Le blog de Seb

PassionGNU/Linux, la passion du Libre...

Nov 05, 2019

"Ça ne change pas un homme, un homme ça vieillit... openSUSE et Debian"

Enfin, oui enfin je fais le billet avec ce titre, maintes fois reculé, maintes fois annulé, maintes fois abandonné, cette fois c'est bien commencé pour le faire publier! De quoi allons-nous parler? Un retour sur Debian, le pourquoi du non-changement, la routine et tout ça avec un exemple concret... En gros, la mise en pratique du titre dans un billet.

LE Johnny a souvent été plus philosophe dans ses chansons que dans sa vie, elles sont sources de modèle pour moi, mais c'est pas vraiment la question. Il suffit d'écouter cette chanson pour voir à quel point elle est dans le vrai ou juste le refrain:

Ça ne change pas un homme, un homme ça vieillit. Ça ne meurt pas un homme, un homme ça s'oublie.

Je n'aime pas le changement pour changer, je n'aime pas les changements révolutionnaires ou sinon je m'adapte mais il me faut du temps --comme avec GNOME-Shell--, à la place j'aime les évolutions. J'ai mes habitudes bonnes et mauvaises, c'est comme ça, mais j'ai essayé de changer.

En fait pour changer, il faut deux choses, la première est de pouvoir changer, la deuxième est de le vouloir. J'ai voulu changer sans avoir la nécessité ou le besoin, je pouvais le faire alors je l'ai fait, changer pour changer mais sans la volonté de le faire. Je me suis trouvé de fausses raisons pour avoir un prétexte de le faire qui du coup m'ont toujours fait regarder derrière.

openSUSE est une excellente distribution, simple, accessible, professionnel, communautaire et j'en passe, surtout je dirai ayant de bons outils comme Yast, OBS/OSC, pour ne citer qu'eux. Mais il y a un mais, c'est que j'ai passé 12 ans sur du Debian, que je sais faire ce que je veux sur Debian, que je fais mes propres paquets avec mes propres options de compilations et tout ça avec des automatismes que je ne retrouve pas avec une distribution à base de RPM.

Je me fous un peu du format de paquets pourvu qu'il soit répandu mais ce n'est pas qu'une question de format de paquets, RPM ou Deb, peu importe c'est la même guerre. En fait c'est plus complexe que ça, le paquet Deb vient avec un nombre de scripts et d'outils, qui ont pour but de faciliter la vie aux mainteneurs. Quand le logiciel ne demande pas de changements significatifs, on peut automatiser les trois étapes de construction en trois commandes. Pour prendre un exemple concret, je vais parler de Ghostwriter --dont je maintiens les paquets pour Debian et openSUSE entre autre chose--, pour commencer je télécharge les sources de Debian Sid pour ne pas partir de zéro, je le fais avec dget ou bien apt:

dget http://deb.debian.org/debian/pool/main/g/ghostwriter/ghostwriter_1.8.0-2.dsc

ou:

apt-get source ghostwriter

L'avantage de la solution utilisant dget est d'être utilisable depuis n'importe quelle distribution et peut importer des sources d'un paquet deb aussi bien de Debian, Ubuntu, Devuan, etc..., depuis une adresse distante. Il suffit juste de donner l'adresse du fichier dsc --dsc pour Debian Source Control--. Les deux commandes vont importer trois fichiers, une archive ghostwriter_1.8.0.orig.tar.gz contenant les sources du logiciel comme son développeur amont l'offre, une seconde archive ghostwriter_1.8.0-2.debian.tar.xz qui contient les changements apportés par le mainteneur Debian lors de la debianisation et un fichier ghostwriter_1.8.0-2.dsc. Au passage, ça va aussi vous décompresser les deux archives, mettre le dossier /debian --résultant de la debianisation-- dans le dossier des sources amonts.

Ensuite si le fichier watch du dossier debian est bien fait, c'est le cas avec Ghostwriter --sans aucune modestie :)--, il suffira de faire uscan dans ce dossier pour vérifier la présence de sources plus récentes (nouvelle version amont), les télécharger et les décompresser, faire une archive "sauvegarde" des sources amont avec orig dans le nom, mettre le dossier debian dans les nouvelles sources et va ajouter une entrée dans le journal des changements (changelog) du dossier debian, tout ça automatiquement et de façon transparente.

Enfin il ne reste plus qu'a lancer la fabrication des paquets .deb avec la commande pdebuild (si on veut utiliser un chroot et non avoir besoin de télécharger tout un paquet de dépendances de build) --faut quand même installer pdebuild et le configurer un minimum--.

Voila, en trois petites commandes j'ai fait le gros du travail --pour un système archaïque dixit certains, c'est pas mal!!!--. C'est quelque chose que je n'ai pas pu/su faire chez les autres, notamment avec les distributions RPM, qui m'oblige donc de passer manuellement toutes les étapes --télécharger le rpm-sources, le décompresser, récupérer le spec, télécharger sur le site de l'auteur les nouvelles sources de la dernière version, faire évoluer le spec notamment la partie changelog et la version du programme, installer les dépendances de constructions et enfin lancer le build--, ce qui est chiant. Mais c'est pas que ça.

Non Debian ne se résume pas seulement à ses paquets, c'est bien plus que ça. Un truc qui me gène chez openSUSE, je ne le cache pas, c'est l'obligation de passer par un dépôt tiers pour tout ce qui est multimédia. Ça gêne peu de monde mais moi oui ça me dérange, simplement une raison qui me vient comme ça, les remontés de bugs. Le défaut d'avoir besoin d'un dépôt tiers, c'est qu'on a beaucoup de mal à savoir d’où vient le bug et vers qui se tourner.

Puisqu'on me dit souvent que je n'apporte jamais de faits concrets, je vais parler d'un cas qui m'est arrivé. J'utilise Minidlna comme serveur DLNA sur mon PC, avant lui, j'utilisais Mediatomb qui est devenu Gerbera; pour rendre accessible tout un tas de séries et de films sur et à travers divers supports comme des ordinateurs portables, des tablettes, des portables android, des appareil DLNA, des TV,... et encore bien d'autres... Sur les tablettes, portables android et PC, j'utilise VLC comme lecteur, ça c'est pour planter le décor. Depuis le passage à la librairie PUPNP 1.8 qui donne entre autre chose libupnp13, on se retrouve dans une situation connue en amont, d'impossibilité d’accéder et de voir les serveurs DLNA, ce qui est juste beaucoup embêtant. Alors c'est pas critique et on fait un petit rapport de bugs pour ce cas de figure. Au début, ne sachant pas que le bug venait de pupnp, j'ai fait un rapport parlant de VLC et de Minidlna, j'ai aussi inclus que je me tournais plutôt sur un bug de VLC puisque le bug touchait seulement la version PC, pas les autres supports qui voyaient bien mon serveurs, ce qui indiquait que mon serveur Minidlna était bien fonctionnel et que le bug venait pas de lui. Sauf que voila, VLC vient de Packman (le dépôt tiers pour le multimédia chez openSUSE), que Minidlna nous vient directement du projet openSUSE. Donc si le bug venait bien de VLC, il fallait que je fasse deux rapports, un pour openSUSE et un pour Packman. Enfin de compte, puisque Debian était elle aussi touché par ce bug, j'ai eu un retour des devs de chez eux pour me l'indiquer. Le paquet PUPNP venant bien du projet openSUSE et non de Packman, mon rapport était valide. Tout ça a bien-sur fait perdre du temps, demandé plus de recherches et j'en passe...

Le truc c'est que openSUSE ne peut abriter dans ses dépôts des choses qui sont interdites dans certains pays, comme des choses brevetées ou illégales comme des codecs par exemple. La raison la plus simple, c'est que cette distribution, comme Fedora, est soutenue par/appartient à une société commercial. Il est bien question de faire une fondation et il fut question de voter pour ou contre un changement de nom pour ne plus faire allusion à SUSE --car ça nécessite les droits et autorisation de SUSE pour l'utiliser-- mais je ne pense pas que ça fera un énorme changement. Déjà pour le changement de nom, je me trompe peut être mais au vu de ce que j'ai pu lire, il n'y en aura pas, de plus SUSE est bien décidé d'arranger les angles dans l'utilisation de son nom pour le projet.

Le besoin de passer par un dépôt tiers est pour moi, pénalisant et c'est surtout ça qui me fait préférer ma Debian par rapport à openSUSE.

Je pourrais parler de la "standardisation debianeuse" qui continue sa route, de par sa popularité, cette famille est souvent bien mieux fournit en documentation et en exemple, mais surtout elle est un standard, pas de façon officiel comme peut l'être la norme LSB, mais tout de même.

La "standardisation" aussi dans l'emplacement des fichiers de configuration, j'aime Debian aussi pour ça, c'est du standard, on cherche jamais longtemps pour trouver et sinon il suffit de se promener sur les wikis ou les documentations des programmes en question.

Standard aussi pour faire des paquets, si je ne trouve pas un programme dans les dépôts de Debian, il me suffit d'aller chercher le paquet source dans une des nombreuses distributions coulants d'elle et d'en faire un paquet depuis ma Debian. C'est vraiment loin du cas des RPM qui même en ne prenant que les sources-RPM et un spec demandent bien trop de changements dans la majorité des cas.

Pour tout un tas d'autres raisons aussi, je pense aux changements incessantes dans les dépôts officiels du projet openSUSE, voir dans ceux qu'on appel "expérimentaux", dans ce dernier cas c'est pas bien grave, on sait à quoi s'attendre, mais c'est toujours un peu chiant de voir disparaître des dépôts un ou plusieurs paquets qu'on utilise du jour au lendemain. Avec Debian, cette pratique n'est pas ou du moins n'est tolérée que dans de rares cas. Nous avons aussi rarement des versions de développement, un exemple tout con qui me vient, le jeu Wesnoth chez openSUSE, soit on à la version 1.12 soit on a la version de développement qui est la 1.15, pour la version stable 1.14 faut repasser...

C'est pour encore d'autres raisons que ceux détaillées ici, que j'ai choisi de retourner sur Debian pour mon ordinateur principal. Je continue cependant de contribuer dans du packaging, je garde en effet un œil sur cette distribution, je la garde notamment sur l'ordinateur portable.

Oct 27, 2019

"openSUSE va rester mais..."

L'openSUSE va rester sur le portable car j'accroche vraiment avec elle, étant une de mes premières distributions linux, mais ça ne va pas, ce n'est pas "standard", comme j'ai pu le voir avec mon histoire de lightdm. La distribution place les fichiers ailleurs que ce que l'on s'attend de trouver, en tout cas c'est bien une des seules à foutre le fichier de configuration ailleurs que dans /etc/lightdm/lightdm.conf ou /etc/lightdm/lightdm.conf.d/. Le pourquoi du comment, je dois bien avouer que je n'ai pas l'ombre d'une réponse, surtout que ce n'est pas dû à Yast puisque celui-ci va chercher là où on lui a dit d'aller et en aucun cas ne vas créer des liens vers d'autres fichiers...

Je pourrais m'en accommoder, faire avec, mais comme j'ai dit, là ça va car Yast a pu faire le job --quoique ce n'est pas tout à fait vrai--, mais qu'en sera t'il le jour où Yast ne fera pas le job? Ce jour là, comment trouver de la documentation à jour?

Chez la personne, ça va être transparent, il voulait l'auto-login, c'est fait. Mais en fait, c'est bien plus complexe que ça, normalement je donne un nom de login et lui seul sera en auto-login, or là ça sera pas comme ça, tout login présent sur la bécane sera en auto-login, je vais m'expliquer un peu. En gros la personne se déconnecte, retournera sur lightdm, choisira le login qu'il veut et n'aura plus qu'a valider sans entrer de passe. Un comportement que je ne voudrais pour rien au monde sur ma bécane.

Dans le forum qui sert pour commenter, on a eu la visite d'Adrien.D, qui m'explique qu'en faite ce n'est pas une question qu'openSUSE sur ce coup suit ou non Fedora --ce n'est pas le cas sur pour une fois-- et c'est bien openSUSE et eux seuls qui ont une configuration spéciale. Ça ne n'étonne pas plus que ça, je dois m’éloigner mais je pense --et je dois pas être totalement dans le faux-- que norme ou pas, que standard ou non, qu'uniformité ou pas, on s'en balance... Ils font des normes comme la LSB ou FHS, qui pour la première indique les outils qui sont utilisés et compatibles dans ce standard, pour la seconde une norme pour donner une "normalisation" de la hiérarchie des dossiers sur un système Linux. Normalement toutes distributions linuxiennes suivent la seconde, openSUSE respecte les deux, sauf qu'en faite on voit bien que ça ne sert à rien.

À rien car si une distribution qui suit les recommandations de ces deux normes, arrive à nous mettre des fichiers de configuration là où ça leur chante, c'est qu'il y a un malaise. Je râle sur openSUSE pour juste une configuration, alors que d’après ce que j'en ai vu pour le reste c'est assez réglo et normalisé. À rien non plus si on se dit que Debian n'est pas LSB et pourtant celle-ci, je parle de Debian, est devenue une norme à elle seule, bien plus important que la LSB.

Sérieusement, la LSB préconise le format rpm, alors qu'aucunes de ces distributions ne sont compatibles entres elles binairement (ça ne se dit pas mais pas grave je dépose un brevet sur ce mot!) et même en recette des sources (rpmsource). Comme souvent dit ici et un peu partout sur le web, un paquet rpm (voir même une recette .spec) venant de Mageia ne sera pas compatible avec autre chose que Mageia, pareil pour Fedora, openSUSE, PClinuxOS... Or avec le format de paquet deb, on n'a pas ce soucis, bien sur qu'il peut y avoir des exceptions mais dans la majeur partie des cas c'est compatible, car c'est une filiation. Debian est la source de toutes les distributions en deb, donc une recette deb sera la même partout (Ubuntu, Mint, MXlinux...). Une norme de ce type préconisant les outils créés par les copains juste parce-que ce sont des copains, n'est pas une bonne norme et c'est ce a quoi la LSB me fait penser.

La FHS est déjà un peu plus utile, pour éviter de faire ce qui a été fait à l'époque des UNIX, il a été décidé de respecter une certaine hiérarchie dans le filesystem, sauf que même cette norme est en faite peu respecter...

Debian n'est pas une norme, elle respecte celle de la FHS à 100% mais ne supporte même plus la LSB et ne tente plus de la supporter. Par contre Debian est, par son passé et sa popularité, une norme à elle seule.

Pour exemple, quand j'ai posé mon étonnement sur l'IRC d'openSUSE, on m'a demandé si il n'y avait pas de dossier /etc/lightdm/lightdm.conf.d/... Normalement oui il y aurait dù avoir un tel dossier mais pas dans cette distribution.

Prochainement, il est question --si j'ai bien compris-- de mettre la configuration dans /usr/etc/ au lieu du /etc ou du /etc/sysconfig/. Encore plus de raisons de ne plus savoir où chercher.

Oct 26, 2019

"Pour Greta"

Je partage ce que j'ai reçu dans mes mails car ça représente bien ma pensée à propos de cette personne.

objet : pour Greta !!!!!!....

Un lobby derrière tout ça , elle "serait" entourée d'avocats qui lui écriraient ses textes à réciter ?

(Elle a plus d'impact auprès des jeunes de sa génération que sur la population lambda)

Petit message pour la p'tite hystérique Greta Thunberg. On t'a soi-disant volé tes rêves et ta jeunesse. Premièrement ta place est a l'école pour le moment. Secondo range ta chambre avant d'essayer de ranger le monde. Et pour répondre à ton discours véhément, à notre époque (oui nous les vieux qui avons ruiné ton futur) on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique, de mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues :

On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On ne connaissait pas les couches jetables :

On lavait les couches des bébés.

On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde

On avait un réveil qu'on remontait le soir.

Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ;

on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'ENGIE en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto portées :

On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon. Quand on vidait les wc, c'était dans le jardin pour faire de l'engrais. On travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.

On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.

On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.

On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.

ALORS ARRÊTE DE ME FAIRE CHIER AVEC TES IDEES ET SLOGAN A LA CON ET TON MOUVEMENT ECOLOGISTE !

Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel…(pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes,etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance !

BANDE DE PTITS CONS

Merci de ne pas imprimer ce message afin de préserver l'environnement, mais ne vous privez pas de faire suivre !

Oct 25, 2019

"Avec le temps... On revient toujours à la maison!"

Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va On oublie le visag' et l'on oublie la voix Le coeur quand ça bat plus c'est pas la pein' d'aller Chercher plus loin faut laisser fair' et c'est très bien Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va L'autre qu'on adorait qu'on cherchait sous la pluie L'autre qu'on devinait au détour d'un regard Entre les mots entre les lign's et sous le fard D'un serment maquillé qui s'en va fair' sa nuit Avec le temps tout s'évanouit

Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va Mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueul's A la Gal'rie j'Farfouill' dans les rayons d' la mort Le samedi soir quand la tendress' s'en va tout' seule Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va L'autre à qui l'on croyait pour un rhum' pour un rien L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous Devant quoi l'on s' traînait comme traînent les chiens Avec le temps va tout va bien

Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va On oublie les passions et l'on oublie les voix Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens Ne rentre pas trop tard surtout ne prend pas froid Avec le temps... Avec le temps va tout s'en va Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard Et l'on se sent floué par les années perdues

Alors vraiment Avec le temps ... on n'aime plus.

On aurait dû parier, je n'ai pas tenu bien longtemps... Une semaine, peut être un peu moins, pourtant openSUSE et moi c'est une belle histoire qui tient la route mais pas sur mon PC principal.

Je suis tombé sur ce billet, Xubuntu 19.10, j’ai quand même tenu une semaine, pendant que je réfléchissais à comment tenir une semaine de plus sur openSUSE et ne pas revenir à mes vieux démons. Je me retrouve dans ses derniers billets, je parle des billets de Cyrille, le maître d' "on va tous crever" --attention copyright--, notamment son billet relatant son retour sur du linux en l’occurrence MXLinux. Je m'y retrouve car je suis en plein dedans, ça fait un bail que je suis dedans, chercher à me retirer de Debian, en restant dans le monde linuxien notamment en étant sur l'openSUSE... J'ai pu faire le chemin à moitié, mon second PC est dessus depuis plusieurs mois sans aucune envie d'un quelconque retour en arrière --de toute façon ça me demanderait trop de temps et de ressources vu que c'est un portable avec pleins de drivers non-libres--, mais c'est une autre histoire pour le principal, lui a toujours été sous Debian et-ce malgré de nombreuses tentatives comme dernièrement.

Je le dis de suite, j'ai une grosse préférence pour openSUSE, en ce qui concerne toute la partie contribution, utilisation, facilité, ect... Par contre, ce que j'aime moins ou pas c'est que je cherche toujours autant l'endroit où se trouve tel fichier pour régler tel truc qui ne se configure pas à partir du Yast. openSUSE c'est comme Fedora, en partie, une partie de la configuration est dans /etc, une autre dans /etc/sysconfig et encore une autre un peu partout. Quand on cherche sur internet, souvent la documentation est pour Ubuntu et/ou Debian, et même si on va au-delà de ce duo, en allant sur une doc Gentoo ou bien Archlinux, on va se retrouver avec des fichiers placés aux mêmes endroits que Debian. Oui, Debian est une distribution chiante car elle est commune. Oui Debian ne fait pas partie du standard RedHat LSB et pourtant elle est bien plus standard que des distributions compatibles 100% LSB.

J'avais donc mon openSUSE réglé aux petits oignons sous Plasma 5.17 (via le dépôt en question d'openSUSE), puis j'ai voulu mettre mon second bureau avec qui j'aime bosser de temps en temps, le nommé XFCE. Chez moi pas de soucis, mais chez une personne plus regardante que moi et ayant des besoins autres que les miennes --habituée à son Ubuntu--, j'ai dû tâtonner. La personne en question a un ordinateur aussi vieux que le miens, c'est à dire 2007-2009, il est impatient --ça doit paraître rapide--, ça doit démarrer assez vite et sans demander de se loguer... Pour gagner de précieuses secondes, je n'ai pas eu l'envie de me taper le gestionnaire de connexion SSDM ni Plasma --bien qu'il y ait eu de véritables efforts de ce coté, j'en parlerai plus bas--, je me suis donc mit par défaut Lightdm avec XFCE en 4.14 (via le dépôt du même nom d'openSUSE), c'est là que j'ai vu la connerie, enfin connerie si je peux dire.

Pour que Lightdm permette l'auto-login sans mot de passe, j'ai cherché dans les fichiers de configurations classiques, c'est-à-dire dans /etc/lightdm.conf.d/ et /etc/lightdm/lightdm.conf. Le fichier de conf qu'on peut/devrait trouver dans /etc/lightdm/lightdm.conf (d’après ubuntu/debian https://doc.ubuntu-fr.org/lightdm et d’après archlinux https://wiki.archlinux.fr/LightDM) n'existe pas. Ni le /etc/lightdm.conf.d/, j'ai sûrement mal cherché, je pense qu'avec un peu d'imagination, j'aurai trouvé un endroit sorti de nulle part où eux auraient pensé que c'était logique... J'ai aussi pensé à regarder du coté de /etc/sysconfig/ puisque openSUSE fait comme Fedora...

En dernier recours j'ai été voir du coté de Yast --et j'aurai dû commencer par là--, miracle dans la partie utilisateur, en allant sur option on a bien la possibilité de cocher le démarrage sans password. Pourtant Yast n'est qu'une interface graphique pour les fichiers de configuration, mais dans mon cas je n'ai pas su trouver ledit fichier qui allait bien. Alors ce n'est rien et j'ai pu corriger mon incompétence avec ce formidable outils nommé Yast, mais c'est pas mon truc, je n'aime pas savoir que je ne sais pas! En faite sous linux, tout n'est que fichier, alors ne pas faire quelque chose de si simple me perturbe, surtout que je sais normalement le faire.

Voyons plus loin, si pour un truc aussi simpliste, je ne trouve pas le fichier car il n'est pas à l'endroit standard, habituel que l'on s'attend sur d'autres distributions, comment se passera le réglage d'un service ou de tout autre chose plus pointue? Vais-je devoir espérer que Yast fasse le taf pour moi?

Pour une tierce personne, ça me dérange pas plus que ça, pas plus que pour mon ordinateur portable. Mais en ce qui concerne mon principal c'est autre chose. Yast est un excellent outils, j'adore, mais je n'aime pas devoir m'appuyer sur un outils qui se trouve uniquement dans une seule distribution. En effet, ce comportement de compter sur Yast, m'obligerait à n'utiliser que cette distribution --même si je l'adore-- et m'enfermerait dans la capacité d'utilisation unilatérale de cette distribution, une autre prison dorée, une prison tout comme peut l'être Windows ou Ubuntu ou encore Mac, qui nous garde sous le coude via leur omniprésence pour certaine, leur facilité d'utilisation pour d'autre, leurs matériels à la mode pour la dernière...

A quoi me servirait cette facilité visuelle, car ce n'est que visuellement; cacher la complexité n'est qu'une autre difficulté bien plus importante et difficile à surmonter --rompre--. L'installation et l'administration d'un système linux est très simple ou tendent de l'être et se spécialiser dans une de ces distributions (Fedora, Ubuntu, Mageia, openSUSE...) ayant des interfaces graphiques pour masquer la complexité du système, serait une grave erreur. Ces interfaces ne sont que des frontends s'appuyant tous sur les mêmes outils et modifiant les mêmes fichiers de configurations, il serait dommage de faire l'impasse et l'économie de ne pas faire l'effort de connaître et configurer ces fichiers. Vaut il mieux compter sur/dépendre d'une interface qui peut devenir désuète à la longue --pourquoi penser aux outils de Mageia?-- ou apprendre à maîtriser le système directement via ses fichiers de configurations et être indépendant d'une quelconque interface? L'indépendance vis-à-vis d'une telle interface, vous permettra de ne pas vous enfermer dans une seule distribution, ni dans l'utilisation unique de ses outils et en cadeau --c'est offert--, vous serez capable de faire tout et ce peut importe la distribution.

Pour parler de ce que je connais plutôt bien, je pense à openSUSE et son Yast, ce dernier bouge tellement qu'il n'est pas rare de ne pas perdre une fonction ou d'en avoir de nouvelles...

Je suis donc rentré chez moi, ni une ni deux, je me suis remis une Debian Stable avec un beau Xfce. J'ai pas tenu, c'est peut être mieux ainsi.

Oct 16, 2019

"NuTyX 11.2 disponible avec cards 2.4.103."

logo_NuTyX

J'ai le grand plaisir de vous annoncer la sortie de la nouvelle NuTyX version 11.2.

La version 64 bit de la NuTyX 11.2 a reçu plus de 2800 mise à jour.

La version 32 bits de NuTyX, toujours disponible a reçu plus de 1800 mise à jour.

La base de NuTyX est fournie avec le kernel LTS 4.19.79 (4.9.196 pour la version 32 bits) et le kernel 5.3.6 (uniquement en 64 bits).

Le compilateur gnu gcc est passé en version 9.2.0

Le serveur graphique xorg-server version 1.20.5, la librairie Mesa 3D en 19.2.1, gtk3 3.24.12 et qt 5.13.1 sont également dans leurs dernières versions

Les interpreteurs python sont en version 3.7.4 et 2.7.16.

L'environnement de bureau MATE est également mis à jour en version 1.22.2, dernière version disponible.

L'environnement de bureau KDE est disponible en Plasma 5.16.5, Framework 5.62.0 et les applications en 19.08.2

Les navigateurs disponibles sont entre autre: firefox 69.0.3, falkon 3.1.0, epiphany 3.34.0, etc

De nombreuses applications on été mise à jour également comme thunderbird 68.2.1, Scribus 1.5.5, libreoffice 6.3.2.2, gimp 2.10.12, etc.

4 nouvelles ISOs sont disponible.

  • en 64 bits:

​ Une ISO NuTyX de base de 402 Moctets en version "rolling".

​ Une ISO de 4.4 Goctets est une NuTyX de base version "fixed" qui contient un dépot complet des paquets binaires de la NuTyX 11.2. Avec cette ISO, vous pouvez installer une NuTyX 11.2 complète sans avoir recours à une connection internet. Pour installer des paquets depuis cette ISO, une fois votre système de base installé sur votre disque dur, il faut monter la clé USB sur le dossier /mnt.

​ Supposons que votre clé est trouvé sous /dev/sdc1, utilisez la commande:

sudo mount /dev/sdc1 /mnt

​ Adaptez en conséquence.

​ Une ISO NuTyX avec l'environnement MATE de 1,7 Goctets en version "rolling".

  • en 32 bits:

​ Une ISO NuTyX de base de 327 Moctets en version "rolling".

Les ISOs sont disponibles sur la page de téléchargement.

CARDS

Les 6 collections officielles de la NuTyX 11.2

Le nombre de collection officielles est désormais de 6:

  • ​ base
  • ​ cli
  • ​ cli-extra
  • ​ gui
  • ​ gui-extra
  • ​ desktops

​ Tous les bureaux supportés sous NuTyX sont donc dans la collection desktops

​ Les collections nos, lxde, mate, kde5, lxqt, gnome et xfce4 seront supprimés des serveurs de depot.

​ Il est donc primordial de mettre à jour manuellement le fichier de configuration /etc/cards.conf comme expliqué ci-après. Une mise à jour réussie ne peux se faire sans cette manipulation.

Un jeu de paquets

Le concept de "jeu de paquets" est introduit. Un jeu de paquets est un ensemble de paquets permettant d'ajouter une fonctionnalitée importante comme un bureau graphique. Désormais les bureaux principaux sont donc considérés comme des jeux de paquets.

Pour installer un bureau supporté sous NuTyX, la commande reste inchangée, par exemple pour kde5 (Plasma5):

get kde5

Nouvelle syntaxe de recette

La syntaxe d'une recette a été revue. Suite à un retour de bug très pertinant, j'ai décidé d'arrêter le support de mots clé via un commentaire dans une recette de construction de paquet. La définition d'une recette se fait donc uniquement via des variables et tableaux. Les commentaires sont désormais considérés comme commentaires uniquement. Le nombre important de mise à jour est en grande partie la conséquence de cette nouvelle fonctionnalité.

Exemple de recette utilisant la nouvelle syntaxe:

description="Mon premier paquet de la mort avec des dépendances"
url="http://www.mon-premier-paquet.org/"

contributors="Tnut"
packager="fper "

# Tableau de dépendances de compilation
makedepends=(python gtk3 librsvg)

# Tableau de dépendances de fonctionnement
run=(gtk-update-icon-cache)

# Tableau de jeux de paquets
set=(mate gnome)

name=monpaquet
version=1.0.0

source=(${url}downloads/$name/$name-$version.tar.xz)
build() {
   cd $name-$version
   ./configure --prefix=/usr
   make
   make DESTDIR=$PKG install
}

Mise à jour

La NuTyX 11.2 est une mise à jour mineure, une mise à jour est donc possible.

Veuillez utilisez ces quelques commandes pour effectuer la mise à jour:

On commence donc par créer un nouveau fichier /etc/cards.conf:

sudo bash
echo "url http://downloads.nutyx.org" > /etc/cards.conf
for i in desktops gui-extra gui cli-extra cli base
do
   echo "dir /var/lib/pkg/depot/$i" >> /etc/cards.conf
done
echo "base /var/lib/pkg/depot/base
group fr
version rolling" >> /etc/cards.conf
exit

Si vous ne connaissez pas le raccourci de votre langue, réexécutez la commande:

sudo bash
setup-nutyx -cl
exit

On peut maintenant effectuer la mise à jour:

check
sudo cards upgrade

Anciennes nouvelles

Les anciennes nouvelles sont maintenant consultables

ici.

← Previous Next → Page 6 of 98