux ne passent pas par les filtres...

Tout ça pour dire qu'il a fallu attendre que j'aille voir un peu les Spams de mes différentes boites pour voir lesdits messages...

Ceci dit, passons à la raison de ce billet, une explication du pourquoi je ne serai pas aveuglé par ce message écologiste de cette personne nommée Greta, ou de tout autre personne du reste. Tout d'abord les premiers voyages que cette personne a faite, ont été fait par avion, mais ce n'est pas la seule, beaucoup d'écologistes arrêtent ~~la propagande~~ l'effort du "tous en vélo" une ou deux rues après leurs bases. La plupart roulent dans de grosses voitures à vive allure, je ne parle même pas de ce gouvernement qui est guère mieux que les précédents sur ce point.

Je suppose que ses parents étant chanteuse et acteur de cinéma, se sont déplacés autrement que par une voiture à petit moteur, peut être en avion? Personnellement je n'ai pas les moyens de me balader dans un tour du monde juste par plaisir ou pour une cause qui me tient à cœur (comme la défense animal). Je n'ai pas la fortune familiale pour faire une virée en voilier, ni même le temps, je travail moi, pour nourrir les miens. Je n'ai jamais mit les pieds sur un bateau ni dans un avion, c'est dire.

Cette personne comme du reste une part des écologistes politiciens, ne connaissent pas les problèmes des gens du bas, la classe ouvrière, celle qui se lève tôt et rentre tard le soir pour nourrir les siens avec un salaire de merde. Je gagne "trop" --dixit le gouvernement-- comme une bonne partie des ouvriers pour avoir des aides, je ne suis donc pas un assisté, ce que j'ai c'est de ma poche et de ma sueur.

Cette personne comme le reste des politiciens, ne savent pas ce que c'est que de commencer à 3h ou de finir tôt le matin, ne savent pas ce que c'est que de prendre les transports dans ces heures là. Eux pensent que nous sommes tous à la même enseigne qu'eux, c'est à dire passer une bonne partie de la journée à jouer, regarder leurs téléphones, dormir, blablater avec les copains, chamailler avec les adversaires du jour qui seront les copains de demain, tout ça dans ce qu'on appel l'Assemblée...

Venir me casser les couilles parce que notre planète va mal, sérieusement? Qu'est ce que j'y peux? Je dois bien aller bosser le matin pour commencer à 4h (3h50) et rentrer le soir à 21h! Je dois bien aller bosser pour payer ce que je dois payer, je ne me lève pas le matin de bonne heure par plaisir, ni par conviction! Je passe pas approximativement 17 heures sans voir ma famille par plaisir.

Au lieu de casser les couilles à ceux qui sont obligés de bosser pour vivre et non attendre les aides et assistanats, qu'elle (Greta) et les gouvernement aillent mettre fin à l'esclavage moderne qu'on appel le travail. C'est pas eux qui seront jetés comme des merdes d'outils quand ils seront usés par le travail. Je sais de quoi je parle, je suis actuellement en accident de travail depuis deux ans et on me demande de plus en plus de trouver un moyen de reprendre sans quoi c'est la fin.

Non mais sérieusement, les lois sur l’écologie consistent toujours à pénaliser le citoyen moyen, pas le riche qui lui s'en fout totalement puisqu'il pourra toujours se payer ce qu'il faut pour entrer dans les clous comme une voiture électrique Tesla... Ni celui qui est assisté à rester chez lui car en accumulant les aides on se retrouve à gagner autant voir plus que celui qui a un petit salaire (j'ai commencé avec 870€ pour 35 heures)... Non celui qui est pénalisé c'est toujours la fameuse classe moyenne, celle qui est trop riche pour prétendre à quelque chose comme aide et qui est trop pauvre pour vivre bien ou du moins comme eux nous poussent à vivre.

Oui, je sais, je ne vais pas me faire des copains avec ce billet, mais au bout d'un moment c'est bon.

Les donneurs de leçons qui viennent me dire que ma bagnole à essence est polluante et qu'il faut m'interdire de rentrer dans certaines villes. Les donneurs de leçons qui me disent de prendre les transports, pauvres cons, les transports à 3h du matin avec 4 ou 5 changements, je dois partir à quelle heure de chez moi pour effectuer mes 21 kilomètres qui me séparent de mon boulot et être au taf au plus tard pour 3h40? En voiture c'est 30-40 minutes.

Donneurs de leçons car eux se permettent de rouler dans des bagnoles à gros moteurs bien polluants, ne sont en vélos que seulement si ils savent que les médias les attendent... Ne respectant même pas les limitations de vitesses qu'ils nous imposent.

Petite aparté, je me suis marré quand j'ai vu un certain maire d'une ville ayant trafiqué les comptes, gagnant de l'argent sur le dos de tous, qui une fois prit les mains dans le sac, pleure comme quoi la somme pour sa libération est bien trop élevé et que l'argent ne se trouve pas facilement puis ouvre une cagnotte pour payer sa libération... Tous pourris.

Des donneurs de leçons qui disent stop à la pollution donc à la circulation des véhicules personnels à essence mais augmentent le nombre de bateaux par jour pour le marché international, ou encore les croisières. J'avais entendu que un seul paquebot valait 1 million de voitures... Je ne sais plus exactement le chiffre mais voila des réponses:

  • https://www.fne.asso.fr/dossiers/linsoutenable-pollution-de-lair-du-transport-maritime-navire-bateaux-croisi%C3%A8res
  • https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/10/est-ce-vrai-que-15-bateaux-de-marchandises-polluent-plus-que-toutes-les-voitures-du-monde_1677714
  • https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/pollution/les-bateaux-de-croisiere-emettent-une-pollution-colossale_135358
  • https://www.lci.fr/planete/une-ong-alerte-sur-la-pollution-des-bateaux-de-croisiere-sur-les-cotes-europeennes-2123162.html
  • https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/11/14/un-cargo-pollue-t-il-autant-que-toutes-les-voitures-francaises_5383604_4355770.html

un porte-conteneurs produirait autant d’oxydes de soufre qu’un million de voitures environ[...] [....] En revanche, la pollution d’un seul cargo équivaut à environ 50 millions de voitures

Et on vient me demander de faire plus d’effort, moi qui a comme voiture la plus polluante et puissante une simple Clio2 1.6 essence âgée de 17 ans? Qui du reste ne roule pas beaucoup mais que je garde car je n'aime pas jeter quand ça marche, après tout, ce n'est pas écologique de jeter pour jeter! Ma voiture de tous les jours, ça dépend:

  • une Scénic3 1.2 TCE quand je promène la famille au complet,
  • une Spark 1.0 essence,
  • une Twingo2 1.2 essence pour madame.

Qu'on aille faire chier les vrais pollueurs, les copains des politiciens, les patrons des entreprises du monde entier! Ceux qui déversent dans l'Océan, leurs merdes rendant certains lacs, rivières et autres, impropres à la baignade ou à la vie animale...

8-septembre-2018-manu-champion-de-la-terre-des-lobbies

Qu'on aille emmerder les états qui ont mit leurs déchets nucléaires dans les lacs...

Qu'on aille emmerder ceux qui jettent leurs mégots directement dans la nature...

Qu'on aille emmerder ceux responsable de la pollution des océans par le plastique...

Je donne le lien de la page d'un site ici et en cherchant juste un peu on trouve des centaines de sites parlant de ça...

J'avais pour ma part, surtout entendu et vu --par la TV-- le lac Karatchaï en Russie, d'une beauté, d'un bleu vert transparent, et qui en fait est mortelle tellement qu'il est radioactifs.

lac Karatchaï

Pourquoi emmerder à ce point le simple travailleur qui pollue peu ou presque pas, lui infliger des sanctions,etc... et ne rien dire et rien faire contre les gros de ce monde?

Car oui des augmentations pécuniaires sur le prix du carburant est une sanction pour ceux qui comme moi en particulier, n'utilisent la bagnole que pour aller travailler et faire les courses.

Mais parlons d'écologie, cette petite Greta, a t'elle un portable? Depuis combien de temps? De quelle marque? Combien l'a t'elle payé? Mon portable m'a coûté 90€, je le changerai que lorsqu'il ne sera plus utilisable, c'est un bas de gamme "made in France" d’après son étui, bien que je sache que c'est intégralement faux.

Donc que cette personne fasse son discours en commençant par elle, qu'elle vienne en voilier haut de gamme c'est bien, maintenant de mon coté j'ai personne ayant de l'argent pour se payer ce genre de bateau.

greta en voilier

Mais bon c'est bien de se la péter avec le pognon quand on est née une cuillère en argent dans la bouche, mais faut peut être aller jusqu'au bout des choses car d’après ouest-franc, je cite:

Greta Thunberg, égérie de la lutte pour le climat, est partie le 15 août avec son père à bord d’un voilier de course zéro carbone, afin d’assister au sommet mondial de l’ONU à New-York. Le journal berlinois TAZ a cependant révélé que plusieurs personnes vont devoir prendre l’avion pour New York, afin de ramener le bateau pour l’Europe. Le journal en a donc déduit que le trajet des Thunberg en bateau sera au final plus polluant que s’ils avaient pris l’avion.

Si on ajoute sa venue en Europe via un bateau polluant plus que toutes les voitures de ma ville...

Puis j'adore la personne qui à 16 ans a déjà besoin de se prendre une année sabbatique, chose que l'ouvrier que je suis ne peut se permettre...

Bref, on se marre dans le grand n'importe quoi de la personne et de ces soi-disant écologistes.

Je ne vais pas continuer dans ce billet, il est à charge, j'en ai rien à foutre, je dois bien l'avouer. Non je vais dire ce que je fais pour l'écologie.

Je fais le trie de mes ordures. Je récupère ce que je peux, le carton par exemple me sert à faire de l'isolant pour des projets comme un cabanon dans le jardin. Les palettes de bois me servent aussi pour faire des choses utiles pour ma famille, comme une terrasses, des marches pieds, un cabanon, peut être une cabane de jardin pour les enfants... Les vêtements anciens ne sont jamais jetés mais données à l'église du coin. Les jouets, je les gardes pour les plus petits. L'eau de mon aquarium est récupéré lors des changements d'eau pour mes plantes, en plus de me coûter moins cher en eau, d’être écologie, c'est bon pour mes plantes et arbustes comme de l'engrais. C'est déjà pas mal mais j'en oublis.

Par contre je ne me jette pas sur le dernier truc à la mode et je ne participe pas aux jeux du commerce. Mes voitures me feront un max d'années, mon tel aussi, mes ordinateurs aussi, mes TV aussi...

Bref, vous l'auriez compris, qu'on ne me casse pas les pieds avec les conneries d'une gosse trop gâtée et qui ne sait plus quoi s'inventer pour ne pas aller à l'école... Monde cruel, les anciens m'ont gâché la vie... Et pour finir en beauté, celle qui dit "vous avez volé mes rêves et mon enfance...", c'est bien elle a pu rêver, moi ça fait bien longtemps que je ne rêve plus.

← Previous Next → Page 5 of 98