Adieu Compagnon de longue route, toi tu t’arrêtes là

Un billet perso, dur à écrire, j’aurais tant voulu ne pas avoir à le faire, ne pas avoir l’occasion de le faire, je pensais que j’avais un peu de temps avant que tu te décides à me lâcher, je pensais deux ans, peut être trois mais tout s’est accéléré ces derniers mois. Je regrette tellement de choses, je pensais avoir le temps pour me faire pardonner, je pensais surtout te donner une bonne fin de vie mais tu ne m’as pas laissé le temps.

Comment raconter 15 ans de vie, 15 ans c’est énorme, beaucoup divorcent avant, beaucoup se perdent de vue avant, mais nous, nous avons toujours été là l’un pour l’autre surtout dans les mauvais moments. Tu étais là dans toutes mes guerres, mes défaites, les pertes d’amis ou de parents, souvent tu étais le seul à savoir comment me refaire sourire, oui, j’ai perdu beaucoup, je le sais maintenant 6 mois après, ta perte est toujours aussi grande.

Et non, je ne peux pas en parler librement, je ne peux pas sortir ma colère comme j’en aurais besoin, elle reste là, au fond, je fais bonne mine car pour les autres tu n’étais rien, ils comprennent pas, peu comprennent en faite ce qu’est la perte de son compagnon, en faite seul ceux qui comme nous, ta mère et moi, peuvent comprendre, ceux qui pour eux, leurs animaux ne sont pas que des animaux, mais des personnes à part entière et voir même leurs enfants, oui tu l’étais, tu étais mon fils, pardonnes moi…

Je ne peux juste pas en parler non plus à la maison, ta mère fait aussi bonne figure mais ça va pas, je le sais, on a mème pas rangé tes affaires, on les a juste décalé, oui c’est con, mais c’est comme ça.

Adieu mon Scouby…

Scouby bébé

Scouby